Route 666

Route 666
(Roger Zelazny)

Un titre pareil fleure bon l’horreur satanique à deux ronds cinquante. C’est déjà mieux que la première édition française de 1974, Les culbuteurs de l’enfer, qui, elle, sentait la nique tout court.
Perdu (ou dommage, c’est selon), ni épouvante ni classé XXX. Mister Z nous embarque dans du post-apo “à la Mad Max”. Guillemets de rigueur, Route 666 est sorti dix ans avant que Mel Gibson ne taille la route à l’écran.

Continuer la lecture de « Route 666 »

Les auteurs en vacances

En décembre 2016, pour le Noël des auteurs, j’avais proposé à une brochette d’écrivains de balancer un ou deux titres de bouquins plus ou moins (hum…) en rapport avec Noël.
On repart pour un tour : la session estivale des conseils de lecture est ouverte !
“Un titre en rapport avec les vacances, ou qui t’évoque les vacances, ou que tu vas lire pendant les vacances.” Telle était la consigne.

Continuer la lecture de « Les auteurs en vacances »

Lucie

Lucie
(Alick)

Un prénom féminin – Lucie, pour les ceusses qu’auraient pas suivi – et un lépidoptère, tu t’attends sans doute à une romance, si tu fais partie de ces niaiseux qui croient que les “papillons dans le ventre” sont le signe de l’amour. Hors quelques cas particuliers (régime alimentaire à base de chenilles, croisière sur le Nostromo), 99% des chatouillis intestinaux témoignent d’une même pathologie. Un genre d’idylle, je le concède. Relation passionnée entre toi et ta fidèle gastro, prémices d’un ménage à trois avec tes gogues. Cette sensation s’appelle drouille.

Continuer la lecture de « Lucie »

Prix des Halliennales, les nominations

Après un teasing de folie il y a un mois et demi, on connaît enfin la liste des auteurs en lice pour le prix des Halliennales.

– Marie Caillet, Les Rumeurs d’Issar ;
– Morgane Caussarieu, Rouge Toxic ;
– Aurore Gomez, L’espoir sous nos semelles ;
– Floriane Soulas, Rouille ;
– Vincent Tassy, Comment le dire à la Nuit.