Huit ans à part

L’an dernier, j’avais soufflé les bougies du blog le cul entre deux chaises, moitié satisfait du travail accompli, moitié sur ma faim de ne pas avoir pu faire tout ce que j’aurais voulu.
Aurai-je réussi cette année à poser mon auguste séant à un endroit plus confortable ?
(Suspense insoutenable…)

Anniversaire blog Un K à part unkapart
Attention, gros budget pyrotechnie !

Le démarrage de cette huitième saison aura été poussif. Comme évoqué dans le bilan de début d’année, entre le taf et les avatars personnels, le temps, l’énergie et l’envie ont manqué pour bosser sur le blog pendant le second semestre 2023.
La barre des 1000 articles parus aura tout de même été franchie, soit une petite satisfaction, moins pour le chiffre brut que pour sa symbolique, qui renvoie à un paquet de boulot abattu depuis la naissance d’Un K à part.
Le premier semestre 2024 aura été quant à lui plus fourni. Je me suis bien fait plaisir ces derniers mois tant sur les chroniques de livres que les autres sujets et j’ai ENFIN pu m’atteler à des projets qui traînent dans les cartons depuis des lustres, toujours repoussés pour raisons x, y ou z.

Un bail que j’espérais recaser quelques vieux articles d’histoire japonaise écrits il y a belle lurette, idée remise à plus tard parce que la flemme, surtout. En replongeant le nez dedans, le contenu était valable, la forme beaucoup moins. Aujourd’hui, je n’écris plus comme à l’époque. Style trop sérieux, trop académique, avec trop d’adverbes en -ment… Bref, loin du copier-coller que j’avais imaginé avec juste deux, trois retouches, fallait tout reformuler de A à Z et c’est beaucoup de boulot.
Même si j’avais déjà inauguré le sujet de la culture japonaise avec un copieux article autour du folklore de Hanako, du côté de l’histoire pure, Le tour du monde de Hasekura Tsunenaga a lancé la machine.
Prochain article prévu pour cet été, avec encore des bateaux dedans…

Du côté des briques Lego, l’année aura été pas mal chargée.
Le plus gros morceau de cette saison concerne la gamme Pirates avec l’Eldorado Fortress Icons.
Le chantier de la Batcave a beaucoup avancé avec sept épisodes dédiés à la progression des travaux, plus un épisode bonus inventoriant les véhicules, soit presque la moitié de l’épopée. À ce jour, le corps principal du bâtiment est terminé, augmenté d’une tour Wayne imprévue, et l’aile annexe s’est assez étoffée pour que je commence à en voir le bout. Ce qui m’a obligé à un grand déménagement pour déployer cet édifice qui redéfinit la notion d’encombrant.
En constructions moins ambitieuses, gros temps fort sur les véhicules qui a vu mon parc blindé prendre de l’ampleur avec une demi-douzaine d’engins (mention spéciale à l’inénarrable Panther rose et au tank Blood Angels WH40K). Pas mal de mechas ont aussi rejoint la bande.
La neuvième saison s’annonce pour sa part très médiévale…

Bibliothèque livres étagère Lego

Sur le versant de la lecture, l’année 2023 a été dans son ensemble si peu fournie que j’ai manqué de candidats pour les K d’Or.
Un seul salon, Abbeville, parce qu’il se trouve à portée d’arbalète de chez moi. C’est peu, mais mon handicap étant de plus en plus un obstacle aux sorties, c’est déjà beaucoup.
Depuis début 2024, j’ai davantage plongé le nez dans les bouquins en retrouvant un peu de goût à la lecture. Et j’ai ENFIN (bis) pu me lancer dans des chroniques que j’avais en projet depuis… la naissance du blog pour certaines. C’est le cas des Guerriers du silence de Pierre Bordage, idem la chronique nostalgie autour de Casus Belli, pareil avec Moorcock (Le Chien de Guerre), même chose avec la Bible. Ça aura mis le temps… On en dira autant pour deux articles touchant au petit écran, qui traînaient dans un coin de ma tête depuis assez longtemps pour que je perde le compte des années : Les Brigades du Tigre et L’Agence Tous Risques.
En tout cas, à avoir attendu le moment où je serais “dedans”, je me suis bien éclaté sur la rédaction de ces chroniques.

On citera enfin, au niveau de mon palmarès personnel, deux titres de gloire : une apparition dans Révérence (Marc Falvo) et une autre dans Le tueur des contes de fées (Jess Kaan). Eh ouais, je suis un personnage de roman, la classe intergalactique. Merci, les gars pour ces clins d’œil qui m’ont fait plaisir et amusé !

Bilan de tout ça, on peut dire que la huitième année d’existence du blog aura été, surtout dans sa deuxième moitié, aussi productive qu’agréable, avec beaucoup de plaisir à écrire mes fantaisies délirantes.
Sur le temps long du blog, je suis on ne peut plus satisfait du boulot accompli depuis la naissance d’Un K à part. Si je me suis souvent retrouvé embarqué dans des directions imprévues qui m’ont éloigné de ce que je voulais faire au départ, l’exploration des chemins de traverse, on va dire sur la période 2016-2020, aura été dans l’ensemble profitable. Après une charnière transitoire (2021-2022), me voilà donc recentré sur mon projet initial pour la partie chroniques de bouquins Et pour le le reste – films, Lego, montages Photoshop – qui n’était pas du tout prévu à l’origine sur ce qui était censé être un pur blog littéraire, je vais continuer sur ma lancée, consistant à parler de trucs qui n’ont rien à voir avec mon sujet de départ. Parce que ça m’amuse et c’est bien la seule raison d’être d’Un K à part : me marrer.
J’ai commencé à concocter le menu de la neuvième saison qui s’ouvre aujourd’hui : il y aura des châteaux, des cuirassés, des gladiateurs, du jeu de rôle, des xénomorphes, l’Atlantide. Autant dire qu’on n’est pas près de s’ennuyer…

Publié le Catégories Le blog

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *