Une histoire du diable – Robert Muchembled

Vous venez de commencer à lire le 666e article publié sur le blog.
666, rien que ça ! Le chiffre de la Bête, comme ils disent à Trente millions d’amis.
Une occasion pareille ne se présentera pas deux fois, marquer le coup semble donc de rigeur. Fêtons l’événement en compagnie d’un invité de circonstance : le Diable !

Couverture Une histoire du Diable Robert Muchembled Seuil
Continuer la lecture de « Une histoire du diable – Robert Muchembled »

Lectures virales

Le fléau Stephen King J'ai Lu épouvante coronavirus covid-19

Tu es as marre de la psychose autour du coronavirus slash COVID-19 slash nez qui coule made in China, et tu veux te changer les idées ? Tu es bloqué chez toi avec 25 kilos de pâtes et 300 rouleaux de PQ, à te morfondre de ne pas pouvoir aller te faire exploiter par ton patron ?
Pas de panique ! Voici quelques conseils de lecture pour occuper ton temps libre en cette fin du monde low cost.

Continuer la lecture de « Lectures virales »

Le temps désarticulé – Philip K. Dick

Dans le trio de mes auteurs préférés de science-fiction, on trouve Isaac Asimov en villégiature dans sa Fondation, le plagiste Frank Herbert qui batifole dans la Dune et Philip K. Dick avec son nom rigolo. En français, il s’appelle Philippe Bite, le genre de nom qui prédestine à envoyer la sauce. Quand Dick pose les choses sur la table, c’est du lourd. Raison pour laquelle il arrive en tête de mon trio d’auteurs SF chouchous : Dick est le big boss du “triumviagra” (merci Lou pour cette perle).
En matière de questionnement, les deux mamelles qui nourrissent son œuvre se nomment humanité et réalité. Qu’est-ce qu’être humain ? Qu’est-ce qui est réel ?

Couverture roman Le temps désarticulé Philip K Dick Presses Pocket
Continuer la lecture de « Le temps désarticulé – Philip K. Dick »

Carnet de bord : Abbeville 2020

Salon du livre et de la francophonie Abbeville 2020

Une cinquième édition aux couleurs de la Grèce. Arrivé à l’ouverture, y avait pas bézef de monde, sans doute la faute à la psychose du coronavirus et à une absence quasi totale de promotion de l’événement. À 15h30, j’avais fini mon tour, je commençais à me faire chier, je suis reparti. Les autres fois (voir comptes-rendus 2016, 2017, 2018, 2019), j’ai fait les deux jours du salon, mais cette année, je ferai l’impasse sur le dimanche.