Chroniques de la Lune Noire (saison 2) – François Froideval

Deuxième gros volet du dossier Chroniques de la Lune Noire, le second cycle des aventures de Whismerhill, un temps annoncé comme une “saison 2” et rebaptisé entretemps Opus II – Terra Secunda par l’éditeur, lequel a semble-t-il été traumatisé par le latin au collège.

Les Chroniques de la Lune Noire François Froideval intégrale saison 2

Chroniques de la Lune Noire
Opus II – Terra Secunda

Saison 2, tomes 15-20
François Froideval (scénario)
Fabrice Angleraud (dessin)

Dargaud

Les Chroniques de la Lune Noire tome 15 Terra Secunda Livre 1 Fabrice Angleraud François Froideval Dargaud

Annoncé avec fracas comme la “fin de la série mythique”, dixit la pastille sur la couverture, le tome 14 La Fin des Temps, ne concluait en réalité rien du tout. On attendait des réponses et une conclusion, on a eu un simple volume de transition vers une suite.
Terra Secunda Livre 1/2 pouvait laisser présager du pire. Un des reproches récurrents adressés aux Chroniques de la Lune Noire était de parler pour ne rien dire et d’enchaîner des tomes longuets où l’intrigue n’avançait pas. Donc quand cette bande dessinée démarre une nouvelle saison par un double épisode, on craint un étirement encore pire.
Bon ben ça se laisse lire, mais faut pas s’attendre à de grandes surprises ni de grandes révélations. Whismerhill et les rescapés débarquent sur un nouveau monde. Ils s’installent, s’organisent, explorent, posent les bases d’un nouvel empire et d’une nouvelle religion. S’ajoute une grosse baston étalée sur un tiers du volume (trop long, comme toujours) contre Lucifer et ses démons qui ont réussi à trouver le chemin de cette Terre bis, soi-disant introuvable.
La BD fonctionne pépère, mais rien de bien foufou avec un air de déjà vu, soit dans d’autres œuvres (l’exploration d’un nouveau monde, doit y avoir mille milliards de titres en SF qui l’ont déjà racontée en mieux), soit dans la saison 1 (la bagarre contre les hordes démoniaques).

Les Chroniques de la Lune Noire tome 16 Terra Secunda Livre 2 Fabrice Angleraud François Froideval Dargaud

Dans ce second volet de Terra Secunda, l’installation et l’exploration se poursuivent. Les premiers problèmes se posent comme autant de jalons pour les tomes suivants. Le peuple autochtone des Ophidiens promet une bonne grosse guerre des familles. Idem les démons qui continuent à s’agiter sur le plan infernal. La confrérie des masques de cuir complote pour renverser l’empereur. Enfin elle complote… Une page de deux cases, on peut surtout dire qu’elle se contente de pointer le bout du nez. Je prends le pari que derrière un de ces masques on découvrira un jour ou l’autre un personnage important de la série. Sinon, pourquoi des masques ?
Au final, le diptyque des tomes 15 et 16 est correct mais pas renversant. Le nouvel empire de Whismerhill se met en place… et c’est à peu près tout. Cette nouvelle Terre ne propose pour le moment aucun mystère, aucune direction narrative claire, et ne promet que des affrontements contre des démons, soit un air de déjà vu dans la première saison.

Les Chroniques de la Lune Noire tome 17 Guerres Ophidiennes Fabrice Angleraud François Froideval Dargaud

Guerres Ophidiennes, vu le titre, on ne s’étonnera pas de trouver une bataille maousse entre les troupes de Whismerhill et les serpents autochtones de Terra Secunda.
Le pluriel me paraît excessif. La première moitié de l’album, maladroite, se perd entre les questions ophidiennes, l’agitation de Belzébuth, la gestion de l’Empire, les mondanités de Whismerhill, soit beaucoup d’éléments qu’on aurait plutôt vu dans le tome 19 Une semaine ordinaire… Les “guerres” se limitent à une paire d’escarmouches.
Quant à la seconde moitié de la BD, elle est consacrée à la bataille rangée contre les Ophidiens. On y est habitué depuis la saison 1 : la seule stratégie connue est de rechercher l’affrontement décisif. Ce qui pour le coup est débile, puisque Whismerhill ignore tout de ses adversaires, aussi bien leur nombre que leur armement ou leurs tactiques de combat. Il n’y a pour ainsi dire que des guerriers dans son entourage et aucun ne semble avoir entendu parler de renseignement, de guérilla, de défense en profondeur ou de quoi que ce soit de plus élaboré que “on se met tous en ligne et on fonce dans le tas”. Non, faut tout régler en une seule et unique bataille, en plus sur un coup de dé. Les fins stratèges à l’œuvre…
Whismerhill a atteint un tel niveau de puissance que la moindre tension dramatique est tuée dans l’œuf. On regarde de loin le surhomme s’agiter, sans craindre qu’il lui arrive de bricole. À se demander pourquoi il entretient une armée qui lui coûte la peau des rouleaux, puisqu’il peut tout régler en solo.
Au final, ce tome est grosso modo un remake raté du numéro 5 La danse écarlate, croisé avec un film de Michael Bay. Spectaculaire, certes, mais consternant par la vacuité de son scénario.

