Critiques express (22) Du sang, de la chique et du polar

Passage en revue rapide de quelques polars et thrillers couvrant un spectre allant du pas terrible au très bon : L’intrus (Annabelle Blangier), Beatlemaniac (Frédéric Buffa), Galeux (Bruno Jacquin), On n’enterre jamais le passé (Nicolas Duplessier), Les chiens de la baie (Thierry Declercq) et Ouvre les yeux ! (Éric Chavet).

Continuer la lecture de « Critiques express (22) Du sang, de la chique et du polar »

Gâteau d’amour – Sophie Jomain

Gâteau d’amour
Sophie Jomain

J’ai Lu

Pour les besoins de la chronique d’aujourd’hui, je prête mon costume de Batman à Sophie. Si jamais elle tombe en se prenant les pieds dans la cape dix fois trop longue vu la différence de taille entre nous, je la rattraperai avec mes petits bras musclés grands bras rachitiques.
Or donc le pétillant Cherche jeune femme avisée fit office de Jomain Begins. D’un commun accord, plus grave, fut l’épisode Dark Jomain. Gâteau d’amour clôt la trilogie en fanfare sur l’air de Jomain Rises, en beaucoup mieux que l’ultime épisode de Nolan.

Couverture roman Gâteau d'amour de Sophie Jomain paru chez J'ai Lu
Continuer la lecture de « Gâteau d’amour – Sophie Jomain »

Comtesse Bathory – Patrick Mc Spare

Comtesse Bathory
Patrick Mc Spare

Panini Books

D’après la légende, Erzébeth Bathory (1560-1614) aurait assassiné jusqu’à 650 personnes, en majorité des jeunes femmes vierges, pour se baigner dans leur sang et accéder ainsi à l’immortalité. Du côté des historiens, on garde les pieds sur terre, la tête sur les épaules, et les mains en l’air, plus personne ne bouge !
Hum… On se calme… Si l’existence de la comtesse hongroise ne fait aucun doute, les “bains de sang” au sens le plus littéral appartiennent à la légende noire forgée un siècle après sa mort. Le nombre de ses victimes reste sujet à débat chez les spécialistes. Certains vont même jusqu’à avancer le chiffre de zéro, arguant que les accusations envers Bathory auraient été montées de toutes pièces pour l’écarter du pouvoir et faire main basse sur ses terres et sa fortune. Issue d’une vieille famille riche et influente, gouvernant seule après la mort de son mari, en bisbille avec les Habsbourg, tu m’étonnes qu’elle en ait dérangé plus d’un, la Bathory.
Toujours est-il qu’entre histoire et folklore, la comtesse sanglante, c’est du pain bénit pour les auteurs… avec en contrepartie le risque de ne rien apporter à ce qui a été déjà raconté par d’autres. Un peu comme les récits de vampires dont les trois quarts ne font que paraphraser Dracula.
L’ouvrage de Patrick Mc Spare tient-il ses promesses ? Si non, pourquoi ? Si oui, comment ? Le sang est-il immortel comme l’annonce la couverture ? Est-il possible de se lécher le coude sans se déboîter l’épaule ? Réponse à toutes ces questions – sauf la dernière – dans la chronique !

Couverture Comtesse Bathory Le sang est immortel Patrick Mc Spare Panini Books
Continuer la lecture de « Comtesse Bathory – Patrick Mc Spare »

Critiques express (21) On ne trouve pas toujours chaussure à son pied

Soldes sur les avis critiques de romans pile de livres bottines à talons low boots
Merci à miss Angélique pour le titre de l’article et le prêt d’accessoires.

Aujourd’hui, on solde ! Tir groupé d’avis rapides sur des bouquins qui ne m’ont pas emballé et sur lesquels il n’y a pas matière à chronique détaillée.

Continuer la lecture de « Critiques express (21) On ne trouve pas toujours chaussure à son pied »

Engrenages et sortilèges – Adrien Tomas

Engrenages et sortilèges
Adrien Tomas

Rageot

Engrenages et sortilèges est un bon livre. Ça me frustre un peu, parce que s’il avait été mauvais, j’aurais pu commencer la chronique par “ô Rageot, désespoir”, embrayer sur la critique d’une prose qui d’ennui fait bâiller, ô Corneille, et conclure sur la fameuse citation de Mac Mahon (ou Pauline Réage) “que d’ô, que d’ô”.

Engrenages et sortilèges Adrien Tomas couverture Rageot
Continuer la lecture de « Engrenages et sortilèges – Adrien Tomas »

Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ? – Paul Veyne

Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?
Paul Veyne

Seuil

J’aime bien ce bouquin pour deux raisons. D’une part, il est intéressant. D’autre part, il s’agit d’un cas rarissime où le résumé te spoile direct la question posée en titre. Du pain bénit pour les flemmards, qui peuvent s’épargner la lecture des 170 pages entre la première et la quatrième de couverture.

Couverture Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes Paul Veyne Points Essais
Continuer la lecture de « Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ? – Paul Veyne »