Paroles de lectrice : Songes d’une Walkyrie

On poursuit la série d’entretiens avec Songes d’une Walkyrie… confrontée au Balrog dans les mines de la Moria.

Blog Songes d'une Walkyrie

Un K à part : Bonjour Songes (quel drôle de prénom…), on démarre avec la question rituelle : présente-toi. Ce qui est une affirmation plutôt qu’une question, mais tu vois l’idée.

Walkyrie : On m’appelle plutôt Walkyrie que Songes pour ceux qui me connaissent ailleurs que sur FB. 😉
Lectrice avant d’être blogueuse, je n’aime d’ailleurs pas me qualifier ainsi. Je suis donc une lectrice éclectique qui aime les univers sombres mais qui restent un tant soit peu romantiques, mon idéal étant les univers timburtoniens que j’avoue avoir délaissés pour d’autres lectures ces derniers temps. J’aime beaucoup découvrir des titres vers lesquels je ne me serais pas intentionnellement tournée, c’est ainsi d’ailleurs que je me suis approchée de Mü Editions et depuis c’est une véritable histoire d’amour avec cette ME et certains de ses auteurs (Emmanuel Quentin et Nicolas Cartelet particulièrement). Sinon, je reste une personne passionnée, très empathique et fidèle donc quand j’aime quelque chose, je le dis souvent avec un certain engouement qui je l’espère est communicatif sur le blog !
Que dire de plus ? Mes lectures sont souvent orientées parfois même engagées, j’ai des idéaux et des sujets sur lesquels je suis particulièrement sensibles ; l’écologie, le devenir du monde, la société dans sa globalité, l’humanité, mais aussi plus récemment les mœurs adolescentes : amitié, amour, douleur, etc. (chez Actes Sud Junior, ils sont forts pour ça). On pourrait dire que j’ai un côté intellectuel qui porte mes goût vers la réflexion, une sensibilité certaine qui m’oriente parfois vers des lectures guimauves ou doudou qui me font du bien, mais aussi des choses plus poétiques, pourrait-on dire contemplatives (Moi, Peter Pan de Michaël Roch par exemple).
Sur le blog, je ne suis pas là pour “descendre” des ouvrages, si je n’aime pas quelque chose, je le dis évidemment mais en justifiant mon point de vue et généralement je trouve toujours quelque chose de positif à dire, je suis donc rarement assassine, plutôt bon public même et curieuse aussi d’où mon éclectisme certainement !

K : Parle-nous de la création de ton blog. Tu l’as fondé quand ? D’où vient son nom ? Qu’est-ce qui t’a motivé à entreprendre cette aventure internautique ?

Walkyrie : Mon blog date de janvier 2013. À l’époque, j’étais beaucoup sur le forum du Boudoir Écarlate, qui m’avait redonné le goût de la lecture après la naissance de mon premier enfant en 2012, goût que j’avais un peu perdu en attaquant ma vie professionnelle très intense à l’époque (une moyenne de 45h par semaine, j’étais jeune, motivée et sans impératifs ! 🙂 ). J’ai commencé à rédiger de brefs avis sur ce site, à connaître la blogosphère, à parler avec des personnes qui avaient les mêmes lectures, les mêmes engouements pour un livre, etc. puis j’avais envie de partager avec le plus grand nombre, pas forcément juste avec cette communauté qui était très axée romance. C’est d’ailleurs par les romances, la bit lit et les romances paranormales entre autres (que je ne lis quasiment plus maintenant depuis que certaines ME ont eu la bonne idée de cesser des séries que j’aimais beaucoup dans le genre) que j’ai repris goût à la lecture, je me suis inscrite sur FB à la même époque aussi. Le blog était une façon d’avoir mon jardin secret, un endroit à moi, qui refléterait ma personnalité de lectrice et permettrait aussi de garder une trace de mes lectures. J’avais également très envie de partager mes avis avec les autres, leur faire découvrir des ouvrages, puisque j’usais aussi de cet intermédiaire pour nourrir mes lectures à l’époque, un peu (beaucoup) moins maintenant. En six ans, Songes d’une Walkyrie n’a pas graphiquement changé (si ce n’est la présentation des articles) et pour ce qui est du contenu, mes avis se sont étoffés mais sur le fond je ne pense pas m’être perdue et être restée moi-même. 🙂

Du côté du nom, Walkyrie, est un pseudo que je traîne depuis un certain nombre d’années, et dont j’use un peu partout. C’est d’ailleurs mon “prénom” plus que Songes… 😉 Et j’avais envie que le nom du blog soit plus original que les “lectures de” ou “les chroniques de” que l’on voit un peu partout, sachant que mes lectures sont une source d’évasion et de rêverie, j’ai pensé aux Songes, mes avis traduiraient les rêveries d’une Walkyrie (entre deux combats) et le nom du blog était trouvé !

K : Côté contenu, tu y parles de quoi ?

Walkyrie : On y parle livres essentiellement ! J’ai tenté des avis cinéma mais avec les enfants je n’y vais plus ou du moins j’y vais pour voir des trucs de gnomes, donc pas franchement intéressants si ce n’est peut-être pour les autres mamans qui me lisent.
Bref, on parle de romans et les articles se décomposent pour l’essentiel ainsi :

– avis sur les lectures tout genre confondu, ce sont les articles majoritaires, qui vont, qui viennent au gré de mes disponibilités ! Jusqu’à présent je rédigeais un avis sur chaque lecture mais je n’arrive plus à suivre le mouvement. Je cible donc les lectures, les services de presse en priorité évidemment, mais aussi ceux qui me semblent mériter un retour constructif, pour le reste tout dépend si j’ai le temps ou non.

– quelques rendez-vous réguliers, comme chaque dimanche, les premières lignes hebdomadaires initiés par le blog Ma lecturothèque, j’aime bien ce rendez-vous qui permet de parler ou de mettre en valeur un roman ; les bilans mensuels des lectures, c’est le rendez-vous qui me permet de parler de toutes mes lectures confondues (hors ouvrages tout petit…) ; un point sur les arrivées livresques que j’essaie d’être mensuel (et non je n’utilise pas le terme Book haul et compagnie….) ; mes retours de salon (je n’en fais qu’un seul à l’année, donc on a vite fait le tour ! 😀 ) et plus rarement quelques challenges littéraires annuels.

J’aimerais faire d’autres choses mais il y toujours ce manque de temps ! J’envisage une section voyage ou envie d’ailleurs en famille aussi, peut-être même que je l’isolerais sur un blog spécifique mais ce n’est encore qu’au stade projet pour le moment…

Walkyrie Vache qui rit

K : Tes lectures sont très éclectiques, avec quand même une forte proportion d’imaginaire (fantastique, fantasy) et beaucoup de BD/mangas. La littérature de genre reste souvent considérée de haut en France. Paralittérature, sous-littérature, romans de gare, littérature populaire, vive les qualificatifs pas du tout méprisants. La parole est à la défense, dis-nous ce qui fait la richesse de tes genres de prédilection.

Walkyrie : J’avoue ne pas prêter attention à ce genre de propos qui me laissent perplexe. Si l’on est attentif à mes lectures, on devinera aisément que je lis de tout certes, mais aussi et surtout de tout type d’écriture. L’écriture, c’est cela à mon sens ce que l’on devrait juger et non le genre littéraire, la différence est importante, tu peux écrire de la grande littérature mais avec un style mauvais, au contraire écrire une littérature de genre avec une écriture de dingue (Nicolas Cartelet par exemple le fait magnifiquement bien).

Je ne pense pas qu’il y ait des littératures plus intelligentes, valorisantes ou méritantes que d’autres, dans mon esprit si une personne lit, c’est déjà beaucoup, peu importe ce qu’elle lit. Après ne le cachons pas, comme je l’indique plus en amont, il y a des écritures moins abouties que d’autres. Mais elles s’adaptent à des types de lecteurs qui ne chercheront pas forcément la même chose ; se cultiver et s’enrichir pour certains (avec parfois un côté élitiste), se divertir et s’évader pour d’autres ou encore se sortir d’une vie monotone.

L’imaginaire a cette force de faire les deux, elle pose des bases de réflexions intelligentes et parfois même avant-gardistes, à l’image de la science-fiction par exemple, elle explore la nature humaine à travers l’image et la métaphore, ce qui est souvent le cas du fantastique et de la fantasy, tout en offrant des aventures, des explorations, des histoires riches qui invitent à l’évasion et vous projettent dans des univers incroyables, pourquoi s’en priver, pourquoi considérer que c’est de la basse littérature alors que les ingrédients sous souvent là pour enrichir le lecteur et l’amener à réfléchir. Évidemment certaines œuvres sont plus douteuses, plus simples, moins travaillées sur le fond mais restent tout de même des ouvrages qui divertissent.

Tu évoques les BD/mangas, c’est vrai que j’en lis de plus en plus, ce sont des lectures ponctuelles qui se lisent d’une traite et qui apporte tout autre chose que les romans. Pour ma part, une pause entre deux romans, un sentiment d’avancer dans mes lectures aussi, mais ce sont surtout des ouvrages qui m’apportent tout autre chose à travers leurs visuels. C’est très artistique, il y a un travail de fou derrière ces petites choses qui se lisent vite et surtout de très belles histoires tous genres confondus ! J’avoue avoir un faible pour le travail sur les personnages, puisque le principe de ce type d’ouvrage est de lire essentiellement des dialogues donc si les personnages ne sont pas un minimum travaillés, le reste ne vaut souvent pas grand-chose (si ce n’est graphiquement…).

Tu a oublié de mentionner la romance dans mes lectures privilégiées, qui est un genre que j’apprécie principalement quand j’ai un coup de mou, un coup de blues, une envie de bons sentiments, c’est un genre, lui aussi discrédité souvent, pourtant je ne vois pas où est le mal à se mettre du baume au cœur.

K : La dernière fois que j’ai voulu mettre du baume au cœur de quelqu’un, j’ai dû lui ouvrir la poitrine à la tronçonneuse et ça ne s’est pas bien fini… Si tu étais une héroïne de fantasy (au hasard une walkyrie avec le cheval, l’armure et tout), dans quel genre d’aventure et de quête te lancerais-tu ?

Walkyrie : Celle de me faire la tête de tous ceux qui gouvernent notre monde et le pourrissent, à l’image de l’anneau de pouvoir et de Sauron du Seigneur des Anneaux, je ferais appel à mes potes guerriers que j’ai conduits au Valhalla, peut-être même qu’Odin serait de la partie. Fièrement flanqués sur nos destriers, on foncerait sur la Terre et nettoierait la m…. humaine pour que l’humanité, celle des valeurs, vienne reprendre ses droits et ses équités (note que je n’ai pas dit égalité…). Radical ? Peut-être un peu, c’est mon côté excessif et désabusé qui parle. 😉 En résumé, une aventure où je défendrais la veuve et l’orphelin, où je me battrais contre l’injustice (je serais probablement morte dès les premières lignes de Game of Thrones…) et si pour cela je pouvais me faire quelques méchants, je me dis que ce ne serait pas si mal.

K : Tu te retrouves coincée face au Balrog dans la Moria. Gandalf est dans les choux, tout repose sur toi. Tu as à ta disposition une savonnette et une banane. Tu fais quoi ?

Walkyrie : Je frotte vivement la savonnette magique, la fiche sous le nez de Gandalf pour le sortir des choux et lui fait avaler illico presto la banane qui lui rendra toute sa noblesse pour enfin faire son boulot, c’est à lui de gérer ce genre de problème même si je veux bien lui donner un coup de main avec mon épée.
Ou alors si vraiment Gandalf n’y met pas du sien, j’appâte le Balrog avec l’odeur fleurie de la savonnette (sait-on jamais qu’un petit cœur sensible aux odeurs se cacherait la dessous) et le soudoie avec la banane (la banane ou la vie, à toi de choisir ! Une chance sur deux qu’il marche…).

K : Le mot de la fin (la bonne astuce pour éviter de rédiger moi-même une conclusion).

Walkyrie : Petit malin ! Merci pour cette petite interview amusante et pleine d’esprit ! 😉 J’ai l’impression d’avoir abusé du “je” et de t’avoir rédigé des tartines de réponses. Je t’ai dit que j’étais bavarde ?
Bref, Keep K, Banana and Savonnette !

Gandalf You shall not pass
Une banane pour les gouverner tous et dans les ténèbres les lier.

Retrouvez Walkyrie et ses chroniques sur son blog : Songes d’une Walkyrie.
Paroles de lectrices et de lecteurs :
Les victimes de Louve
Il en pense quoi Nico ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *