Ceux des profondeurs – Fritz Leiber

Ceux des profondeurs
Fritz Leiber

Mnémos / Hélios

Youpi, les vacances ! En route pour la mer ! Prends ta pelle, ton seau, tout le barda, et fais péter le scaphandre ! Ne vois dans ce dernier mot aucune métaphore de ta rondelle, qu’elle soit de calamar ou autre, je parle d’une tenue pour aller glouglouter dans les fonds marins, où nous titillerons le mérou et piétinerons les derniers coraux rescapés de la pollution sous-marine. Attention, les médecins déconseillent cette tenue aux personnes souffrant de météorisme (syndrome du ballast) ou de dysenterie (avoue que ce serait dommage de mourir noyé dans ton scaphandre et dans ton caca).

Couverture Ceux des profondeurs Fritz Leiber Mnémos collection Hélios
Continuer la lecture de « Ceux des profondeurs – Fritz Leiber »

L’heure du loup – Robert McCammon

L’heure du loup
Robert McCammon

Pocket Terreur

Robert McCammon, c’est le Jean-Claude Van Damme du fantastique. Dans le genre grand écart, on lui doit Le sous-marin des ténèbres, pitoyable purge soporifique, et, à l’autre bout du spectre qualitatif, L’heure du loup, qui est sans conteste un des meilleurs romans avec du loup-garou dedans.

Couverture L'heure du loup Robert McCammon Pocket terreur
Continuer la lecture de « L’heure du loup – Robert McCammon »

Le double corps du roi – Ugo Bellagamba & Thomas Day

Le double corps du roi
Ugo Bellagamba & Thomas Day

Folio SF

Des romans de fantasy inspirés par la période médiévale, je pourrais t’en citer vingt-cinq mille milliards – à un ou deux près – qu’on aurait à peine effleuré le début du commencement d’une liste exhaustive. Des romans de fantasy inspirés par un médiéviste, le décompte tient sur une main, voire un seul doigt. Et t’avoueras que deux corps de roi sur un index, ça se pose là dans la catégorie prouesse d’équilibriste.

Couverture Le double corps du roi Ugo Bellagamba Thomas Day Folio SF
Effet miroir pour mettre en scène la notion de “double” du titre… et surtout rattraper le cadrage raté bien comme il faut.
Continuer la lecture de « Le double corps du roi – Ugo Bellagamba & Thomas Day »

Le parfum de Katsu – Claire Volanges

Le parfum de Katsu
Claire Volanges

France Loisirs / Nouvelles plumes

Avis à tous les chasseurs de primes du globe (ou du disque pour ceux qui croient que la Terre est plate), plus besoin de chercher le successeur de Jean-Claude Van Damme, je suis là !
Je vais me livrer sous vos yeux à un grand écart XXL. Attention, cascade de professionnel…
À ma droite, le Japon féodal, où j’aime bien poser mes valises et mes sabres pour me ressourcer. À ma gauche, la romance, domaine qui n’est pas trop mon truc et que je m’arrange pour esquiver avec la vivacité d’une anguille ninja sous amphétamines.

Couverture Le parfum de Katzu Claire Volanges Les Nouvelles plumes France Loisirs Prix de la romance 2019
Continuer la lecture de « Le parfum de Katsu – Claire Volanges »

Les noces de la renarde – Floriane Soulas

Les noces de la renarde
Floriane Soulas

Scrineo

Sans être exceptionnel, Rouille avait le mérite de proposer un univers intéressant. Il paraissait prometteur pour la suite, sous réserve de corriger les défauts de jeunesse. J’avais donc des attentes quant aux Noces de la renarde.
J’avoue être tombé de haut. Il est rare qu’une lecture me donne l’impression d’avoir perdu mon temps. C’est le cas ici, une déception.

Les noces de la renarde Floriane Soulas couverture Scrineo
Continuer la lecture de « Les noces de la renarde – Floriane Soulas »

Mais sinon, tout va bien ! – Max Deloy

Mais sinon, tout va bien !
Max Deloy

HarperCollins / &H

Couverture Mais sinon tout va bien Max Deloy HarperCollins Harlequin

Premier roman signé Max Deloy, je me suis donc livré à quelques recherches sur cet auteur, histoire de mieux le connaître.
Jeune écrivain inconnu ? À voir. Le bonhomme ne fait pas son âge, mais il est en réalité très très vieux. Quant à son œuvre, tout le monde en a entendu parler à défaut de l’avoir lue. Car c’est à lui que Napoléon Ier confia jadis la rédaction du Code civil, ouvrage qui rassemble un max de lois.
Deloy prit des tripes pendant la restauration et le chemin de l’exil sous la Restauration. On le vit arpenter la terre de Flandre, de Dunkerque à Anvers, en passant par Hallennes-lez-Haubourdin, Coxyde ou encore Saint-Folquin. Un périple tout à pinces, en hommage aux preux chevaliers Yvain et Gauvain, surnommés “les petits pédestres” dans les chroniques d’Astier de Lyon (1274-1312). Impressionné par la démarche caractéristique du père Max, le général prussien von Etick obligea ses troupes à défiler de la même façon. À cause d’une maîtrise approximative du français, von Etick transcrivit l’expression en “pas de l’oie”, ce qui ne rime aryen à rien puisqu’on n’a jamais vu d’oies avec des casques à pointe.
Lassé de courir les routes, le randonneur décida de poser ses valises. Son choix de résidence se porta sur San Antonio, où il fonça dare-dare. L’ennui aidant, il finit par succomber au démon du jeu, Deloy. Pour éponger ses dettes, il se lança dans la fabrication de buvards, expérience infructueuse qui le conduisit à enchaîner les petits boulots : gardien du cimetière des morts qui chantent, cureur de nez, guichetier de péage sur l’A16, équarrisseur aux abattoirs dans la dune, réducteur de fractures, sosie de Freddie Mercury.
Mais sinon, tout va bien ! est (plus ou moins) son premier roman.

Continuer la lecture de « Mais sinon, tout va bien ! – Max Deloy »