Blacklight – Denis Albot

Polars en Nord de Ravet-Anceau (passée depuis 2019 dans le giron d’Airvey éditions), c’est l’histoire d’une collection victime d’inflation galopante, voire délirante quand elle est passée du poche au grand format. En dix ans, les bouquins ont grimpé de 9 à 13€ !
Blacklight, 140 pages, ramenées à 130 pour le texte proprement dit, donc un très, très court roman. 130 pages de texte, 13 boules… Je ne sais pas qui s’occupait de la grille tarifaire de Polars en Nord, mais s’il aime l’escalade vers les cimes, une carrière d’alpiniste semble plus indiquée. Sinon, j’ai bien une autre idée impliquant une catapulte, mais elle va moins lui plaire.
Notez que ça vaut tous éditeurs confondus. On peut bien tartiner tout ce qu’on veut sur la littérature de masse et l’accès du livre au plus grand nombre, on est encore loin de la lecture pour tous. Parce que la lecture coûte cher. Les brochés à 20-25€ (ceux qu’ont connu le franc, je vous laisse convertir et vous représenter la somme pour UN livre) n’ont rien d’accessible au plus nombre. Si j’étais mauvaise langue j’ajouterais qu’ils ont même été conçus pour ne pas l’être (merci la loi du tarif unique ; cf. cette analyse qui décortique le bousin, notamment la partie Le malheur du lecteur).
Après on s’étonne que beaucoup de Français (pas loin de 50%) n’achètent pas un seul livre dans l’année. Dans un pays où 15% de ces mêmes Français vivent sous le seuil de pauvreté, avec ce genre de tarif qui fait de la lecture un loisir de droite au même titre que le golf ou l’équitation, je vois pas trop où y a de quoi s’étonner. La lecture reste un luxe que beaucoup ne peuvent pas s’offrir.

Au tarif éditeur rédhibitoire, Blacklight, je ne l’aurais pas acheté. Et c’est con, parce qu’il s’agit un bon petit bouquin qui t’occupe une soirée sans avoir l’impression de perdre ton temps. Coup de bol, j’ai pu me le procurer au tarif auteur-qui-vide-son-grenier, bien plus accessible, directement auprès de l’auteur qui vidait son grenier.

Blacklight
Denis Albot

Ravet-Anceau

Couverture roman Blacklight Denis Albot Ravet-Anceau Polars en Nord Un K à part
Continuer la lecture de « Blacklight – Denis Albot »

Critiques express (30) Plus c’est long, plus c’est bon… ou pas

Avec leurs six cents, mille voire quinze cents pages, des titres comme Voyage au bout de la nuit (Céline), Ça (Stephen King), Dune (Frank Herbert), Les guerriers du silence (Pierre Bordage), Olangar (Clément Bouhélier), Le Seigneur des Anneaux (Tolkien), Âmes de Verre (Anthelme Hauchecorne) et bien d’autres mastards, prouvent qu’on peut s’enfiler des quantités pharaoniques de papier sans finir avec une indigestion mais au contraire tutoyer la perfection propre aux chefs-d’œuvre.
Encore faut-il que ces tonnes de pages racontent quelque chose qui emporte le lecteur et ne se contentent pas d’aligner les mots pour essayer de remplir l’espace avec du rien. Parce que, paradoxe, le rien, ça devient vite lourd et certains romans XXL revêtent une teinte soixante-huitarde non par leur esprit de révolte mais en renouant avec la vocation assommante du pavé.
En clair, c’est long pour le peu que ça raconte et on s’emmerde bien comme il faut.

Continuer la lecture de « Critiques express (30) Plus c’est long, plus c’est bon… ou pas »

Star Wars : A new ho-ho-hope

Lego Star Wars A New Hope Christmas

Le siège social du blog se pare des couleurs de Noël, parce que sur Un K à part, on adore Noël. Nan, je déconne. En vrai, je n’ai qu’une hâte, c’est d’être au 2 janvier, débarrassé du pensum de fêtes qui n’ont plus rien de festif depuis un bon quart de siècle.

Jardin sous la neige bataille de Hoth
Mon jardin sous la neige

En attendant la quille, j’ai quand même fait un effort décoratif dans ma bibliothèque. On ne pourra pas dire que je n’y mets pas du mien.
Bon, ça ne saute pas yeux, j’avoue… Sur la rangée supérieure où trônent mes figurines impériales Lego, le Dark Vador père Noël est passé devant la version classique. Voilà, c’est tout. Et c’est déjà pas mal.

bibliothèque Noël Un K à part Dark Vador Lego
Pour ceux qu’ont un peu de mal à visualiser, le Vador incriminé se situe sous les sabres.

Critiques express (29) Ça va chier dans le ventilo

Disclaimer 18 ans contenu explicite

Aujourd’hui, on s’embarque pour une série de lectures réservées à un public très averti : littérature érotique, scatophilie et ondinisme au programme des réjouissances. Pour ceux qu’ont du mal avec les mots de plus de quatre lettres, on va parler porn, caca et pipi.

Littérature érotique talon aiguille
Continuer la lecture de « Critiques express (29) Ça va chier dans le ventilo »