Cérémonie des K d’Or 2019

Comme tous les ans à la date fatidique de mon anniversaire – je fête aujourd’hui mes 3867 ans – l’or coule à flots pour récompenser les livres qui m’auront valu les meilleurs moments de lecture sur l’année écoulée.
Les gens de lettres du monde entier tremblent dans leur slip en attendant l’ouverture des enveloppes… Qui seront les cadors 2019 ? Qui aura la joie de déposer un K d’Or dans son armoire à trophées ? Qui, qui, qui sont les Snorkies ?

K d'Or les cadors Un K à part

Concernant la seconde question, la réponse est “personne”. Le blog n’a pas les moyens de fondre des statuettes en or. Ici, on préfère investir en philanthropie plutôt que dans le clinquant, chacun son truc.
La première question a bien failli avoir la même réponse, l’édition 2019 de mes K d’Or chéris s’étant retrouvée à deux doigts de passer à la trappe. Au moment de rédiger cet article, le manque de matière s’est fait sentir. J’ai lu à peu près deux fois moins de livres que l’an dernier. Moins de temps avec d’autres occupations et préoccupations IRL, pour le pire comme pour le meilleur (ou la meilleure, pour le coup, et quand je dis “pour le coup”…). Moins envie de bouquiner comme de chroniquer, j’ai préféré m’éclater sur les publications liées au stand Halliennales du blog, bouffée salutaire pour m’aérer l’esprit.
Dans le lot des lectures, une courbe en cloche où l’essentiel va de moyen à bon. D’un côté des extrêmes, quelques étrons mais aucun qui m’ait assez fait palpiter les boyaux pour mériter un KK de bronze. Il aura chaque fois manqué le frémissement nanar pour dépasser le simple stade de la lecture pénible. À l’opposé, parmi le haut du panier, du bon et du très bon mais peu de titres à m’avoir mis la fameuse “claque” si chère aux adeptes du lieu commun (#stopLesViolencesLivresques).
Maintenant que la séance blabla inutile est terminée, place à la liste des lauréats qui recevront leur trophée des mains d’Angelina Jolie.

Angelina Jolie attending K d'Or Awards 2019
Bon, là on n’en voit qu’une de main, mais elle en a deux.

Les K d’Or 2019 vont à…

Robert Howard, pour Conan le Cimmérien

Alors oui, c’est vieux, c’est vu et revu, copié et recopié. Mais Conan reste une base de la fantasy et une œuvre fondatrice. Surtout, en relisant les aventures du plus célèbre des barbares, j’ai retrouvé ma virginité de lecteur, emporté par le récit sans m’occuper de décortiquer le texte, de réfléchir en termes de techniques d’écriture et de codes. Le drame d’être chroniqueur, c’est que la lecture tient davantage de la discipline universitaire que du plaisir. Et là, c’était du pur plaisir.

Conan le barbare Robert E Howard Bragelonne K d'or 2019

Anthelme Hauchecorne, pour Moitiés d’âmes

Moitiés d’âmes, c’est la rencontre parfaite des trois éléments qui forment, quel que soit le genre littéraire, un bon livre : le récit, le fond, la forme. Tout est là, histoire, personnages, univers, thème, propos, style. Un sans-faute.

Moitiés d'âme Anthelme Hauchecorne Gulf Stream K d'or 2019

Paul Colize, pour Un jour comme les autres
Sophie Jomain, pour Et tu entendras le bruit de l’eau
Cédric Sire, pour Vindicta

Un triplé de choc pour des romans pas comme les autres, dans lesquels on entend le bruit de l’auteur qui se creuse la soupière. Deux raisons m’ont poussé à sélectionner ces titres. La première, évidente, c’est qu’ils proposent une haute qualité d’écriture. La seconde, c’est la remise en question qu’ils représentent (c’est d’ailleurs le thème du bouquin de Jomain).
Chacun de ces auteurs affiche dans sa bibliographie des titres qui ont bien marché, tant sur le plan commercial que critique. Ils auraient pu tous les trois, sans trop se casser la tête, continuer à produire la même chose avec le même résultat. Plutôt que vivre des rentes de la routine, ils ont choisi le pari du renouvellement au niveau du fond, de la forme et/ou du genre, avec la prise de risques qui va avec. C’était couillu/ovarien de leur part. Pari réussi.

K 2019, season finale*

* Se prononce “six zones faille anale” (NdT)

Cette année a été très particulière pour le blog. Concernant les rares points négatifs, je ne vais pas m’étaler dessus, ne serait-ce que pour garder l’effet de surprise le jour où ça va se payer (pour info, je suis en train de relire Clausewitz, Sun Zu et Machiavel, bonne chance !).
Le positif l’emporte haut la main (peau de lapin). Interviews autour du blog, plusieurs événements littéraires où on m’a déroulé le tapis rouge, moments en salon inoubliables/magiques/gourmands/rigolos (ne rayez pas les mentions inutiles, aucune ne l’est), mon nom dans une paire de bouquins où j’ai apporté mon œil de lynx comme bêta-lecteur ou relecteur, chouettes cadeaux livresques et beaucoup de marques d’intérêt, de soutien, de confiance, de gentillesse.
Un de ces quatre, faudra que je crée un prix pour récompenser toutes ces personnes de valeur (qui se reconnaîtront). En attendant de trouver un meilleur nom que le “K-Valeur”, qui risque de faire jaser dans les chaumières, mille mercis, vous êtes adorables.

K d'honneur

Puisqu’on parle de gens en or et d’année particulière, mention spéciale à quatre personnes qui ont beaucoup apporté au blog, au blogueur Fred K et à mon vrai moi de Fred tout court (enfin “tout court”, ma règle graduée ne partage pas cet avis). Je leur dois une part importante du fun et des moments fous de cette année littéraire à part, un immense merci à…

Tiphaine Croville
Olivia Lapilus
Stéphane Melin

Le trio star a brillé lors des Halliennales 2019 comme pendant les mois passés à préparer l’opération. Professionnels sur le versant auteur, adorables sur le versant personnel, les trois zozios ont dépassé mes attentes. En une phrase : ça valait le coup et si c’était à refaire, je referai la même chose, avec les mêmes personnes, pour les mêmes raisons et avec la même motivation (ainsi que la même perruque).
Tiphaine, Olivia et Stéphane reçoivent donc le K d’honneur, alias “K d’O”, parce que c’est cadeau !

Halliennales stand Un K à part Usual Suspects Tiphaine Croville Fred Olivia Lapilus Stéphane Melin
Attention, ces individus sont considérés comme très dangereux : ils peuvent vous faire mourir de rire.

Sophie Jomain

K d’honneur aussi pour la maman de Felicity Atcock, qui…
… a apporté au stand Halliennales sourire et bonne humeur, pendant les préparatifs comme le jour J (voir photo ci-dessous),
… a embarqué ma pomme à la place d’honneur lors d’une dédicace à la Fnac d’Amiens pour la sortie de Gâteau d’amour, ainsi qu’au salon du livre jeunesse d’Abbeville,
… m’a proposé de participer au Festival du livre romantique comme bénévole-reporter-photographe-de-la-mort,
… a casé Batman dans la dédicace d’un de ses bouquins.
Une véritable “créatrice de sourire” pour reprendre le slogan de Nocibé. Merci, Sophie, pour tout ça et pour le reste, tu mérites un K-lin.

Halliennales 2019 Fred Un K à part et Sophie Jomain

Sur ces bonnes paroles, je saute dans ma Batmobile pour m’en aller déguster mon gâteau d’anniversaire dans le soleil couchant (autant dire qu’il va être bien cuit, le gâteau, vu la tempétature du soleil).
À l’année prochaine pour la prochaine mouture des K d’Or !

2 réflexions sur « Cérémonie des K d’Or 2019 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *