Critiques express (46) Une aiguille dans une botte de fions

BD érotique bande dessinée

Le Pétard Express est à quai sur la voie 69¾, prêt à nous embarquer pour une virée dans la bande dessinée érotique. C’est parti pour une aventure graphique sous le signe du voyage, de l’exotisme, des vacances et de la double pénétration.

Le train du plaisir Hugdebert Editions Rebecca Rils

Le train du plaisir
Hugdebert

Rebecca Rils

De tout ce que j’ai pu lire d’Hugdebert, il ressort que le bonhomme a trois grandes passions : les trains, la Belle Époque et la Russie. C’est dire s’il devait être à l’aise pour se glisser dans Le train du plaisir, une aventure ferroviaire située fin XIXe. On suit les aventures du commissaire Stepanov au cours de son voyage de la Russie jusqu’à la France, avec pour mission de démasquer des anarchistes qui préparent un attentat contre le tsar. Au cours de son enquête, il va culbuter la plupart des passagères du train et pas mal de passagers aussi. C’est une des raisons pour lesquelles j’ai apprécié cette BD, pansexuelle dans l’esprit. S’ajoute un joli style tout en ombrages et nuances de gris, avec un trait qui donne aux scènes clarté et lisibilité et sait offrir beaucoup de détails sans pour autant surcharger l’ensemble.

La fille des steppes Hugdebert bande dessinée pour adultes

La fille des steppes
Hugdebert

La fille des steppes regroupe en un album les trois thèmes phares d’Hugdebert : train, Russie et période charnière XIX-XXe siècle. Nous voilà donc en route à bord du Transsibérien peu avant 1914, dans une ambiance qui évoque Michel Strogoff. Comme d’hab’, Hugdebert case du cul à foison dans son tchou-tchou et on se dit que cet album ressemble à beaucoup à d’autres… et PAF ! Pas du tout. Des bandits des steppes attaquent le train et voilà un soldat russe lancé à leur poursuite pour récupérer une donzelle qu’il avait rencontrée dans ledit train. Une bonne surprise que cette sortie hors des sentiers battus pour éviter un album qui répéterait les précédents (Le train du plaisir, Train de nuit, Les voluptés de l’Orient Express).

Voyage en profondeurs Igor Boccère Dynamite

Voyage en profondeurs
Igor & Boccere

Dynamite

Ça aurait pu… Voyage en profondeurs rend hommage aux récits de voyage et aux récits d’aventures, ceux de Jules Verne en tête, avec en prime un parfum pulp. Joyeux foutoir de Voyage au centre de la Terre, de SF années 30-50, de dinosaures du Monde perdu, de Gulliver, de voyage dans le temps… Un peu de tout dans le plus parfait nawak, avec les défauts récurrents de Boccere : ça part dans tous les sens sans aller nulle part, parce que tout dans l’impro sans ligne directrice, et à l’arrivée ça ne raconte rien. Ici, l’érotisme est presque de trop, parce que pas assez exploité. Il fallait en mettre davantage ou pas du tout. Quant à l’humour, il a l’art de tomber à plat. Le dessin n’est pas folichon, folichon.
Donc une œuvre de bric et de broc, qui aurait pu donner un bon pulp farfelu condensant l’ensemble de la littérature de genre sur le thème des voyages extraordinaires, et qui à l’arrivée est un pétard mouillé ni érotique ni drôle ni joli mais interminable à lire.

Clémentine à la plage Igor Boccère Dynamite

Clémentine à la plage
Igor & Boccère

Dynamite

Consternant. J’ai rarement lu quelque chose d’aussi mauvais dans le domaine de la BD érotique. Un genre de Martine à la plage version adulte, suite de saynètes absurdes et débiles, servies par des dialogues affligeants et un dessin mi-cartoon mi-croquis qui donne l’impression d’un travail vite torché et inabouti. On ne peut plus soft en matière d’érotisme, l’album loupe le coche sur ce versant. Il ne se rattrape pas davantage par son humour pas drôle, digne des pires comédies pouet-pouet des années 70-80. Mon curé chez les nudistes, la soutane en moins…

Couverture Vacances de rêves Confesssions érotiques Flo Ardem Dynamite

Vacances de rêve
Ardem

Dynamite

Un certain nombre d’ouvrages de la collection “Confessions intimes” de Média 1000 ont été réédités chez Dynamite sous des titres beaucoup plus concis. C’est le cas de Vacances de rêve, qui s’intitulait à l’origine Sans argent sur la Côte d’Azur, j’ai vendu mon corps pour me payer des vacances de rêve… Flo.
Flo vend des glaces. Puis Flo vend son corps. V’là le scénar de folie pour ces vacances au parfum de sea, sex and sun. Ou plutôt, pour respecter les proportions de ce que raconte l’album, sea, sex, sex, sex, sex, sex, sex, sex, sex, sex, sex, sex, sex, sex, sex, sex, sex and sun. Alors “de rêve”, je ne sais pas, mais une chose est sûre, les vacances de Léa sont à son image : bien remplies. Pour un résultat pas folichon au regard des scènes olé-olé pas flamboyantes et du dessin très moyen.

Couverture Lady Travel Chris Bédé Adult

Lady Travel
Chris

Dans un tout esprit que les notes de voyage d’Angelina Jolie, Lady Travel raconte l’histoire d’une ethnologue au Brésil qui se tape tout ce qui bouge, depuis le guide qui l’emmène dans la jungle amazonienne aux membres – dans tous les sens du terme – d’une tribu indigène, en passant par le commanditaire de son expédition anthropologique.
Au début, ça se laisse lire, sans plus, avant de devenir carrément ennuyeux dans la seconde moitié de l’album qui ne fait que répéter l’histoire et les scènes déjà vues dans la première.
Le tome 2, Miss Travel in Barcelona n’a pas de rapport direct avec le premier et encore moins d’intérêt. Mis à part que c’est bien dessiné, entre un scénar étique et nawak et des scènes X pas folichonnes, très standards et classiques, pas de quoi se relever la nuit.

Couverture Le tour du monde en 80 jours Chris Glénat Le Marquis

Le tour du monde en 80 jours
Chris

Glénat / Le Marquis

Après Lady Travel, encore une invitation au voyage lancée par Chris, qui propose une relecture de l’œuvre de Jules Verne en version tout nu et tout bronzée. Phyllis, arrière-petite-fille de Phileas Fogg, part sur les traces de son ancêtre dans le même esprit que l’émission de télé-poubelle Nus et culottés. Sans le sou, elle monnaye son voyage à coups de prestations sexuelles.
Un bon point, la présence d’un Passepartout gay qui passe son temps à se faire enfiler pendant qu’il mate les aventures coquines de Phyllis. C’est rare qu’une BD joue cette carte mi-homo mi-hétéro. Très mauvais point, Chris torpille cette excellente idée à la fin de l’histoire, quand Passepartout devient, je cite, “un homme, un vrai” en couchant avec Phyllis.
Verdict : histoire sympa sans plus, dessin moyen, une fin qui pue l’homophobie, on peut faire l’impasse sur ce titre sans perdre un grand moment de lecture.

Vulverine plug anal X-Men DTC Comics

Amateurs et amatrices de BD olé-olé, rendez-vous dans les autres zones érogènes du blog…
Recueils de chroniques :
un petit coup de fouet
chaleur hivernale
l’Histoire, avec un grand H et un petit cul
boule et bulles
cul en vrac
fesse-tival
un grand coup dans ton cul
et paf !
pas de l’art mais du cochon
les vingt culs écrivent l’Histoire
le jeu de l’amour et du braquemart
quand on tire, on raconte pas sa vie
Dossiers :
spécial Manara
spécial Selen
spécial Alazar

Publié le Catégories Critiques express

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *