Fées, weed & guillotines – K. Berrouka

Fées, weed & guillotines
Karim Berrouka
J’ai Lu

Fées weed guillotines Karim Berrouka
Comment ça, ma présentation est kitsch ?

De l’urban fantasy avec du polar dedans… ou plutôt l’inverse. Fées, weed et guillotines joue d’abord sur les codes du roman policier.
En scène, un détective privé au patronyme improbable : Marc-Aurèle Abdaloff. Parce qu’un bon enquêteur se doit de porter un prénom abracadabrant. N’est-ce pas Sherlock Holmes, Hercule Poirot, Aloysius Pendergast, Ellery Queen ?
Une demoiselle en détresse, Jaspucine, qui débarque dans le bureau d’Abdaloff avec un problème sous le bras.
Une équipe, avec du cerveau et du muscle dedans, qu’Abdaloff embarque dans ses investigations… une femme fatale… un coupable qui le porte sur la figure… et une enquête avec de la conspiration derrière.
La totale des ingrédients du genre policier… la fantaisie en prime, vu la giga dose de second degré, de parodie et de détournement des codes.
Berrouka met aussi des fées, parce que… pourquoi pas ? Leur décalage avec le monde des humains permet beaucoup de recul (comment veux-tu, coment veux-tu…).

Fées, weed et guillotines, c’est donc un roman barré bien comme il faut. Les personnages, les situations, les dialogues, le style… Un délire savoureux, humour à tous les étages. On se fend la margoulette du début à la fin.
Cela dit, le jeu sur l’hénaurme prend parfois un peu trop le pas sur la rigueur. