Critiques express (39) Un grand coup dans ton cul

Disclaimer 18 ans contenu explicite

“Tu l’as voulu, ouais tu l’as eu, un grand coup dans ton cul”, chantait en son temps le groupe de hip-hop MC Warriors. Hommage à ces aventuriers de la spéléologie.

Les 4 amies Atilio Gambedotti Tabou

Les 4 amies
Atilio Gambedotti

Tabou

Série en trois volumes racontant les péripéties de quatre amies d’enfance : Marité, 18 ans, croyante, perdue entre foi et libido ; Sybille, 20 ans, sportive, blasée du cul en quête du grand amour ; Hélène, 19 ans, magouilleuse de première bourre ; Anna, 22 ans, mannequin opportuniste et prête à tout.
Gambedotti enchaîne les historiettes, plus ou moins liées entre elles ou pas du tout. En clair, y a pas de vraie intrigue, le semblant de narration ne sert qu’à amener les scènes de cul. De ce côté-là, ça y va à fond les manettes. Autant dire que quand des magasins généralistes (i.e. la Fnac) essayent de te vendre le machin comme des “aventures érotiques”, on est loin du compte : c’est du porno hardcore.
Le style est clairement inspiré du manga (yeux maxi-format, cheveux mauves) tout en se mariant avec un trait qui se veut réaliste, ce qui donne un résultat étrange avec des personnages qui ressemblent plus à des poupées qu’à des humains. Et faut aimer les couleurs flashy, parce que les planches sont bariolées. Perso, j’aurais préféré du noir et blanc, ou au moins une palette un peu plus resserrée que douze mille milliards de couleurs dans tous les sens.
Verdict : côté cul, y a la dose, le contrat est respecté. Le reste, j’ai pas accroché au style.

Couverture BD Cercle intime Atilio Gambedotti Tabou

Cercle intime
Atilio Gambedotti

Tabou

Même joueur joue encore, mais loupe le coche. Deux pleins volumes d’histoires courtes autour d’un groupe de personnages – ceux-là même qui forment (et déforment) le fameux cercle intime – mais sans relier le tout dans une trame narrative globale, parce que ce serait dommage de se prendre la tête avec quelque chose d’aussi superflu en écriture qu’un scénario. Donc niveau narration, déjà, le doublé ne vole pas bien haut.
Côté dessin, le style oscille entre manga et cartoon, et passe plutôt bien dans l’ensemble tout en donnant l’impression de manquer de fermeté et de virer parfois au simpliste, au trop lisse, au pas assez détaillé. Y a de l’idée mais quelques finitions supplémentaires n’auraient pas été de trop.
Reste le concept qui n’est ni plus ni moins que celui des 4 amies du même auteur, avec deux hommes et deux femmes au lieu de quatre femmes. Le degré zéro du renouvellement.
Entre le déjà vu, la paresse d’écriture et un dessin juste honnête avec un goût de pas fini, ce Cercle intime sent la flemme à plein tarin.

Ageha no Otome Nishikawa Kou manga Fujimi Comics

Ageha no Otome (あげはのおとめ)
Nishikawa Kou

Fujimi Comics

La mère de Mihiro meurt et le voilà qui part vivre dans le manoir de ses grands-parents, une baraque peuplée de soubrettes qu’il va se taper une à une pendant la moitié du manga. C’est bien dessiné mais répétitif dans le concept. La seconde moitié gagne en variété ce qu’elle perd en cohérence avec le reste. Nous voilà téléporté de la demeure Ageha vers une école privée pour filles, avec sa kyrielle de scènes entre donzelles, futanaris, nonnes, enseignantes… Diversité, certes, mais sans lien réel avec le début.
À l’arrivée, le gros album ressemble plus à une compilation de deux petits. M’enfin ça reste une lecture sympathique.

Casting X Mario Pinti

Casting X
Mario Pinti

Bédé adult’ n°241
Internationale Presse Magazine

Casting X est une resucée du film The Game de 1997. Au revoir, Michael Douglas, remplacé par la blonde Clarisse Mercier embarquée dans une chasse au trésor qui camoufle en vérité une quête de plaisir organisée pour sortir ladite Clarisse de son quotidien austère de riche femme d’affaires.
Ni bonne ni mauvaise, une de ces BD comme il s’en pondait à la tonne à l’époque, à savourer pour ses dialogues qui paraissent complètement claqués aujourd’hui.

Couverture BD Les voluptés de l'Orient Express Hugdebert

Les voluptés de l’Orient Express
Hugdebert

Du même Hugdebert, j’avais lu et chroniqué tantôt les deux volumes de Train de nuit. Cet album propose un contenu identique : des gens prennent le train et forniquent, sauf que ce coup-ci ils le font à bord de l’Orient Express. C’est la classe. Et c’est répétitif aussi.
Si le scénario n’est pas ouf, on notera tout de même la qualité du dessin et la documentation de l’auteur sur son sujet ferroviaire.

Couverture BD Quand Cupidon s'emmêle Giuseppe Manunta

Quand Cupidon s’emmêle
Giuseppe Manunta

Tabou

Recueil de petites histoires de Manunta, un peu drôles, un peu désabusées, un peu à chute. En clair, une compil parfaitement random sans la moindre unité autre que le nom du dessinateur.
Lecture sympathique mais pas inoubliable.

Ai ga nakutemo ecchi wa dekiru manga sugarBt Tenma Comics

Ai ga nakutemo ecchi wa dekiru! (愛が無くてもエッチは出来る!)
sugarBt
Tenma Comics

On peut baiser même sans amour ! annonce d’entrée le titre, qui pourrait convenir à toute la production hentai ou presque.
L’opus est riche en fétichisme vestimentaire : collants, uniforme scolaire, tenue de judo, maillot de bain… Tout le dressing y passe.
J’ai bien aimé ce hentai, parce que pour une fois les corps ne se contentent pas d’être filiformes et de le rester peu importe la position des personnages. Les donzelles ont des petites rondeurs, la peau plisse, la chair fait des bourrelets, bref les personnages ont des corps qui réagissent aux mouvements et contorsions comme des corps humains, pas des fantaisies de papier.

Vulverine plug anal X-Men DTC Comics

Amateurs de BD olé-olé, rendez-vous dans les autres zones érogènes du blog :
au chaud pour l’hiver
boules et bulles
cul en vrac
fesse-tival
spécial Manara
spécial Selen
spécial Alazar

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.