Trois ans à part

Troisième anniversaire pour le blog ! Il s’en est passé depuis l’an dernier !
Avant de faire sauter les bouchons et de se démonter la tête au pétillant, profitons d’avoir l’esprit encore clair pour un petit bilan des familles.

Bougies troisième anniversaire blog Un K à part
Note pour le prochain anniversaire : investir dans de vraies bougies.

1 – 2018-2019, résumé d’un an à part

La conquête des internets a suivi son bonhomme de chemin. Sans faire d’étincelles, mais bon, l’audience progresse, à son rythme, et ça me va. Le milliard d’abonnés sur les réseaux sociaux est encore loin, mais on se marre bien, c’est le principal. En matière d’audience, vaut mieux une petite qui fonctionne qu’une grosse qui bande mou (n’allez pas en tirer des conclusions sur la taille de ma bite, vous vous mettriez le doigt dans l’œil… ou ailleurs à votre convenance).
Après presque un an d’utilisation, je ne suis toujours pas convaincu par ces deux usines à brasser du vent que sont Instagram et Twitter. Faut dire qu’Insta est prévu à la base pour des photos, bonjour l’inadéquation vu que je bosse sur du texte. Quant à Twitter, conçu pour du format ultra court, mes chroniques en 2000 mots trouvent les lieux étroits.
M’enfin j’y traîne mes guêtres, donc si tu veux voir à quoi ressemble un blogueur en guêtres et profiter d’une ambiance détendue, n’hésite pas à rejoindre la joyeuse bande k-à-partienne (Instagram, Twitter). Je te conseille plutôt de me suivre sur ce bon vieux Facebook, qui reste ma plateforme privilégiée depuis les débuts du blog.
J’ai aussi testé Livraddict depuis six mois. Pas que ce soit une mauvaise plateforme, l’ambiance y est bonne, mais pas mon truc. La partie forum regorge de challenges en veux-tu en voilà, sauf que je n’ai pas une approche compétitive ou productiviste de la lecture. Je m’y sens autant à ma place que Mère Teresa sur le tournage d’un Jacquie et Michel. ‘Fin bref, ça fait toujours un vecteur supplémentaire pour diffuser les chroniques, permettre à des gens de connaître le blog, en découvrir d’autres, c’est pas perdu.

Après les flops et le mi-figue mi-raisin, les tops !
Du lourd côté lecture, mais j’y reviendrai dans quelques mois lors de la cérémonie des K d’Or.
Niveau échanges, l’année aura été riche en interviews, avec des mentions spéciales aux séries mois de l’imaginaire 2018, aux paroles de lectrices début 2019, à l’interview déjantée de Patrick Mc Spare et Harley King et à ma première interview pour Onirik. Je peux déjà annoncer que les mois à venir apporteront leur lot d’interviews rigolotes.
Une fois n’est pas coutume, les temps forts et moments inoubliables auront eu lieu en salon. Aux Grands Anciens (Halliennales, salon du livre d’Abbeville) se sont ajoutées de très belles découvertes (Mon’s Livre, Atrebatia, salon jeunesse d’Abbeville), plus une improbable virée amiénoise mi-dédicace mi-shopping le mois dernier.
On ne le dira jamais assez, les salons et les festivals, c’est très très glop. Des découvertes de bouquins et d’auteurs à foison (un gros tiers des chroniques depuis la naissance du blog), des rencontres, des retrouvailles, des amitiés, des discussions enrichissantes sur l’écriture, de la pâtisserie, des grimaces, des fous rires… C’est un monde fou, fou, fou où j’aurai encore pris cette année grand plaisir à traîner mes fameuses guêtres.

Au final, des articles, beaucoup d’articles, assez pour que la barre des 500 soit franchie en début d’année. Pas tant pour le nombre en soi, hein, c’est à la portée de n’importe quel jean-foutre de le gonfler en multipliant les publications creuses comme un trou de balle.
Au-delà des chiffres, je suis surtout content du chemin parcouru et de l’inscription d’Un K à part dans la durée et la régularité. Trois années bien remplies et nous voilà partis pour une quatrième !

Trois ans d’un blog perché, pile à l’image de ce que je voulais, une belle réussite (les chevilles, Fred, les chevilles…). Un sacré cas, K !
Sur le court terme, la période 2018-2019 fut encore meilleure que les précédentes et l’année 2019-2020 promet de placer la barre encore plus haut. Sur le long terme, le blog s’est forgé une identité, un style, une petite communauté qui a le sens de l’humour (indispensable pour supporter mes âneries).

Batman Catwoman Lego DC Comics DTC Troisième anniversaire blog littéraire Un K à part
Classieux et élégant, Un K à part a été élu “blog romantique de l’année” par les lectrices du magazine “Les Anges de Gotham”.

2 – Une putain d’année à part !

