Esprits imaginatifs : Anthelme Hauchecorne

Au fin fond de l’univers, à des années et des années-lumière de la Terre, veillent ceux que la république des Lettres appelle quand elle n’est plus capable de trouver une solution à ses problèmes d’inspiration, quand il ne reste plus aucun espoir : les Esprits imaginatifs !

Esprits imaginatifs A-Team mois de l'imaginaire

Entretien avec un marchand de rêves :
Anthelme Hauchecorne

Que représente l’Imaginaire pour toi ?

Un genre littéraire à part entière, pour commencer, ni plus pauvre ni moins estimable que n’importe quelle autre littérature. S’il arrive à des personnes chagrines de dénigrer les littératures de l’Imaginaire, celles-ci parlent en méconnaissance de cause.
Hélas, les a priori ont la vie dure.
Ensuite, et ce ne qu’est que mon ressenti, l’Imaginaire représente à mes yeux à la fois l’évasion hors d’un réel aliénant et paradoxalement le retour au nécessaire.
L’évasion car l’Imaginaire me permet d’explorer d’autres lieux, d’autres époques, d’autres cultures.
Le retour au nécessaire car l’Imaginaire, en bouleversant mes repères, m’en fournit de nouveaux.
Le réel ne vaut pas mieux que l’Imaginaire. Des concepts tels que l’Amitié, l’Amour et le Partage relèvent de l’abstraction et, peut-être par un abus de langage de ma part, d’une certaine forme d’Imaginaire collectif.
La distinction réel / Imaginaire paraît bien mince, quand on se penche sur tout ce que le quotidien de l’espèce humaine comporte de valeurs et de codes sociaux reposant sur nos facultés à imaginer.
En développant notre capacité à conceptualiser le monde, à tordre la réalité, l’Imaginaire ne peut que faire de nous des individus plus tolérants, plus réfléchis et plus imaginatifs.
Je ne dis pas que lire de l’Imaginaire fait de nous des surêtres (encore que).
En revanche, je ne baisserai pas la tête sous prétexte d’en lire.

Collection Anthelme HauchecorneQuand tu écris de l’imaginaire, tu essayes de mettre quoi dedans ?

Je me sers de l’Imaginaire en tant que symbole. C’est un moyen d’appuyer le thème de mes romans.
Tantôt, des créatures vivant sous nos villes me permettent d’aborder les problématiques de l’exclusion (Âmes de verre). Tantôt, le concept d’une magie qui ne puisse être pratiquée qu’à deux devient une métaphore des relations de couple (Moitiés d’âme).

Tu te rends compte qu’avec le second titre, tu viens de balancer un scoop, là ?…
Quand tu lis de la littérature de l’imaginaire, qu’est-ce que tu en attends ?

Cela dépend du type de littérature de l’Imaginaire.
J’attends de la fantaisie médiévale un beau voyage. De l’anticipation, j’espère qu’elle me fera réfléchir aux dérives possibles de nos technologies. Chaque genre de l’Imaginaire offre un horizon d’attente différent.

L’œuvre d’imaginaire qui t’a le plus marqué ?

Des fleurs pour Algernon, de Daniel Keyes.

(Propos recueillis dans le cadre du mois de l’imaginaire. Anthelme, un grand merci et ne baisse jamais la tête !)

Esprits imaginatifs mois de l'imaginaireAnthelme Hauchecorne at home : son atelier
Sur Un K à part :
Baroque’n’Roll ;
Punk’s Not Dead ;
Âmes de Verre ;
Le Carnaval aux Corbeaux ;
Journal d’un marchand de rêves.

Esprits imaginatifs, épisode 1/4 : Patrick Mc Spare
Esprits imaginatifs, épisode 2/4 : Morgane Caussarieu
Esprits imaginatifs, épisode 3/4 : Anthelme Hauchecorne
Esprits imaginatifs, épisode 4/4 : Tiphaine Croville

4 réflexions sur « Esprits imaginatifs : Anthelme Hauchecorne »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *