Service Presse

Ami éditeur,

Tu n’attends pas après pour moi pour parler de tes bouquins, c’est admis. La réciproque est vraie : je n’attends pas après toi non plus.
Fort d’une bibliothèque de 1800 titres achetés de mes inépuisables deniers, quelques livres de plus ou de moins, même “offerts”, ne feront pas une grosse différence.
Tout ça pour dire qu’il ne faut pas t’attendre à ce que je vienne ramper devant ta porte pour mendier des bouquins : ça n’est jamais arrivé depuis le lancement du blog et ça n’arrivera jamais.

De nous deux, ce n’est pas moi qui ai de la came à fourguer.  A toi, mon bon, de me contacter ( ou ). Je te réponds, on en discute. On traite d’égal à égal.
Alors, oui, ma démarche pue la présomption… ou pas. Car ici, vois-tu, je publie mes textes et suis donc, à mon modeste niveau, éditeur. Comme toi.

Ceci posé, je n’ai rien contre les SP. La preuve, j’en reçois et j’en chronique.
Après, je vais être honnête, j’en refuse plus que je n’en accepte. Au 18 mai 2018, j’en suis à 3 appels à chroniques (seul cas où je vais au-devant des éditeurs), 7 SP acceptés pour 31 déclinés.

Un SP ne constitue en rien un cadeau, on est d’accord. Il demande derrière un minimum de 3-4 heures de lecture attentive et autant de rédaction. Autant dire, vu le prix des bouquins, un “travail” rémunéré pour 2€ de l’heure en papier ou 20 cts en numérique. Une misère donc. A ce taux tiers-mondiste, tu ne m’en voudras pas si je préfère bosser selon certaines règles – les miennes – non négociables :

– Règle n°1 : On ne parle pas du Fight Club (sauf si tu es l’éditeur de l’excellent roman de Chuck Palahniuk).
– Règle n°2 : Avant de me proposer tout et n’importe quoi, merci de jeter un œil au contenu du blog. J’ai un profil de lecteur éclectique mais quand même…
– Règle n°3 : Je n’accepte pas les SP “surprises”. Inutile de m’envoyer des bouquins par voie postale ou par mail sans avoir pris la peine de me contacter au préalable pour te présenter et me demander si je suis intéressé.
– Règle n°4 : 1 SP = 1 chronique, je m’y engage, que le bouquin soit bon ou mauvais, qu’il m’ait plu ou pas. A tes risques et périls…
– Règle n°5 : Comme disait Louis XIV, “le blog, c’est moi”. Si tu espères avoir un droit de regard pré- ou post-publication, me faire passer sous silence une critique négative, ou pire me forcer la main pour vanter une daube, tu oublies.
– Règle n°5b : Nul n’étant incorruptible, on peut s’arranger si ta trésorerie te permet d’aligner une somme à 6 chiffres.
– Règle n°6 : Si tu es auteur et que tu veuilles me proposer un SP à ton compte, tu reprends ce texte depuis le début en remplaçant “éditeur” par “auteur”. Si tu es auto-édité, donc avec les deux casquettes auteur-éditeur, pareil, avec l’option de jongler entre les deux termes.

Pour le reste, c’est à la fraîche, décontracté de l’appendice. Et ça se passe pour me contacter.

Fred K