Vu les retours positifs des un(e)s et des autre(e)s, ce n’est pas encore aujourd’hui que je rougirai de la qualité proposée sur le blog (bon ben pour les chevilles, c’est mort de chez mort…). Merci pour les éloges en commentaires ou en privé, ça fait plaisir de voir son travail apprécié !
Autre indicateur qualitatif, le service presse. Rassurez-vous, je n’en rackette pas plus qu’avant, soit zéro cette année (ma petite fierté !). Les seuls que je chronique sont ceux que des éditeurs ou des auteurs me proposent, et encore j’en refuse les trois quarts pour ne me limiter qu’aux plus pertinents.
Toujours pas compris en quoi le fait d’être à la tête d’un blog littéraire donnerait un droit automatique pour un accès illimité à la boîte à gâteaux. Sinon, j’aurais lancé Un carat à part, blog sur les lingots d’or, je te raconte pas la tronche des SP à 40000€ !
Je ne suis jamais qu’un lecteur parmi d’autres, et comme les autres je paye mes livres, fidèle à ce principe : quand on clame sur tous les toits qu’on adore la lecture et les livres, ça semble un minimum d’acheter ses bouquins plutôt que de harceler les éditeurs en mode “mam’zelle, file-moi ton 06”. C’est encore le meilleur moyen – le seul à dire vrai – de faire vivre les auteurs.
Or donc, passé cet aparté primesautier, les rares SP que j’ai acceptés, je les dois à des auteurs qui apprécient assez mes analyses, mon style et mes vannes débiles pour me soumettre leur dernière parution. Quant à savoir si ces gens sont mûrs pour la camisole ou clairvoyants, il ne m’appartient pas de dire que la deuxième réponse est la bonne, la question reste donc posée. Dans tous les cas, respect pour leur goût du risque. Et un grand merci pour les échanges stimulants autour de vos ouvrages.
Pas la première fois que le phénomène se produit (pensée émue pour mon premier SP d’auteure il y a deux ans et demi), mais cette année, il y en aura eu un peu plus que les précédentes. À mes yeux, c’est le prix d’excellence : voir la chronique reconnue comme un travail d’écriture, pas juste du tagada tsoin tsoin à deux ronds cinquante sur l’air de “j’ai trop aimé ce livre parce qu’il est trop bien hihihi”.
Dans la même veine, je citerai les propositions de bêta-lectures par des auteurs assez fous pour se frotter au sergent Hartman du stylo rouge. Dans le genre marque de reconnaissance et de confiance, ça se pose là. Vu que les manuscrits, c’est comme le fight club, on n’en parle pas, je ne citerai pas de noms. Un très grand merci aux intéressé(e)s qui se reconnaîtront !

Si je devais résumer ces trois années à part en un seul mot, ce serait bien celui-ci, la confiance.
Quand des lectrices du blog m’annoncent qu’elles ont lu des bouquins sur la foi de mes chroniques, merci pour le témoignage de confiance ! Dans ces cas-là, je me dis que j’ai réussi à transmettre quelque chose, l’envie de lire, ce qui a toujours été le projet du blog au-delà de simples avis de lecture. En soi, mon avis n’a aucune importance, on s’en cogne, comme de connaître ma couleur préférée ou de savoir si j’ai aimé ce que j’ai bouffé à midi.
Raconter quelque chose du livre, elle est là la démarche d’Un K à part. Pas juste répéter comme un gogol “ce roman il est trop super bien, achetez-le” sans expliquer en quoi il est bon. Je laisse ça aux influenceurs et à leurs articles complaisants qui tiennent moins de la chronique que de la publicité. Si j’avais voulu avoir de l’influence sur les gens, j’aurais suivi un cursus d’hypnotiseur ou de fabricant de GHB.
Ici, j’amène la démarche, mais le sens, c’est vous qui l’apportez à travers cette confiance. Que dire, si ce n’est un mot de cinq lettres pas prononcé par Cambrone : merci !

Auteurs invités aux Halliennales 2019 sur le stand Un K à part avec Tiphaine Croville Olivia Lapilus et Stéphane Melin
Le grand projet de l’année !

Puisqu’on parle de démarches qui font sens, ma fierté pour 2018-2019, le diamant du bilan, c’est l’opération Savonnette, le projet Game of Blog, le stand Un K à part aux prochaines Halliennales !
Ça a été LE truc maousse en préparation pendant la saison 3 du blog, ce sera LA grosse réalisation au programme de l’an IV !
Dire que ce stand me tient à cœur redéfinirait la notion d’euphémisme. À cela deux raisons :
– le fun, parce que la rigolade lors d’une journée magique en salon forme à la fois le point de départ et l’objectif de l’opération, l’alpha et l’omega ;
– le sens, parce qu’être auteur, ce n’est pas que chercher l’inspiration en matant le soleil couchant, un mojito à la main, c’est aussi, entre autres difficultés, la galère pour décrocher des places dans les salons. J’ai eu la possibilité de faire quelque chose de constructif pour soutenir des auteurs, le Graal pour un amoureux de lecture. Comme dirait l’oncle Ben (celui de Spiderman, pas celui du riz), “un grand pouvoir implique de grandes responsabilités”. À mon échelle modeste, je ne dispose que d’un petit pouvoir, mais ça n’empêche, l’idée reste la même. Quand tu as l’opportunité d’être un super-héros, tu sautes dessus !
Festival du fou rire, démarche de soutien autour du livre et des auteurs, envie de sortir la tête de la matrice pour mettre un pied dans la réalité concrète, occasion de faire le pitre de l’autre côté de la table, et puis changer un peu des projets en solo vu que sur ce coup on est quatre impliqués sur le stand, et même six en comptant les organisateurs qui ont rendu la chose possible. Merci à Maxime, Sophie, Tiphaine, Olivia et Stéphane, vous êtes quand même des grands malades de me faire confiance à ce point !…
J’ai hâte d’être à octobre prochain et je compte les jours (inutile de vous jeter sur le calendrier, il en reste 91).

Star Wars Lord of the Rings Lego Communauté de l'anneau
Merci à toute la communauté de la savonnette !

Conclusion, on n’aura pas chômé. Merci à toutes et à tous pour cette année pleine de folie ! Et remerciements particuliers à celles et ceux qui auront soutenu le blog, le blogueur ou mon vrai moi dans les moments difficiles. Cet univers foufou de livres et de Lego, peuplé de femmes-chats en tenue moulante, de girafes qui font pouet, de hobbits joufflus, de voyageurs dimensionnels et d’éleveurs de dragons, où tu croises aussi bien Freddie Mercury que monsieur Spock, je ne le changerais pour rien au monde.

2 réflexions sur « Trois ans à part »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *