Olangar – Clément Bouhélier

Olangar, Bans et barricades
Clément Bouhélier
Critic

J’ai acheté les deux tomes d’Olangar aux dernières Halliennales. En aveugle. Aucune idée de ce qui pouvait se raconter dans cette paire de bouquins, pas lu les quatrièmes. Rien, nib, peau de balle. Raisons rationnelles, zéro. Et même les irrationnelles, vu que je ne suis pas un acheteur compulsif… Il ne reste qu’une de ces impulsions si chères à Homère d’une main divine qui aurait guidé la mienne.
Résultat des courses après pas loin de 900 pages de lecture :
– J’ai été bien inspiré, Olangar est excellent.
– Dieu existe et il me déteste.

Olangar Bans et barricades Clément Bouhélier

Je chronique d’un coup le duo de bouquins. Ils forment un tout, divisé en deux pour d’évidentes raisons pratiques : un volume simple aurait été épais comme un dico. Pour paraphraser le philosophe hobbit Arnaud Unik, une seule histoire pour les gouverner tous et dans la lecture les lier. Donc une seule chronique. CQFD (abréviation de “ce que Fred démontre”).

Bienvenue dans le royaume d’Olangar… On y croise des humains, des nains, des elfes et des orcs. Éléments de fantasy assez classiques pour m’épargner un long développement sur les petits barbus, les grandes oreilles et les peaux-vertes.
Pas de magie, ce qui est assez rare en fantasy pour être souligné. Ouvriers, charbon (le mildur), usines, train et télégraphe prennent la place des sorciers en robe. Le décor correspond grosso modo à notre deuxième moitié du XIXe siècle : les débuts de l’ère industrielle, aussi bien en Europe qu’outre-Atlantique.
Pour le versant européen, je te renvoie à tes cours d’histoire sur la période : exode rural, essor du capitalisme, exploitation ouvrière, lutte des classes, émergence du syndicalisme, pseudo-démocratie via un suffrage universel qui n’a jamais fait que remplacer une oligarchie par une autre… Autant de thèmes qui forment le cœur intelligent du roman et donnent matière à réflexion pour le lecteur. Vu qu’on vit toujours sous le même modèle économique et social, Bouhélier ne parle pas que du passé mais aussi du présent, en témoignent des allusions aux “sans-dents” et aux “yeux dans les yeux”.
Côté américain, on pense grands espaces, attaque de train et poudre qui parle plus souvent qu’à son tour. Et on pense bien. Olangar intègre des éléments de western qui permettent de s’aérer des fumées d’usine.
À l’arrivée, c’est comme si Warcraft rencontrait Germinal et Il était une fois dans l’Ouest. Une fantasy industrielle et sociale, avec des accents steampunk et western.
Ce mélange aussi improbable que détonnant fonctionne à merveille. Bouhélier bâtit par-dessus un monde complet. Deux gros morceaux urbains avec Olangar, la capitale, et Frontenac, cœur métallurgique du royaume, plus une tripotée d’infos sur les régions périphériques (provinces du sud, territoires elfiques, désert de l’ouest). Un continent avec une histoire, une économie, une société, un système politique… et toutes les tensions qui vont avec.
Bouhélier nous en apprend un peu plus à chaque page en jouant sur les procédés (exposé par un narrateur omniscient, explications données par un personnage à un autre…). Il ne manque rien au tableau : on referme le second tome en sachant tout d’Olangar sans avoir l’impression de s’être enfilé une encyclopédie barbante. J’ai visité beaucoup de mondes au cours de ma vie de lecteur et de rôliste, celui-ci fait partie des plus riches et des mieux construits que j’ai pu lire.

Tyrion Lannister Snow White
Dans “Olangar”, la classe ouvrière est constituée de nains qui hé ho hé ho vont au boulot.

Olangar n’étant pas un supplément de jeu de rôle, suffit pas d’avoir un univers, encore faut-il qu’il s’y passe quelques chose.
Côté intrigue, grosse densité aussi. Le contexte électoral et les magouilles afférentes tiennent du thriller politique, genre qui sous-tend l’ensemble du roman. L’enquête d’Evyna autour de la mort de son frère apporte une orientation polar. S’ajoutent des péripéties héritées du western, du roman d’aventure et même du roman d’espionnage (le dernier segment a des airs jamesbondien).
Olangar est un roman qu’on qualifiera de choral, non pas parce que les personnages s’expriment en chantant – ça, c’est dans le space opera les comédies musicales – mais parce qu’il multiplie les points de vue. Un bon plan autant pour bâtir tel ou tel point d’univers ou d’intrigue autour de personnages concernés au premier chef. Donc pas mal de monde, pas mal de noms, mais bon, ce n’est pas un botin non plus à apprendre par cœur… et vu le taux de mortalité, le lecteur ne sera pas encombré de protaganistes à se rappeler par paquets de cinquante. (Et sinon, il y a toujours la possibilité de se rabattre sur Oui-Oui si on aime les lectures hyper faciles d’accès…)
Choix d’écriture intéressant autour de ces personnages, le jeu sur la temporalité. Bouhélier jongle entre le passé du narrateur externe et le présent qui place le lecteur dans les pompes des protagonistes. Faut s’y faire au début, il y a des passages où le procédé fonctionne un peu moins, mais dans l’ensemble bien vu pour l’implication du lecteur et le dynamisme apporté aux scènes d’action.

Olangar, c’est donc du costaud, et pas juste parce que les deux tomes sont assez lourds pour assommer un orc. Une petite préférence pour le premier volume, ce qui doit surtout à mes goûts de lecteur. Je suis toujours plus attiré par les tenants, quand l’auteur pose son bazar sur la table (enfin, on s’entend, hein…). Les aboutissants, s’ils sont logiques, je les vois arriver (et ici, j’avais deviné où on allait entre les deux épisodes), donc ils m’emportent moins. Mais bon, ça, c’est moi. L’ensemble est de très haute volée du début à la fin.
À lire si on aime les univers foisonnants, la fantasy qui sort des sentiers balisés et la réflexion intelligente sur notre société, qui aurait tendance à s’y embourber, dans le sentier.

(Ce roman a été récompensé par un K d’Or.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *