SFFF (2) Science-fiction

Sexy stormtroopers

Temps XXX et science-friction

Le seul point de la science-fiction sur lequel tout le monde s’accorde, c’est la difficulté d’en établir la définition. Après, a-t-on besoin d’une définition précise comme un coucou suisse ? On s’en bat les noix avec une raquette de jokari. On le sait d’instinct, quand c’est de la SF, parce qu’on en a tous une représentation mentale, nébuleuse, certes, mais suffisante.
La science-fiction, en caricaturant à mort, c’est un récit avec de la science dedans, science qui relève de la fiction en faisant appel à des technologies qu’on ne possède pas encore.
Définition qui n’est pas du tout satisfaisante, en partie parce que le genre n’a pas uniquement vocation à imaginer les technologies du futur, et en partie parce que le genre est devenu un fourre-tout vaste, vague et varié.

Continuer la lecture de « SFFF (2) Science-fiction »

SFFF (1) Metal hurleur

SFFF, y voir plus clair… ou pas

Précision liminaire, cette série d’articles sur la SFFF n’est qu’une somme de remarques en vrac sur le thème de l’imaginaire, pas une thèse rigoureuse avec un plan carré en vingt-sept sous-parties. Des pistes de réflexion, pas de vérités absolues, je suis toujours parti du principe que l’imaginaire était un domaine mouvant et libre, pas le royaume du “il faut”, “on doit”, “c’est comme ça qu’on fait/pense/dit et pas autrement”.
(Pour dissiper toute ambiguïté, précisons aussi qu’il sera question de littérature de genre, pas de la Société française de fist-fucking.)

Smartbox la Fistinière escapade délicieuse
Continuer la lecture de « SFFF (1) Metal hurleur »

Juste avant le crépuscule – Stephen King

Juste avant le crépuscule
Stephen King
Le Livre de Poche

Couverture Juste avant le crépuscule Stephen King Le livre de poche

Hello, my friend, stay awhile and listen.
Celle-là, si je ne l’ai pas entendue douze mille fois dans Diablo… Deckard Cain attaquait chacun de ses speechs sentencieux avec cette ouverture aussi invariable que des haut-le-cœur provoqués par des vol-au-vent.
Fallait rester planté là comme un radis et écouter le baratin de l’ancêtre, alors qu’il y avait tant de choses plus constructives à faire. Par exemple semer des tas de pognon sur la grand-place du village et élever Tristram au premier rang des paradis fiscaux.

Continuer la lecture de « Juste avant le crépuscule – Stephen King »

La maîtresse de guerre – Gabriel Katz

La chronique de La maîtresse de guerre pourrait tenir en une phrase : ce bouquin est aussi bon que son auteur est chauve.

La maîtresse de guerre
Gabriel Katz
Scrineo

Couverture La maîtresse de guerre Gabriel Katz Scrineo
Ça tombe bien, mon vrai métier en dehors du blog, c’est maître de guerre.
Continuer la lecture de « La maîtresse de guerre – Gabriel Katz »