Bilan 2019 et projets 2020

Bilan 2019 du blog littéraire Un K à part

Tic tac, tic tac… On approche de la dernière ligne droite avant la fin de l’année ! L’heure est au traditionnel bilan du blog et va pas falloir que ça traîne, je suis attendu !
Connaissant mon amour pour le romantisme la pyromanie, ma chère et tendre nous a organisé un dîner aux chandelles. Vêtue du costume de soubrette que je lui ai offert hier pour son anniversaire, la miss est en train de dresser la table pendant que je dresse, entre autres choses, le bilan d’Un K à part. Le tête-à-tête s’annonce muy caliente1.
Vous comprendrez que je sois pressé de terminer la rédaction de cet article. Surtout qu’au moment où j’ai quitté la salle à manger pour le bureau, ma chérie mimait des trucs pas racontables avec les bougies, manière de me faire comprendre qu’elle n’allait pas m’attendre cent sept ans avant d’ouvrir les hostilités. Si je ne me manie pas la rondelle, la sienne va me passer sous le nez et la sérénade en duo risque de se transformer en solo féminin de guitare.
Remarquez, la retrouver déguisée en candélabre ne serait pas dépourvu d’un certain charme…
Ouais, vous avez raison, le spectacle en vaudrait la chandelle dans tous les sens du terme. Je vais donc prendre mon temps.
D’autant qu’il serait dommage d’expédier l’affaire pour une fois que la motivation est au rendez-vous. Les autres années, je souscrivais à l’exercice du bilan sans être emballé, histoire de torcher comme tout blogueur qui se respecte un article à pas cher pour meubler la période des fêtes entre deux rots de Champomy. Ce coup-ci, c’est une autre chanson, une symphonie même ! 2019 a été la période la plus riche du blog depuis sa création il y a trois ans et demi. Aussi remplie que Roxy Raye2, ça donne idée du niveau !

Batman The Dark Knight soubrette en bas résille
Réveillon en costume chez les cas à part !

La période étant aux traditions archaïques et débiles, on va rester dans le classique avec un bon vieux plan en trois parties. Je vous épargne l’annonce hyper scolaire à base de “nous verrons dans un premier temps tatati tatata”. Expédions ça rapidos : grand un, les flops ; grand trois, les tops ; au milieu, le mouais (le grand deux, donc, pour ceux qui ne seraient pas à l’aise avec les suites numériques).
Et parce que j’ai horreur de l’académisme, je torpillerai les conventions en ajoutant une quatrième partie, qui abordera les projets de l’année prochaine.

Affiche Fight Club Un K à part Fred Brad Pitt savon rose

Les flops

Il n’y en a eu qu’un : le concours organisé sur Facebook en tout début d’année. Sept participants, wow ! Après, c’est ma faute aussi, j’ai eu le malheur de suivre à la lettre le règlement de la plateforme (ce que ne font pas les trois quarts des concours, soit dit en passant). Et dès lors que tu n’obliges pas les gens à partager, liker et faire semblant de s’intéresser à ton travail, ça marche beaucoup moins bien en termes d’audience.
Comme le racolage et le clientélisme sur la base “aime ma page et je te donne un livre en échange” ne cadrent pas avec la ligne éditoriale du blog, je reconnais avoir géré ce concours en dilettante et ne pas m’être foulé pour qu’il fonctionne. Le fiasco était annoncé d’entrée. Quand il s’est produit, conforme à mes attentes, ça ne m’a pas empêché de dormir.
Il me reste une pile de bouquins que je prévoyais de bazarder de la même façon, ils finiront plutôt dans une boîte à livres ou donnés à une association.

Les mouais

Un seul aussi. À se demander pourquoi j’ai mis les titres au pluriel…
Beaucoup moins de lectures et de chroniques cette année. Pas eu des masses envie de lire et même si je l’avais eue, le temps aurait manqué pour cause d’IRL chargée, avec d’autres occupations et préoccupations.
Une nouvelle miss K est entrée dans ma vie depuis quelques mois. Niveau perso, c’est LE gros top de l’année mais avec des répercussions moins glop sur le rythme des lectures et des publications du blog. Plus de con tenu d’un côté, moins de contenu de l’autre, principe des vases communicants.
Sans regrets. Entre plonger le nez dans des bouquins ou dans ma copine, le calcul (ou cale-cul) est vite fait.

Journal le monde à ses pieds
Cette femme a déposé le monde à mes pieds. Littéralement. Respect. Depuis, je prie pour qu’elle ne se sente pas l’envie de me décrocher la lune.

Les tops

Les tops du blog, ben c’est tout le reste, soit un gros 99% de l’année écoulée.