Les Chroniques de la Lune Noire tome 18 Le Trône d'Opale Fabrice Angleraud François Froideval Dargaud

Plusieurs éléments en suspens trouvent leur solution dans Le Trône d’Opale : la guerre contre les Ophidiens, les opales, le réveil des seigneurs de la négation…
À noter, un running gag sympa autour du binôme Murata et Bjorn, ainsi qu’une apparition en rêve de Feydreiva.
Un tome intermédiaire qui raconte plus ou moins la même chose que les précédents : une “semaine ordinaire” de l’Empire autour de tel ou tel problème d’intendance et de gestion à régler. C’est ce volume-ci qui aurait dû porter ce titre plutôt que le suivant.

Les Chroniques de la Lune Noire tome 19 Une semaine ordinaire Fabrice Angleraud François Froideval Dargaud

Une semaine ordinaire pour un tome ordinaire.
Gérer sa nombreuse progéniture, l’Empire, l’armée, la religion, le peuple, la diplomatie… La semaine standard de règne de Whismerhill, c’est plus ou moins ce que raconte la saison 2 depuis ses débuts.
Ce volume démarre sur du pas ordinaire avec la rencontre entre Whismerhill et l’Unique… un enfant-dieu qu’il faut éduquer. Cette partie aurait été davantage à sa place dans le tome suivant, intervertie avec l’éducation des gamins de Whismerhill qui fait partie des moments ordinaires de la semaine.
Le passage autour de l’épée Sorrow n’a aucune utilité à part remplir quatre pages et fournir la couverture (qui est sans doute une des moins réussies de l’ensemble des Chroniques).
L’introduction de l’archidémone Helle arrive comme un cheveu sur la soupe (ou une idée de dernière minute). Il aurait fallu la caser plus tôt, juste après la défaite de Lucifer au tome 16, pour avoir le temps de lui donner de l’épaisseur. Même chose avec les elfes des ténèbres, qui fournissent un passage intéressant, mais aurait dû être présentés dès les premiers tomes pour développer leurs relations avec l’Empire.
On se retrouve donc avec un volume assez mou, qui enchaîne les scènes au petit bonheur. Paradoxe, apparaissent aussi dans Une semaine ordinaire des éléments très intéressants (Helle, les elfes noirs) ou centraux (l’Unique) mais jetés à la va-vite et sous-exploités.

Les Chroniques de la Lune Noire tome 20 Une porte sur l'Enfer Fabrice Angleraud François Froideval Dargaud

Une porte sur l’Enfer ouvre moins sur les cercles si chers à Dante que sur le déjà vu. Les démons avaient déjà débarqué en début de second cycle au tome 16. Le portail démoniaque, on nous a déjà fait le coup avec La Porte des Enfers, le tome 12, dont le présent numéro est un parfait clone.
Première moitié de l’album, Whismerhill fait des trucs et des machins qui auraient été plus à leur place dans le volume précédent (l’éducation de ses enfants, l’érection de son super palais de la mort qui tue). Helle place une balise qui ouvrira la fameuse porte. Whismerhill et ses compagnons découvrent ladite balise… sans chercher à la détruire. Le gars a des pouvoirs qui dépassent tout ce qu’on peut imaginer, il est pote avec les dragons dont le souffle pourrait vaporiser la moitié de la planète, avec le “mage ultime” Methraton et avec l’Unique, rien de moins qu’un dieu. Mais non, ces gros malins sont incapables de détruire la balise, parce que l’idée ne vient à personne ! On en reste à la tactique de génie qui consiste à masser toute l’armée impériale devant le portail et tabasser sans répit en espérant que ça suffira.
14€ pour un remake de l’album 12 qui m’en avait coûté autant, ça revient cher la photocopie…

Verdict

En soi, la saison 2 n’est pas indigne.
Mais…
Sans dire qu’on s’ennuie, elle n’est pas non plus très palpitante. Le récit manque de souffle et d’enjeux, tout est moyen.
En dépit de la profusion de personnages, chacun reste anecdotique, exception faite de Whismerhill qui occupe la totalité de l’espace. Mis à part une paire de scènes anecdotiques autour de Pile-ou-Face, les autres ne servent à rien. Murata et Shamballeau apparaissent vaguement. Ghorghor Bey et Greldinard sont quasi invisibles. On voit souvent la succube mais elle se contente de meubler les cases sans action concrète. Quant aux nouveaux, soit ils font doublon avec les anciens (Bjorn), soit ils débarquent trop tard pour servir à quelque chose (Helle, les elfes noirs), soit ils ne font que passer en vitesse sans servir (les masques de cuir).
Les bonnes idées ne sont pas toujours bien exploitées. Par exemple, la guerre contre les Ophidiens aurait pu être développée sur le plus long terme, par petites touches, elle se retrouve vite pliée. Jamais on n’a l’impression d’une menace diffuse ou immédiate. Les Ophidiens représentent juste un adversaire de plus à déglinguer et boum, terminé. À la place des serpents qui représentaient une nouveauté, faudra se taper les combats contre démons, qui font redite.
Autre exemple, placer le récit de cet opus II dans la bouche d’une des filles de Wis qui, à l’age adulte, raconte à sa propre fille l’histoire de “papy”, bonne idée pour justifier le côté très narratif des textes. Sauf que les donzelles spoilent pas mal avec leurs allusions. Dès lors qu’on sait que la guerre contre les démons va durer des siècles ou encore que l’Unique va mal tourner, que reste-t-il comme suspense ?

J’ai aussi été beaucoup gêné par le fond.
L’empire que Whismerhill installe sur Terra Secunda tient moins de la monarchie autoritaire traditionnelle que de la dictature totalitaire. Même si le personnage se veut un antihéros et la série très éloignée du monde des Bisounours, on touche ici aux limites entre protagoniste pas toujours propre sur lui et parfaite ordure. Whismerhill n’a plus rien du bad guy sympathique, on le regarde s’escrimer sans plus s’attacher à lui.
Ce qui m’a le plus rebuté dans cette saison 2, c’est l’abondance de références judéo-chrétiennes en décalage complet avec ce qui était au départ un univers de fantasy et qui ressemble de plus en plus à un évangile déguisé. Déjà, la chose m’avait gonflé dans la première saison à cause d’éléments hors contexte comme l’archange Gabriel ou les Tables de la Loi. Mais là… L’histoire commence par un exode (tilt), qui voit les rescapés de douze peuples (tilt) arriver sur une terre promise (tilt), plutôt accueillante (tilt jardin d’Eden), où ils s’installent pour croître et prospérer (tilt), nonobstant la présence des Ophidiens (tilt serpent). La religion s’organise autour d’un dieu unique (super tilt !), un gamin blondinet en robe blanche qui ressemble trait pour trait à l’image traditionnelle de l’angelot chrétien. La mainmise religieuse rappelle l’Espagne des Rois catholiques, ces grands malades de l’Inquisition et de la conversion forcée. Pour boucler la boucle, l’invasion des démons sous la houlette de Lucifer puis Belzébuth donne à l’ensemble des airs d’apocalypse qui auraient plu à saint Jean. Ça fait beaucoup…

Enfin, on ne sait jamais où on va, ou plutôt on ne sait pas si on va quelque part. Autant la saison 1, on peut dire qu’elle raconte l’ascension de Whismerhill vers le trône impérial. Mais là… Whismerhill installe et gère son empire sur Terra Secunda, mais sinon, à part ça ? C’est quoi l’enjeu et la direction de cet opus II ? Autre que nous mener vers l’opus III, j’entends.
La saison 3 intitulée Chroniques du Trône d’Opale est censée avoir lieu 3000 ans plus tard. Au crédit de Froideval, il prépare le terrain en distillant un nombre croissant d’éléments qui relèvent davantage de la SF que de la fantasy, idem Angleraud à travers certains clins d’œil dans ses dessins (un Ithorien de Star Wars au tome 18 et les œufs à la Alien dans le tome 20). Par contre, ce déploiement s’opère au détriment du scénario de la saison 2, qui n’en possède pour ainsi dire aucun.
Que les deux livres de Terra Sucunda fassent office de transition, d’accord, mais au bout de six volumes, on a l’impression que TOUTE la saison 2 est une transition vers la suite de la suite.

Dossier Chroniques de la Lune Noire :
Présentation
Saison 1
– Saison 2 : Terra Secunda
– Saison 3 : Chroniques du Trône d’Opale (coming plus ou moins soon…)
Les Arcanes
Methraton

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *