Des zombies aux Halliennales ?

La journée avait pourtant bien commencé…
Rassemblement des troupes à 5 heures du matin et voilà Tiphaine, Olivia et Stéphane partis pour un footing de quinze kilomètres, cinquante pompes et autant de tractions. Là-dessus, échauffement du poignet, lancer de stylo-plumes sur une cible de fléchettes, combat au crayon de bois (amitiés à John Wick). Bref, une matinée normale pour le trio d’élite.
Depuis la chaise longue d’où je supervisais l’entraînement, j’étais fier de ma team. “Ils sont prêts”, que je me suis dit, “il est temps de leur enseigner ma technique shaolin secrète”. L’art de la décapitation avec une simple page de livre de poche. L’arme ultime. (Ceux qui se sont déjà coupés entre les doigts avec une feuille de papier savent de quoi je veux parler…)
J’ai beau être une peau de vache comme sergent-instructeur, je sais faire preuve d’humanité (si, si). J’ai proposé un rafraîchissement avant d’attaquer la suite de la séance.
Poser les gobelets à côté de mon alambic de savant fou, je reconnais, pas l’idée du siècle… La mixture a dû déborder pendant ma sieste que je surveillais les foulées de mes ouailles.
C’est là que les choses ont “un peu” dérapé.
Stéphane, Tiphaine et Olivia se sont roulés par terre en bavant partout (et bibi a dû passer la wassingue, merci pour lui). Grognements, regards perdus… Oups, zombies…
Réflexe bête, attraper le premier gobelet à porter et boire un coup pour me requinquer. Fichus gobelets, saleté d’alambic…

Si vous n’avez pas peur des créatures effrayantes, les Halliennales vous attendent le 5 octobre prochain. Vous pourrez rencontrer Olivia Lapilus, Tiphaine Croville et Stéphane Melin sur le stand Un K à part. Venez nombreux, on ne vous mangera pas !

Les Halliennales 2019 Un K à part Tiphaine Croville Olivia Lapilus Stéphane Melin auteurs invités

Et tu entendras le bruit de la mer de nuages

Après Tony Stark et les X-Men, on s’attaque à une référence plus classique, celle du Voyageur contemplant une mer de nuages.
Tout le monde connaît le tableau du peintre romantique allemand Caspar David Friedrich, mon quasi homonyme (Friedrich signifie Fred en teuton). Un gus de dos en train de mater on ne sait quoi dans la brume et les nuages. J’ai longtemps cru que le personnage représenté pissait dans la mer.
J’aime bien croiser les effluves, j’ai donc hybridé le tableau avec la couverture de Et tu entendras le bruit de l’eau de Sophie Jomain.

Détournement de couverture Et tu entendras le bruit de l'eau Sophie Jomain Caspar David Friedrich par Un K à part

En bonus, un petit machin pas tout à fait terminé because la flemme : la version Gandalf et son fameux “you shall not pass”.

Détournement de couverture Et tu entendras le bruit de l'eau Sophie Jomain Gandalf You shall not pass par Un K à part

Et tu entendras le bruit…

Après Iron Man, c’est au tour des X-Men d’entendre des bruits bizarres dans une version alternative de Et tu entendras le bruit de l’eau de Sophie Jomain.

Détournement de couverture Et tu entendras le bruit de l'eau et des X-Men Sophie Jomain par Un K à part

En bonus, une autre couverture pleine de chaleur. Il va falloir tendre l’oreille pour entendre le bruit de l’eau en plein désert.

Détournement de couverture Et tu entendras peut-être le bruit de l'eau Sophie Jomain par Un K à part

Qui sait où nous emmènera le bruit de l’eau la prochaine ? Peut-être en montagne

La Lettre de Copenhague

Le thriller scandinave fait recette. Plutôt que placer une énième comparaison à base de drakkars, disons qu’il a le vent en poulpe, tel le radeau de la Méduse.
La maison d’édition Råvet-Ånceau propose moult œuvres nordiques* dans son catalogue – imprimé comme il se doit sur papier glacé. Parmi elles, on citera dans la collection Polars Grand Nord un remake de La Lettre de Dunkerque de Ludovic Bertin.

*Les amateurs de clichés peuvent remplacer “nordiques” par “venues du froid”, ça passe comme une lettre à la poste ou un iceberg dans la coque d’un paquebot.

Detournement de couverture La lettre de Dunkerque Copenhague thriller nordique Ludovic Bertin par Un K à part