Interview Halliennales : l’Eldorado de Sophie Jomain

Après le trio de festivalières Valérie-Émilie-Aurélie et mes trois auteurs en or (Tiphaine Croville, Olivia Lapilus et Stéphane Melin), on conclut la série d’entretiens Halliennales du mois avec une invitée bonus.
J’ai profité d’une opération portes ouvertes au siège social du blog pour interviewer Sophie Jomain.

Sophie Jomain romans livres bibliographie

K – Bonjour Sophie, tu es une auteur/e/trice/teuse/tesse qu’on ne présente plus, on va donc zapper la question rituelle que je t’ai déjà posée lors d’une précédente interview.
Tu seras en dédicace lors des Halliennales le 5 octobre prochain. Huitième édition, huitième participation ! Parle-nous un peu de ta première fois.

Sophie – C’était dans une pièce exiguë et… pardon, je réponds à la mauvaise question ! C’était l’édition 2012, la toute première, et en arrivant à Hallennes, je me suis dit : “qu’est-ce que c’est que ce traquenard ?” Il s’est avéré que les Halliennales se sont démarquées comme the best salon du livre ever ! Après Livre Paris, je n’avais jamais signé autant de livres et rencontré autant de monde en si peu de temps. L’accueil chaleureux m’a marquée, tout comme les 2,06 mètres de Benjamin Berdeaux, l’un des fondateurs du salon. En temps ordinaire, j’ai l’air d’une naine mais là j’étais une petite naine (un Fanta, s’il vous plaît ! private joke).

K – Une anecdote ou un fait marquant, toutes éditions confondues. Attention, on veut de l’exclusif à faire pâlir Closer et Voici !

Sophie – Eh bien, c’était lors de la première édition justement. J’avais été contactée par l’équipe d’Envoyé Spécial qui faisait une émission sur les fans de vampires et comme c’était le thème de cette édition, je me suis retrouvée affublée d’un micro sur le t-shirt et d’un récepteur dans le dos, suivie par des journalistes toute la journée. Autant dire que pour rester naturelle, on fait mieux. Au final, je n’ai pas dû être assez extravagante parce qu’ils ont finalement décidé que mon look manquait de sensationnel pour passer à l’écran. Blague à part, ça a été l’occasion de parler du salon qui depuis n’est plus à présenter.

K – Quelles sont tes attentes cette année par rapport au festival ?

Sophie – Pour la première fois depuis que je participe aux Halliennales, je ne vais dédicacer que trois heures, de 10h30 à midi et de 15h à 16h30. J’espère donc que les lecteurs ne m’en voudront pas. J’ai une bonne excuse, ma casquette de co-organisatrice. Cela dit, je présenterai les sorties poche de Pamphlet contre un vampire et de Thérapie du crime aux éditions J’ai Lu, toutes neuves, puisqu’ils paraîtront le 2 octobre.

Halliennales 2018 Marie-Laure Barbey et Sophie Jomain
Marie-Laure Barbey et Sophie Jomain

K – Concernant ton actualité littéraire, quels titres vas-tu présenter au salon ? Quelles sont tes dernières sorties ? Et quid de tes travaux en cours ?

Sophie – Je présenterai tous mes titres, en plus de Pamphlet et Thérapie. Quant à mon actualité… quelques soucis de santé m’ont contrainte à faire une longue pause dans l’écriture. Cela dit, j’ai plusieurs projets sur le feu : le premier spin-off de Noss Head chez Rebelle Éditions, un roman féminin à paraître aux éditions Charleston et un roman tout à fait particulier sous pseudo aux éditions Flammarion et dont je vous parlerai plus tard. (Tu remarqueras, Fred, que je me surprends à te vouvoyer.)

K – Votre… ton Eldorado à toi, c’est quoi ?

Sophie – Partager des sushis avec Fred d’Un K à part tout en refaisant le monde ! Sinon, j’aime bien qu’on soit gentil avec moi.

K – Un de ces quatre, je te ferai goûter mes sushis maison, tes papilles n’en reviendront pas.
Pour finir, un petit mot pour les visiteurs qui viendront te voir lors de ce salon en or massif ?

Sophie – J’aime beaucoup les M&M’s à la cacahuète (sifflote).

Sophie Jomain Wonder Woman interview Halliennales blog Un K à part

Florilège de chroniques :
Apocryphe
Cherche jeune femme avisée
D’un commun accord
Et tu entendras le bruit de l’eau
Felicity Atcock 1, Les anges mordent aussi
Felicity Atcock tomes 2 à 6
Felicity Atcock cross-over, Les anges ont la mort aux trousses
Pamphlet contre un Vampire
Quand la nuit devient jour
Thérapie du crime
La semaine prochaine, il y aura la chronique du premier tome des Étoiles de Noss Head en version illustrée par Marie-Laure Barbey-Granvaud ! Et le 5 octobre, il y aura des M&M’s à la cacahuète aux Halliennales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *