Construction de la Batcave Lego – épisode 8

Batman Lego Napoléon quarante siècles nous contemplent
Chantier sous haute protection

“Ni la neige, ni la pluie, ni la chaleur, ni l’ombre de la nuit n’empêchent ces messagers d’accomplir avec diligence la course qui leur est assignée”, chantait le poète Kevin Costner dans Postman (en oubliant de préciser que la citation est à l’origine d’Hérodote).
La Batcave, même combat. Brouillard, pluie, gel, guerre sur le front de l’Est, nuage de sauterelles radioactives, rien n’arrête le chantier.
Un véhicule supplémentaire, une salle terminée (la chambre à coucher), quelques babioles, c’est parti pour l’inventaire des nouveautés !

Continuer la lecture de « Construction de la Batcave Lego – épisode 8 »

Ghost Game – Joe Knee / Sarawut Wichiensarn

Fantôme figurine Lego

Aujourd’hui, je suis dans un bon jour, je vous offre deux chroniques ciné pour le prix d’une !
À la base, je voulais parler du Ghost Game de Sarawut Wichiensarn sorti en 2006 en Thaïlande et, en cherchant l’affiche pour illustrer cet article, je suis tombé sur un homonyme de 2004 réalisé par Joseph Genou, plus connu sous son nom d’artiste Joe Knee (il n’est même d’ailleurs connu que sous ce dernier nom, vu que j’ai inventé le premier). J’étais plus à ça près, je l’ai regardé.
Verdict : en plus de porter le même nom, les deux films sont aussi à chier l’un que l’autre !

Continuer la lecture de « Ghost Game – Joe Knee / Sarawut Wichiensarn »

Les Terres Bannies, Malice – John Gwynne

La fantasy en noir et blanc, un bail que j’en ai fait le tour après m’être tapé Tolkien et des brouettes de Donjons & Dragons, plus tout un tas de classiques plus nuancés dans le gris (Howard, Leiber, Moorcock…), et par-dessus pas mal de Tolkien-like, Conan-like, D&D-like et autres clones aussi peu inspirés que pas super valables. On me trouve aujourd’hui plus porté vers une fantasy critique à la Pratchett ou à la Bouhélier. La fantasy classique a de plus en plus tendance à m’ennuyer. La fantasy manichéenne m’emmerde à un point prodigieux.
Mais le monde est plein de surprises et les divinités de l’imaginaire pleines de malice… Prenez les Terres Bannies de John Gwynne, par exemple, voilà une série qui reprend tous les codes et éléments de la fantasy classique pour les mettre en scène dans un Grand Affrontement du Bien contre le Mal™, soit tout ce qui me barbe aujourd’hui, et pourtant le plaisir de lire a été au rendez-vous. Comme quoi, tout arrive. C’est le principe de l’imaginaire, vous me direz : rendre possible l’impossible et surprendre. En tout cas quand c’est bien fichu.
Et là, c’est bien fichu.

Les Terres Bannies, T.1 Malice
John Gwynne

Éditions Leha

Les Terres Bannies tome 1 Malice John Gwynne éditions leha
Continuer la lecture de « Les Terres Bannies, Malice – John Gwynne »

Magenta – Nik Guerra & Celestino Pes

Magenta et Lucrèce Nik Guerra Celestino Pes

Magenta
Nick Guerra (dessin) & Celestino Pes (scénario)

Dynamite / Delcourt / Graph Zeppelin

Magenta est une brune volcanique qui a le même coiffeur qu’Elvira. Perchée sur ses talons aiguilles, moulée dans sa robe fendue au décolleté vertigineux, ne quittant pour ainsi dire jamais ses bas et son porte-jarretelles, elle a tout de la pin-up. Tout ? Non. Détail qui n’en est pas un et la différencie de la pin-up standard : Magenta n’est pas juste une jolie gravure coquine à la disposition des appétits masculins.

Continuer la lecture de « Magenta – Nik Guerra & Celestino Pes »

La forteresse de l’Eldorado

Eldorado Fortress Lego 6276

Évoquée quand j’ai replongé dans les souvenirs de mes Lego Pirates, on revient aujourd’hui sur la boîte 6276 sortie en 1989 et intitulée La forteresse de l’Eldorado en France, Eldorado Fortress en Amérique du Nord et Governor’s Fort Sabre au Royaume-Uni. À l’époque, je l’appelais “la forteresse du gouverneur”. Avec un talent pareil pour mettre tout le monde d’accord tout en ne satisfaisant personne, j’aurais dû bosser à l’ONU…
Or donc, toutes gammes confondues, ce bastion fortifié a été ma boîte préférée quand j’étais minot. C’est sans doute de là que vient mon obsession pour le mythe de l’Eldorado. Bien des années plus tard, quand je me suis remis aux Lego, c’est le seul set que j’ai regretté avoir vendu.
Je m’étais dit que je la rachèterai un jour. Ben voilà, c’est fait, pour mon anniv, avec la contribution de ma chère et tendre, vu que ce set coûte aujourd’hui la peau du cul – et mon épiderme fessier, on y tient, moi pour m’asseoir, elle pour me peloter.

Continuer la lecture de « La forteresse de l’Eldorado »