Un coup de Fuji

Dans ma vie d’aventurier à la petite semelle, les occasions de virées montagnardes n’ont pas été légion. Pendant longtemps le seul sommet que j’ai jamais atteint, c’est le mont Caubert qui surplombe ma Picardie natale du haut de ses 83 mètres.
Far far away, a long time ago, comme disait je ne sais plus quel réalisateur américain en ouverture d’un petit film indépendant qui gagne à être connu, j’ai quand même été là-haut :

Mont Fuji Japon
La tronche si caractéristique du Fuji.
Continuer la lecture de « Un coup de Fuji »

Le franponais

Le franponais (フランポネ) n’est pas le petit cheval de Charlemagne (un franc poney, donc). Il s’agit d’utilisation en japonais de mots français, souvent pour faire stylé en jouant sur l’exotisme et le prestige d’une France vue comme une patrie d’esthètes amateurs de champagne et de haute couture (alors qu’en vrai on est des beaufs crados qui jouent à la pétanque en buvant de la Kro).
C’est un peu comme l’anglais en France, ça fait “cool” d’en mettre – en tout cas, ça l’était après la Seconde Guerre mondiale et jusque dans les années 60-70, maintenant c’est juste un gimmick absurde.
Sauf que voilà, l’utilisation à la ouanegaine de termes pas toujours bien compris ni bien orthographiés donnent un grand n’importe quoi, du franglais de Jean-Claude Van Damme ou des managers de start-up au franponais du Pays du Soleil Levant.

Continuer la lecture de « Le franponais »

Oh, oh, oh, jolie poupée : Hina Matsuri

Contrairement à ce qu’on serait en droit d’attendre du titre ou de ma part, cet article ne portera ni sur la carrière de Bernard Menez au Japon (inexistante me semble-t-il) ni sur les poupées gonflables et autres artefacts cyborg à vocation sexuelle. Il sera question de petites filles (mais pas des bonnes adresses pour pratiquer le tourisme sexuel en Thaïlande).

Continuer la lecture de « Oh, oh, oh, jolie poupée : Hina Matsuri »

Setsubun, les dés et les haricots sont jetés

Setsubun (節分) est une fête japonaise qui fait partie des nombreuses cérémonies marquant l’arrivée du printemps. Elle a lieu le 3 février, parfois le 2. Vous me direz, février, c’est un peu tôt pour le printemps, mais la date vient du calendrier lunaire, où le printemps commence le 4 février, parfois le 3, et la fête transitoire qui marque le passage d’une saison à l’autre tombe en toute logique la veille. Et c’est comme ça.

Ehomaki marukaburizushi
On va prendre le maki.
Continuer la lecture de « Setsubun, les dés et les haricots sont jetés »