Le Necronomicon

L’heure est à la réorientation professionnelle ! Après des années à œuvrer comme consultant en consulting, j’ai décidé de trouver un vrai métier. Comme quoi, tout arrive dans le merveilleux pays de Candy d’Un K à part
Or donc, nouvelle carrière en vue, j’ouvre mon cabinet de démonologie !
À court d’argent ? Il suffit d’invoquer Mammon et Pappon. Des ennuis de santé ? Les démons Gogues et Mégog soulagent maux de ventre et désordres intestinaux. Besoin d’affection ? Deux ou trois succubes et c’est parti pour une nuit câline !
Je vous le dis, les amis, la démonologie, c’est l’avenir !
Mais attention si vous envisagez de suivre mon exemple. On ne se lance pas à l’aveuglette dans cette branche occulte, sinon c’est un coup à finir comme Tarzan, empalé par le trognon sur le bras d’une dryade. Un plan de carrière, ça se prépare, avec formation et tout le toutim, à plus forte raison dans ce domaine où les affabulateurs et charlatans abondent. Certains livres vendus comme d’authentiques grimoires seraient en réalité des faux, voire des mythes. Prenez le Necronomicon, par exemple…

Continuer la lecture de « Le Necronomicon »

Chaos, confusion, licornes

Logo blog littéraire Un K à part

Les abonné(e)s de la page Facebook d’Un K à part auront noté ce week-end le changement de look avec l’apparition du nouveau logo du blog. On y verra un vortex vers une autre dimension, la cape de Batman, un aigle passé au mixer, un Cosmocat, un fœtus d’alien ou une tache de foutre, c’est affaire d’interprétation et d’imagination (et vous en avez beaucoup au regard des propositions qui précèdent…).
Plutôt que jouer les Rorschach du dimanche, ce qui tomberait mal à propos en ce lundi, je vais vous parler de l’évolution du blog et des changements qui s’annoncent.

Continuer la lecture de « Chaos, confusion, licornes »

Setsubun, les dés et les haricots sont jetés

Setsubun (節分) est une fête japonaise qui fait partie des nombreuses cérémonies marquant l’arrivée du printemps. Elle a lieu le 3 février, parfois le 2. Vous me direz, février, c’est un peu tôt pour le printemps, mais la date vient du calendrier lunaire, où le printemps commence le 4 février, parfois le 3, et la fête transitoire qui marque le passage d’une saison à l’autre tombe en toute logique la veille. Et c’est comme ça.

Ehomaki marukaburizushi
On va prendre le maki.
Continuer la lecture de « Setsubun, les dés et les haricots sont jetés »

Critiques express (26) La tactique des gens d’armes

Après “Aux armes !”, L’art de la guerre de Machiavel et celui de Sun Tzu, voici le quatrième et dernier volet de mes lectures militaires. Enfin “dernier”… S’il est aussi définitif que la der des ders, on risque de reparler souvent du sujet… Mais bon, on va marquer une pause, le temps de reconstituer nos forces avant de remonter au front, baïonnette au canon.

Objectifs tactiques de l’assaut que nous menons aujourd’hui :
La guerre de Sécession, les États désunis (André Kaspi)
L’art de la guerre par l’exemple (Frédéric Encel)
Anthologie mondiale de la stratégie (Gérard Chaliand)

Continuer la lecture de « Critiques express (26) La tactique des gens d’armes »

L’art de la guerre – Sun Tzu

L'art de la guerre Sun Tzu Flammarion Champs

L’art de la guerre
Sun Tzu

Flammarion

J’ai envisagé un temps d’écrire une chronique complète sur L’art de la guerre, sauf que la plupart des éditions sont commentées et annotées en abondance, que tout a déjà été dit sur ce bouquin et je ne vois rien à apporter de plus à la littérature sur le sujet en tant que tel. Je l’aborderai donc par la bande.
Pour ceux qui ne connaîtraient pas ce classique, il s’agit d’une compilation de conseils militaires rédigés à une date floue, sans doute la charnière des Ve et IVe siècles avant Jicé, par un type dont on ne sait rien. Chapeau la précision… Ouvrage de haute valeur sur la conduite stratégique et tactique de la guerre, ses enseignements restent d’actualité, moyennant quelques adaptations, vu qu’on se bat assez peu à la hallebarde de nos jours.

Continuer la lecture de « L’art de la guerre – Sun Tzu »