Le Territoire des Ombres (1)

Le Territoire des Ombres

J’ai posé le pied dans le Territoire des Ombres, un diptyque de José Luis Alemán d’après l’univers de Lovecraft. Le Secret des Valdemar (La herencia Valdemar en VO) et Le Monde Interdit (La herecia Valdemar II : La sombra prohibida) sont sortis en 2010 et 2011 sur les écrans espagnols. En France, ils atterrissent dans les bacs DVD en 2013 sous un titre qui laisse présager du pire, comme tout ce qui s’appelle “des ombres”, “de la nuit”, “des ténèbres”, “de la mort”, “du mal”…
Yé n’ai pas été déçou dou voyage.

C'est sûr que c'est pas Jo le Rigolo.
“C’est sûr que c’est pas Jo le Rigolo.”
Continuer la lecture de « Le Territoire des Ombres (1) »

Carnet de bord Nuit des Livres (2016)

10e Nuit des Livres à Esquelbecq

Annie Cordy Tata Yoyo
Le week-end fut festif.

Oyez, oyez, la geste d’Esquelbecq, Village du Livre qui organise chaque année depuis 2007 un salon baptisé Nuit des Livres. L’édition 2015 m’avait bien plu. Je suis venu, j’ai vu, j’ai revenu.
Le week-end dernier, je me suis donc offert une virée en terre flamande. Mes vertèbres en vrac me hurlaient de ne pas y aller… Pas question de les écouter, ces chieuses. J’ai bien fait. Retour au bercail sans mal au dos ! Un miracle !
En vérité, je vous le dis, dans quelques années on ira à Esquelbecq comme on va à Lourdes.

Continuer la lecture de « Carnet de bord Nuit des Livres (2016) »

Manhattan Carnage – Orcus Morrigan et Maxime Gillio

Manhattan Carnage
Orcus Morrigan ; trad. Maxime Gillio

L’Atelier Mosésu

Couverture Manhattan Carnage Orcus Morrigan
“– Merde, je croyais pas que dans la mort, c’était comme dans la vie.
– Si, c’est la même chose. Mais en pire.”

Orcus Morrigan est un zombie. Mais pas que. Il écrit des livres. Vrai de vrai, Maxime Gillio, son traducteur, me l’a certifié croix de bois croix de fer.
D’ordinaire les zombies et moi, ça fait deux.[1] Y a quinze ans, 28 jours plus tard a réactualisé et relancé le genre. Depuis, on en bouffe à toutes les sauces… films, séries, romans, BD, jeux vidéos et la tête alouette… je suis gavé, je me barre en courant dès que j’entends parler de zombie – ce qu’est pas un mauvais réflexe, au fond.
Autant dire que Manhattan Carnage partait avec un sérieux handicap.
Verdict après lecture ? C’est de la balle, comme disait la marquise de Montrou.

Continuer la lecture de « Manhattan Carnage – Orcus Morrigan et Maxime Gillio »