Critiques express (45) Le jeu de l’amour et du braquemart

BD érotique bande dessinée

Quand j’étais en classe de seconde, il avait fallu se farcir Le jeu de l’amour et du hasard de Marivaux. Ça m’avait barbé. Comme toutes les pièces de théâtre endurées au collège et au lycée, pour cause d’enseignement hyper académique. De ma scolarité, je n’ai qu’un bon souvenir lié au théâtre : en 1989, notre professeure de français avait emmené la classe voir Le Bourgeois gentilhomme et à un moment de la représentation Valérie Mairesse montrait ses seins. Ça m’avait marqué, je me souviens de cet instant comme si c’était hier…

Les nuits de Luna Damjan Stanich Valérie Dynamite

Les nuits de Luna
Damjan Stanich & Valérie

Dynamite

Je ne savais pas trop à quoi m’attendre en ouvrant Les nuits de Luna, parce que la quatrième de couverture annonce de la rêverie et du fantasme, ce qui, chez beaucoup d’auteurs de BD érotique, tourne au grand n’importe quoi au motif que “c’est du rêve”. Eh bien non !
Ici, rêves et fantasmes s’ancrent dans la réalité des situations quotidiennes de Luna. Son esprit vagabonde… et paf ! Aux côtés des fantaisies imaginaires de la miss, on assiste aussi à ses expériences réelles, sans que le récit tourne à la confusion narrative trop souvent de mise sur le thème des rêveries érotiques. L’album parvient à déployer une ambiance qui se tienne en jouant de cette alternance entre imagination et réalité.
Dans sa crudité, le sexe représenté pourrait tomber dans le trash ou le vulgaire, mais y échappe grâce à la beauté du dessin, aussi bien le trait que la couleur, ainsi que le choix graphique de montrer mais avec une certaine élégance et sans outrance gratuite.
Très bonne lecture pour ma part et j’espère que Luna aura droit à d’autres aventures…

Fantasmes tome 1 Les copines de classe Stefano Mazzotti Delcourt
Fantasmes tome 2 Les petits secrets Stefano Mazzotti Delcourt
Fantasmes tome 3 Les jeux interdits Stefano Mazzotti Delcourt

Fantasmes 1, Les copines de classe
Fantasmes 2, Les petits secrets
Fantasmes 3, Les jeux interdits

Stefano Mazzotti

Delcourt

Réédition en trois tomes des historiettes érotiques de Stefano Mazzotti parues auparavant dans la collection “Selen présente” (voir lien en fin d’article) sous les titres Métamorphoses, Chairs petits secrets, Soumission impossible et La baronne avale la fumée.

Couverture BD Les fleurs du mâle Hugdebert

Les fleurs du mâle
Hugdebert

Ici, pas de scénar prétexte ou à peine. Une bande de potes réunis pour boire un coup et papoter se remémorent leurs souvenirs à tirer des coups et empapaouter. À la plage, dans la neige, en vacances, au bureau, sur le tournage d’un film X, chacun y va du récit de ses aventures. Tous ces extraits s’enchaînent vite et bien et c’est cette dynamique d’ensemble, ainsi que la variété des expériences racontées, qui permet à l’album de fonctionner sans réelle histoire à développer. Astuce classique – Les mille et une nuits et Le Décaméron marchent tout pareil – mais efficace quand elle est bien menée, ce qui est le cas ici.

L'espionne Bruno Coq Dynamite

L’espionne
Bruno Coq

Dynamite

Dynamite a réédité pas mal d’anciens titres publiés il y a vingt, trente ans, ce qui a valu à certains de passer du noir et blanc à la couleur, avec des résultats parfois ratés, souvent bien mais sans rien apporter par rapport aux originaux qui étaient déjà très bien en nuances de gris, et enfin, comme c’est le cas ici, il y a aussi de belles réussites. L’espionne en noir et blanc manquait de relief et l’enquête de X-021 dans le milieu du film X et du snuff (astuce scénaristique facile pour caser des scènes de boule) n’était pas bien palpitante. La même histoire en couleurs prend une autre dimension, bien plus pêchue, un feu d’artifice !

Exposition Ignacio Noé Dynamite

Exposition
Ignacio Noé
Dynamite

Le vernissage d’une exposition retraçant la carrière d’un dessinateur de pin-up est l’occasion pour Noé de brosser un récit tout en ironie et faux-semblants, ainsi qu’un portrait caustique de son milieu professionnel.
On a Martin, visiteur de l’expo, qui donne son avis candide sur les dessins exposés. Pour l’écouter, Ana, petite-fille du dessinateur, qui offre à Martin, à travers les bulles, des réponses très chastes sur les œuvres concernées, pendant que le dessin nous raconte une vérité bien plus olé-olé. Et enfin, Gil Spam, le dessinateur hors d’âge, muet et paralysé, qui se remémore quant à lui les circonstances, souvent peu reluisantes et connues de lui seul, qui l’ont amené à dessiner telle ou telle pin-up.
Cru, drôle, doux-amer, cet album riche de son jeu sur l’illusion et les désillusions est un des meilleurs de Noé, tant sur le plan graphique que thématique.

Come together Erich von Götha Dynamite

Come together
Erich von Götha

Dynamite

Come together figure parmi les premiers travaux d’Erich von Götha, sans doute réédité parce que le nom du gars fait vendre dans sa niche éditoriale et parce que le titre est devenu une rareté. Sauf que rareté ne signifie pas qualité.
Ce titre sans rapport avec les Beatles propose une suite d’historiettes mettant en scène David et Jo, couple de jeunes mariés.
Six mois de mariage et Jo ignore toujours en quoi consiste le boulot de son mari, c’est dire si le scénario repose sur des bases solides… Les aventures de David et Jo sont à la BD érotique ce que David et Jonathan sont à la musique : rien. Cet album ni bon ni mauvais fait partie de ces titres dont on oublie le contenu sitôt la lecture terminée. Rien de marquant dans les personnages, les situations, les dialogues, les frasques sexuelles. Tout est bien conventionnel, sans un poil qui dépasse. Le coup de crayon manque d’assurance, ce qui donne un dessin correct sans plus, avec à l’occasion quelques fulgurances très jolies et aussi quelques ratages pas bien jojos.

Vulverine plug anal X-Men DTC Comics

Amateurs et amatrices de BD olé-olé, rendez-vous dans les autres zones érogènes du blog…
Recueils de chroniques :
un petit coup de fouet
chaleur hivernale
l’Histoire, avec un grand H et un petit cul
boule et bulles
cul en vrac
fesse-tival
un grand coup dans ton cul
et paf !
pas de l’art mais du cochon
les vingt culs écrivent l’Histoire
une aiguille dans une botte de fions
quand on tire, on raconte pas sa vie
Dossiers :
spécial Manara
spécial Selen
spécial Alazar

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *