Critiques express (35) Une touche d’histoire

L’Histoire est et restera le meilleur (pour ne pas dire l’unique) terreau en matière d’écriture.
Et je ne dis pas ça parce que je suis historien de formation.
Ou peut-être que si…

Tiercé du jour :
Les secrets du Vatican (Bernard Lecomte)
Meurtre sur le Grandvaux (Bernard Clavel)
Messieurs Ma, père et fils (Lao She)
Blonde (Joyce Carol Oates)

Continuer la lecture de « Critiques express (35) Une touche d’histoire »

Critiques express (34) Sitôt lus, sitôt oubliés

Y a des bouquins qui marquent, d’autres qui se démarquent. Pis y en a aussi qui ressemblent à des ardoises magiques. Tu les lis, tu secoues un peu et il n’en reste rien, limite si tu te rappelles le titre. Parfois, t’es même plus sûr de les avoir lus, c’est dire s’ils sont dispensables.

Au menu :
La cathédrale de haine (Guy des Cars)
Les apparences (Gillian Flynn)
Si je te retrouvais (Nora Roberts)
Mako (Laurent Guillaume)
Pavillon 38 (Régis Descott)
Absolument dé-bor-dée ! (Zoé Shepard)

Continuer la lecture de « Critiques express (34) Sitôt lus, sitôt oubliés »

Critiques express (33) Né sous X

Disclaimer 18 ans contenu explicite

Le printemps approche, les jours rallongent, les jupes raccourcissent, la sève sévit, les températures remontent et il fera bientôt aussi chaud dehors que sous la couette d’Un K à part, agitée d’ébats torrides entre madame K et moi-même.
À défaut de pouvoir vous inviter à la fête en ces temps de distanciation sociale, voici quelques idées de lecture pour apporter de la chaleur dans vos foyers et vos culottes.

Continuer la lecture de « Critiques express (33) Né sous X »

Critiques express (32) Fesse-tival

L’hiver est la saison rêvée pour se lancer dans la spéléogie, explorer grottes et cavernes où le soleil ne brille jamais, sombres cavités et boyaux sous tes reins. Bref, il fait froid et on s’encule pour se réchauffer. C’est bien légitime, dirait monsieur Manatane.

Disclaimer 18 ans contenu explicite

Qui dit sport extrême dit bonne préparation. Ce serait ballot de partir comme une fleur pour se retrouver coincé avec un penis captivus. D’autant plus ballot qu’il s’agit d’un hoax, le nombre de cas avérés rapportés dans les annales de médecine se situant entre zéro et aucun.
M’enfin, c’est pas une raison pour zapper les révisions. Plutôt que des manuels aussi sérieux que chiants, je vous propose de réviser en bulles et en images par le biais de la bande dessinée.

Continuer la lecture de « Critiques express (32) Fesse-tival »

Critiques express (31) Cul en vrac

Disclaimer interdit moins de 18 ans

Je profite des frimas hivernaux pour bouquiner sous la couette la tonne de BD qui traîne dans un carton depuis cinq ou six ans.
En langage BCBG d’éditeur, on appelle ces albums des “bandes dessinées érotiques” pour que ça sonne classe. Ne nous voilons pas la face : quand les personnages passent une quarantaine de pages à se faire mettre le cul en vrac, à bouffer du chibre au kilomètre et à prendre des torrents de foutre sur la poire, c’est de la pornographie, du X gras et qui tache. Des livres qui se lisent d’une main, comme on dit dans le métier (et de l’autre tu tiens le bouquin, pendant que tu tournes les pages avec les dents).
En route pour une virée revigorante qui va mettre de la chaleur dans les chaumières et du soleil dans les caleçons !

Continuer la lecture de « Critiques express (31) Cul en vrac »

Critiques express (30) Plus c’est long, plus c’est bon… ou pas

Avec leurs six cents, mille voire quinze cents pages, des titres comme Voyage au bout de la nuit (Céline), Ça (Stephen King), Dune (Frank Herbert), Les guerriers du silence (Pierre Bordage), Olangar (Clément Bouhélier), Le Seigneur des Anneaux (Tolkien), Âmes de Verre (Anthelme Hauchecorne) et bien d’autres mastards, prouvent qu’on peut s’enfiler des quantités pharaoniques de papier sans finir avec une indigestion mais au contraire tutoyer la perfection propre aux chefs-d’œuvre.
Encore faut-il que ces tonnes de pages racontent quelque chose qui emporte le lecteur et ne se contentent pas d’aligner les mots pour essayer de remplir l’espace avec du rien. Parce que, paradoxe, le rien, ça devient vite lourd et certains romans XXL revêtent une teinte soixante-huitarde non par leur esprit de révolte mais en renouant avec la vocation assommante du pavé.
En clair, c’est long pour le peu que ça raconte et on s’emmerde bien comme il faut.

Continuer la lecture de « Critiques express (30) Plus c’est long, plus c’est bon… ou pas »