Le Batwing et le cambriolage de l’Homme-Mystère

Batman fêtait ses 80 ans en 2019, Lego en a profité pour sortir pléthore de boîtes sur notre chiroptère préféré. La marque a eu le bon goût de sortir certains modèles en double avec d’un côté une grosse version pour collectionneurs, chère, trop grande pour les figurines et dont le seul destin sera de zoner sur une étagère, et de l’autre une version plus abordable à l’échelle des minifigs, qu’on peut utiliser autrement que comme ramasse-poussière de luxe. C’est le cas de deux engins sortis tout droit du film réalisé par Tim Burton en 1989, la Batmobile et le Batwing.
Ce dernier offrait le choix entre le set 76161 (2363 pièces, 200€) que je trouve assez moche pour ma part et le set 76120 (489 pièces, 55€), moins ambitieux mais plus fourni en termes de variété (et plus accessible à mon porte-monnaie).

Lego Batman Batwing Cambriolage Homme mystère 76120 DC Comics
Un chevalier et sa monture
Continuer la lecture de « Le Batwing et le cambriolage de l’Homme-Mystère »

Derniers Recours – Walter Hill

Affiche film Dernier Recours Walter Hill Bruce Willis 1996

Dernier Recours, ou Last Man Standing de son petit nom anglo-saxon, est un film de Walter Hill sans lien de parenté avec Benny. Situé pendant la Prohibition, teinté d’une ambiance western qu’on retrouvera aussi dans Inferno qui puise aux mêmes sources, inspiré du Yojimbo de Kurosawa pour les trois quarts de son scénario et de Pour une poignée de dollars – lui aussi inspiré de Yojimbo – pour le quart restant et son homme sans nom (qui ici s’appelle John Smith, ce qui revient à ne pas avoir de nom, comme le héros du Dead Zone de Stephen King).
Qui dit Prohibition dit contrebande d’alcool. Qui dit contrebande dit guéguerre entre contrebandiers pour avoir la mainmise sur le marché. Dans un bled paumé, deux familles se livrent une lutte sans merci ni s’il vous plaît, jusqu’au jour où débarque un cow-boy solitaire qui va mettre tout le monde d’accord en déglinguant les deux clans.

Continuer la lecture de « Derniers Recours – Walter Hill »