Premier bon point, j’ai levé le pied sur les achats de bouquins à tire-larigot. Je ne suis pas un acheteur compulsif ou impulsif qui se jette sur tout et n’importe quoi, pourvu qu’il y ait une couverture et du papier dedans, mais je m’étais embarqué au long de l’année 2018 sur une mauvaise pente avec un rythme d’achat très supérieur à mon rythme de lecture.
Passé un certain seuil, les piles à lire XXL qui feraient passer les pyramides d’Égypte pour des modèles réduits en Lego ne riment plus à rien. Les livres sont faits pour être lus, pas juste stockés histoire de poster des photos de PAL jusqu’au plafond sur Instagram pour se vanter de son consumérisme et de l’amassage pour l’amassage.
J’ai donc limité mes acquisitions de façon drastique. Valeurs sûres et auteurs chouchous pour l’essentiel, peu d’achats découverte. Comme il me reste de la réserve en lecture, l’embargo est reconduit pour 2020, avec un tour de vis supplémentaire.
Le tas d’or ainsi économisé servira à financer une virée italienne en amoureux pour se vider les Pouilles.

Fredstival de K festival de remerciements
Le hall of fame complet d’auteurs traumatisés par mes chroniques ou mes bêta-lectures, et qui, pas rancuniers, m’ont cité dans leurs bouquins.

Cette année, le versant qui m’aura marqué davantage que les lectures, c’est le contact.
Une quinzaine d’interviews au compteur : des auteurs, un organisateur de salons, des blogueuses, des festivalières des Halliennales et même Lara Croft. Le gars bibi a aussi eu son heure de gloire en passant sur la sellette à deux reprises (merci Onirik et Les Halliennales).
Puisqu’on parle hauts faits, viennent s’ajouter trois mentions dans des bouquins en remerciement de mes barbouillages sur des manuscrits. Au-delà des orgasmes pour mon ego, ce triplé, ainsi que quelques autres bêta-lectures pas encore disponibles en librairie, marque les relations de confiance établies avec certains auteurs qui n’ont pas peur de se frotter à mon stylo rouge, à la critique et/ou à mon œil sergenthartmanien de bêta-lecteur.
Côté sorties en salons et contacts en live, beaucoup de retrouvailles, de fous rires, de grimaces et de discussions passionnantes. Je retiendrai trois moments qui m’ont touché : la dégustation de tartelettes aux fraises à Atrebatia (coucou Tiphaine), la place d’honneur lors des Rencontres autour du livre jeunesse à Abbeville et d’une dédicace à la Fnac d’Amiens (coucou Sophie) et le chouchoutage princier pendant le Festival du livre romantique (coucou Sophie, le retour).
Sans compter les amitiés autour du blog, qui ont donné lieu à de beaux moments, échanges et cadeaux cette année (coucou Cendrine, Lucie, Valérie, Adeline, Aurélie, Patrice…).

Puisqu’on parle de salons et d’événements marquants, le méga top de l’année 2019 aura été, on s’en doute, le stand aux Halliennales, opération épique dont les publications ont rythmé la vie d’Un K à part de janvier à octobre et inspiré à Homère son prochain bouquin qui formera une trilogie avec l’Iliade et l’Odyssée (pour le détail, voir la page Game of Blog).
Ce stand s’inscrit comme la meilleure expérience issue de ce blog depuis qu’il est né ! Une fierté en tant que blogueur et, au plan personnel, un vrai bonheur qui symbolise toutes les rencontres à part nées autour de la lecture (et de la gourmandise).
Les motifs de satisfaction autour de l’événement sont nombreux. Offrir à des auteurs quelque chose de plus concret que les habituelles chroniques, se sentir inspiré par eux pendant toute la période des préparatifs, porter la coupe de cheveux la plus improbable qui soit, voir une licorne en vrai, etc. Comparée à l’organe de Rocco Siffredi, la liste complète renverrait ce dernier au rang des petites bites.
Deux aspects en particulier resteront à mes yeux emblématiques de cette opération. Primo, l’idée de départ consistait à faire quelque chose de juste et à s’éclater : double mission accomplie pour le Batman au nez de clown. Secundo, l’imprévu de voir la partition soliste se transformer en projet choral grâce aux personnes qui ont alimenté, soutenu et relayé l’opération. Les invités du stand, d’autres auteurs, des blogueuses, des lecteurs et lectrices du blog, ma mère, des ami(e)s dont les plus précieuses entre toutes… Une véritable armée ! Maintenant que je sais pouvoir compter sur un soutien massif pour mes idées délirantes, j’hésite entre monter une secte ou un coup d’État3.
Ce stand, j’y tenais beaucoup, alors un grand merci pour votre participation enthousiaste !

Halliennales 2019 stand Un K à part The Usual Suspects Olivia Lapilus Stéphane Melin Tiphaine Croville Fred K
La horde sauvage : Stéphane Melin, Olivia Lapilus, Tiphaine Croville et Fred Organa.

J’avais peur après la folie des Halliennales que l’ennui ne pointe le bout du nez. Que nenni, mes bons amis ! L’opération a initié une chouette dynamique. Invité au salon de la littérature érotique, embarqué comme reporter photo sur le FLR, cité dans le bulletin d’information de San-Antonio et en prime la cérémonie des K d’Or 2019 a établi un nouveau record d’audience sur la page Facebook, où nous avons d’ailleurs passé il y a peu la barre des 400 abonnés. Je ne suis pas un foufou des chiffres, qui n’ont jamais que l’importance qu’on veut leur accorder, m’enfin de temps en temps un comme ça fait bien plaisir.

Record audience Facebook blog Un K à part
Prochaine fois, on tente d’atteindre les 20000 ?

Aussi bien pour la partie visible du blog que dans ses coulissses, une année bien remplie, donc, au cours de laquelle le doublé Halliennales-FLR m’aura le plus marqué à titre personnel.
2020 se hissera-t-elle au même niveau ?
(Cette transition de ouf… ce suspense insoutenable… ou pas.)

Les projets

A priori, 2020 s’annonce plutôt pépère.
Pas de stand prévu aux Halliennales ou sur un autre festival. La formule 2019 avait été conçue comme un one-shot, il semble difficile pour ne pas dire impossible de la reproduire à l’identique. Je vais donc passer mon tour, repenser le concept – parce que c’est une opération que j’aimerais bien réitérer un de ces quatre – et on avisera pour 2021.
Pour le versant lectures, le blog continuera sur sa lancée. Je ne me suis jamais trop intéressé au calendrier des parutions pour chroniquer à tout prix les sorties du moment et participer au buzz qui a pour résultat de ne faire vivre un livre que deux ou trois semaines avant de l’envoyer mourir dans le silence de la blogosphère et des éditeurs. Je ne compte pas commencer en 2020. À part une poignée de sorties que je guette, je lirai et chroniquerai en fonction des envies, toujours en décalage avec le reste de la république des Lettres. Quitte à être un atypique, autant faire les choses à fond.
Côté virées hors de mon bunker, je n’ai pas regardé plus loin que l’hiver, exception faite des Halliennales en octobre. Le salon du livre et de la francophonie d’Abbeville figure sur mon agenda pour les 7 et 8 mars. Idem Atrebatia à Arras les 22 et 23 février sur le thème “envolées celtiques”, sous réserve que la logistique suive. J’ai déjà ma petite idée sur le costume que je porterai…

Guerrier celte Andrea miniatures
Il ne me manque que le glaive et le bouclier, sinon c’est bon je possède déjà le reste du costume.

Parmi les travaux d’écriture en cours, je mentionnerai une possible participation à un recueil de nouvelles est à l’étude. Je ne montre jamais disert ici sur ce que j’écris en dehors d’Un K à part, vu que ce ne n’est pas le sujet ici. Mais celui-ci, j’en parle puisqu’il qu’il touche indirectement au blog. À voir ce que ça donnera, comptez sur moi pour revenir dessus si le projet aboutit. Mes pauvres chevilles, je les plains d’avance…

Voilà où on en est pour le moment. Plutôt calme, mais je suis loin d’avoir tout programmé niveau lectures et salons. Et puis on n’est jamais à l’abri des bonnes surprises, comme ça a été le cas cette année avec les virées parisienne et dunkerquoise post-Halliennales.
Sur ce, je vous laisse avec la rétrospective vidéo et je file dans la salle à manger. J’ai des bougies à souffler !

Bonus, la rétrospective en images qui bougent !

Notes :
[1] Expression espagnole signifiant qu’il y aura de la culotte trempée et du calcif taché au programme. Ignorant tout de la langue hispanique, je prononce le premier terme “mouille”. À défaut de sonner juste, ça colle au contexte.
[2] Célèbre diététicienne qui préconise de consommer an apple a day. Elle est aussi connue pour sa façon bien à elle d’absorber lesdites pommes. (NB : je décline toute responsabilité vis-à-vis des curieux qui taperaient “Roxy Raye apple” sur un moteur de recherche pour vérifier mes dires.)
[3] Pour la secte, envoyez GOUROU au 06969. Ce SMS vous sera facturé 4392€ et 37 centimes, afin de financer la construction d’un temple ainsi que l’érection d’une statue de 12 mètres de haut à mon effigie. Pour le coup d’État, appelez le 01.42.92.81.00, hurlez “Fred président !” et raccrochez.

Fred K Fight Club savon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *