Une trilogie avec des fraises : Tiphaine Croville

Après deux tomes de Phitanie (L’Autre Monde et Les Quatre Royaumes) et autant de rencontres mémorables (Envie de Livres et Les Halliennales), il ne manquait que l’interview pour compléter le grand sachem (c’est comme un grand chelem avec moins de raquettes et plus de plumes).
Sauf à avoir le QI d’un candidat de télé-réalité, vous l’aurez compris, l’invitée du jour est Tiphaine Croville.

Trilogie Phitanie de Tiphaine Croville aux éditions Rebelle
Continuer la lecture de « Une trilogie avec des fraises : Tiphaine Croville »

Pocket Terreur is back

Elle me manque, la collection Terreur de chez Pocket… Je la ressuscite avec une intégrale de Manitou de Graham Masterton…

Détournement de couverture Manitou Graham Masterton Pocket Terreur par Un K à part
Graham Masterton, intégrale de “Manitou”.

… un album de Martine (Funny Games)…

Détournement de couverture Martine Funny Games Pocket Terreur par Un K à part
“Funny Games” (comme le film), avec Martine dans le rôle de la méchante.

… et Oui-Oui pilleur de tombes.

Détournement de couverture Oui-Oui pilleur de tombes Enid Blyton Pocket Terreur par Un K à part
Oui-Oui se prend pour Lara Croft.

Et c’est pas fini…

Continuer la lecture de « Pocket Terreur is back »

Cérémonie des K d’Or 2017

A l’occasion de mon anniversaire, comme l’an dernier, c’est bibi qui distribue les cadeaux : les K d’Or, la récompense littéraire ultime, mieux que le Goncourt, le Renaudot et le Tutti Quanti réunis. De quoi faire gonfler les chevilles des récipiendaires au moins autant que les miennes.

K d'Or les cadors Un K à part
Continuer la lecture de « Cérémonie des K d’Or 2017 »

Une claque

On parle souvent des clichés en littérature, mais faut reconnaître que ce qui se dit à propos des bouquins n’en est pas exempt, loin de là. La critique tient souvent du festival de lieux communs et m’a inspiré un détournement du célèbre mème de Batman torgnolant Robin.

Détournement Batman Robin meme clichés en littérature par Un K à part
La critique littéraire vue par Batman et Robin.

Si j’en juge par le nombre de “claques” que je vois défiler à longueur d’année chez les chroniqueurs de tous bords, je me dis que la glorification de la torgnole a encore de beaux jours devant elle, et qu’il y a encore du chemin à faire avant qu’on arrête d’associer excellence littéraire et violence physique, comme si les deux étaient quelque chose de bien et représentaient un sommet de l’accomplissement humain.
Perso, la seule claque livresque que j’ai reçue cette année, c’est ce bouquin, dont les 2250 pages m’ont atterri sur les orteils lors du rangement de ma bibliothèque. Je l’ai senti passer, le poids des mots…

Dictionnaire grec français Bailly