Tout Ankh-Morpork – Terry Pratchett

Tout Ankh-Morpork
Guide touristique exhaustif
Terry Pratchett
L’Atalante

Couverture Tout Ankh-Morpork Terry Pratchett

Terry Pratchett, je suis tombé dedans il y a une bonne quinzaine d’années. Depuis, il est devenu un compagnon fidèle (et regretté), l’un des invités les plus envahissants de ma bibliothèque. Une valeur sûre. Tout amateur, lecteur ou auteur de fantasy devrait en lire au moins un. Pratchett est un classique, comme Howard, Leiber, Tolkien, Moorcock, Rowling… Incontournable. Pas juste à cause de l’argument d’autorité du “classique” mais parce que c’est très bien, Pratchett.
Déjà, on se marre. Ses bouquins jouent la partition de la parodie, de l’absurde, du calembour, du délire… Humour à tous les étages.
Ensuite, le Disque-Monde, son grand œuvre, fait partie des univers les plus riches et les plus détaillés de la fantasy. Tu noteras que les classiques cités plus haut ne sont pas connus que pour leurs héros mais aussi pour l’univers dans lequel ils vivent leurs aventures (monde hyborien, Lankhmar, Terres du Milieu, Melniboné et les Jeunes Royaumes, Poudlard).
Enfin, Pratchett, en plus de la rigolade et de l’évasion, fait réfléchir. La chose est courante en SF, un peu moins en fantasy où beaucoup d’auteurs se contentent des pouet-pouet magiques comme une fin en soi. “La fantasy, ce n’est pas seulement des magiciens et des baguettes magiques. C’est voir le monde depuis de nouveaux points de vue.” C’est lui qui le dit, à juste titre (et c’est ce que fait une bonne partie de la SF, par laquelle il est passé avec La face obscure du Soleil et Strate-à-gemmes : suffit de remplacer les sorciers et les baguettes par des vaisseaux spatiaux et des pistolets laser, la finalité est la même). Racisme, guerre, inégalités hommes-femmes, esclavage, autoritarisme, fanatisme religieux, intolérance, c’est bien de notre monde dont il parle.
Trois bonnes raisons de lire Pratchett, qui a en plus le mérite d’être accessible à tout âge et sans avoir besoin d’un doctorat en lettres.

Collection Disque-Monde Terry PratchettPratchett, je l’avais mentionné l’an dernier comme une lecture copieuse capable d’occuper quelques semaines de vacances. Pour la première chronique proprement dite, j’ai choisi un de ses ouvrages les plus gadgets : Tout Ankh-Morpork, guide touristique exhaustif.
Comme son titre l’indique, il ne s’agit pas d’un roman mais d’un guide consacré à la plus grande cité du Disque-Monde. Sur le principe du Routard, Tout Ankh-Morpork te propose les infos nécessaires pour vivre (et survivre), que tu sois touriste ou résident de fraîche date. Lois, transports, communications, logement et restauration pour toutes les bourses, guildes de métiers, Université de l’Invisible (le Poudlard local), lieux de culte, loisirs, associations, parcours de randonnées urbaines, plus les pages jaunes avec un “répertoire des marchands, négociants et services”. En annexes, les plans détaillés des Ombres (le quartier chaud et mal famé) et la liste complète des rues avec leur localisation sur la carte principale.
Parce que oui, il y a un plan complet de la ville. Et pas un petit, il fait la taille d’une carte routière de notre monde à nous.

Carte Ankh-Morpork
Vue aérienne de la vue aérienne.

L’édition est super classe, pas donnée, mais elle vaut ses 35€. Le bousin se présente sous la forme d’une pochette cartonnée maintenue fermée grâce à un cordon élastique (de couleur bleue, pour les maniaques du détail). Ladite pochette reprend les illustrations de couverture et de quatrième du guide lui-même. Petit détail qui ne gâche rien : le prix, le code barre et l’ISBN n’apparaissent pas dans le traditionnel rectangle blanc tout moche mais dans un cartouche en forme d’étiquette déchirée.
In ze pocket, deux rabats. Dans le premier est glissé la couv’ du guide. Super classe aussi. Couverture rigide, présentation intérieure à l’ancienne très Belle Epoque dans l’esprit, illustrations abondantes, mise en page qui parvient à mêler clarté et foisonnement. Dans le second rabat, un mètre carré de papier plié en je ne sais pas combien. D’un côté, une magnifique vue aérienne d’Ankh-Morpork, encrée style XVIII-XIXe ; de l’autre, un plan détaillé avec noms de rues et quadrillage lettres/chiffres pour faire le lien avec les renvois du guide.
En un mot : superbe.

Un must ! Dispensable, pas vital, mais si beau !
Ce guide s’adresse aux lecteurs du Disque-Monde. On ne voit pas trop pourquoi quelqu’un qui ne lit pas Pratchett achèterait ce bouquin. Cela dit, je le conseillerais aux rôlistes comme une excellente aide de jeu. Un environnement urbain prêt à l’emploi, une mine d’or pour enrichir de détails n’importe quelle cité de ton jeu de rôle préféré, un Laelith bis pour ceux qui ont connu le hors-série n°2 de Casus Belli.

Laelith hors-série Casus BelliPour les habitués de Pratchett, on se situe dans le gadget. Le guide compile des infos disséminées dans les romans, le contenu, on le connaît. En même temps, on aurait tort de s’en passer. Les Annales du Disque-Monde font partie de ces bouquins dans lesquels on remet facilement le nez. Ce sera l’occasion de suivre les patrouilles de Vimaire sur le plan de la ville, jeter un œil aux commentaires sur tel bistro mentionné en passant dans tel roman, bref redécouvrir Ankh-Morpork.
Quant aux néophytes, il ne faut surtout pas commencer par la lecture de ce guide, sous peine de ne rien capter aux allusions et références. Nez-en-moins, comme dirait Voldemort, l’achat vaut le coup dès le premier tome des Annales. La Huitième Couleur raconte l’histoire d’un touriste qui débarque à Ankh-Morpork, situation qui colle pile à l’objet du guide. Le lecteur se retrouve dans la même situation de découverte. Avoir Tout Ankh-Morpork sous la main en lecture parallèle permettra une meilleure immersion.

D’ordinaire, je ne suis pas emballé par les ouvrages dérivés qui sentent souvent le merchandising facile, la tonte de fans et le boulot de sagouin. Pour le coup, le travail éditorial et artistique force le respect. L’ouvrage reste un plus pas indispensable, mais il a son intérêt esthétique et pratique (cette carte, nom d’une pipe !).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *