AT-AT Lego

Marronnier de la marque Lego, le quadripode AT-AT s’en va et revient dans le catalogue avec la régularité de la floraison des… euh… ben… des marronniers, d’où le nom. Le 4483 en 2003, le 10178 motorisé en 2007, le 8129 en 2010, le 75054 en 2014, le 75288 en 2020, l’UCS 75313 en 2021, auxquels on peut ajouter une flopée de versions mini (4489 en 2003, 911615 en 2016, 20018 en 2018, 912061 en 2020, 912282 en 2022, Microfighters 75075 en 2015 et 75298 en 2021), de quoi monter une division blindée suréquipée.
Autant dire que si vous ratez le dernier en date, il suffit de patienter jusqu’au prochain modèle. Ou vous rabattre sur la vente d’occasion, vu qu’avec tout ce qui est déjà sorti sur le sujet, on trouve des AT-AT à foison et à tous les prix un peu partout. Sans compter les versions “alternatives” made in China. C’est d’ailleurs une comme ça que j’ai, l’équivalent Lepin “Star Plan” n°05051 du Star Wars n°75054 de Lego. Même modèle à la brique près. Pas du tout le même prix : 50€ au lieu de 300 sur le shop Lego d’Amazon qui venait de le retirer quand je me suis intéressé à la question (aujourd’hui, il est à 500… quand on le trouve complet sur Bricklink pour une centaine d’euros…).

AT-AT Lego Star Wars 75054
Continuer la lecture de « AT-AT Lego »

The Host – Bong Joon-Ho

Le titre original du film ne l’est pas vraiment : 괴물 (Gwoemul) signifie monstre. Pour un film de monstre, on a vu plus imaginatif, mais au moins le choix du nom atteint une pertinence inégalable.
The Host, c’est l’histoire de la famille Hee-bong : le père (Park), les enfants (Gang-du, l’aîné immature ; Nam-joo, championne de tir à l’arc ; Nam-il, le cadet chômeur) et la petite-fille Hyun-seo… qui se fait enlever par une bestiole tentaculaire surgie du fleuve. Le reste de la bande n’aura de cesse de la sauver, telle une improbable Agence Tous Risques familiale.

Affiche film The Host 2006 Bong Joon-Ho
Continuer la lecture de « The Host – Bong Joon-Ho »

TIE Fighter & Y-Wing Lego

Cette boîte existe sous trois numéros :
– 7150, la version d’origine sortie en 1999 quand Lego s’est lancé dans la gamme Star Wars (la même année que la sortie au ciné de La menace fantôme, “comme par hasard”)
– 7152, réédition random en 2002, année de sortie de L’attaque des clones, film sans le moindre rapport avec le contenu de cette boîte Lego
– 7262, réédition de 2004 estampillée Star Wars Original Trilogy Edition à l’occasion de la sortie en DVD des épisodes IV, V et VI.
Je possède la version 7150. Ce qui n’a aucune espèce d’intérêt en soi. Il me reste les vaisseaux et les figurines, la boîte et les instructions ayant été balancées depuis belle lurette.
On ne peut pas dire qu’elle soit collector au vu des prix sur Bricklink (40-80€). Après, on peut aussi la trouver à 800 balles sur eBay, mais bon, c’est eBay… Et puis qu’elle soit collector ou pas, est-ce que ça un intérêt ? Non plus. Par contre, il y a une histoire particulière entre cette boîte et bibi… dont je ne suis pas sûr qu’elle ait davantage d’intérêt pour vous, mais elle en a pour moi.

Y-Wing Tie Fighter Dark Vador Lego Star Wars 7150 7152 7262
Continuer la lecture de « TIE Fighter & Y-Wing Lego »

Inferno – John G. Avildsen

Au guidon de sa motocyclette, Eddie Lomax traîne sur les routes sans qu’on sache trop d’où il vient ni où il va. Lui-même n’a pas l’air beaucoup plus au courant. Ses pérégrinations le mènent à Inferno, un patelin sous la coupe de gangsters qui tabassent Lomax, le dépouillent et le laissent pour mort.
Lomax va se relever de ses blessures et entreprendre de se venger. Parce que Lomax, il est interprété par Jean-Claude Van Damme et il faut pas le faire chier.

Inferno Desert Heat John G Avildsen Jean-Claude Van Damme
Continuer la lecture de « Inferno – John G. Avildsen »

Un coup de Fuji

Dans ma vie d’aventurier à la petite semelle, les occasions de virées montagnardes n’ont pas été légion. Pendant longtemps le seul sommet que j’ai jamais atteint, c’est le mont Caubert qui surplombe ma Picardie natale du haut de ses 83 mètres.
Far far away, a long time ago, comme disait je ne sais plus quel réalisateur américain en ouverture d’un petit film indépendant qui gagne à être connu, j’ai quand même été là-haut :

Mont Fuji Japon
La tronche si caractéristique du Fuji.
Continuer la lecture de « Un coup de Fuji »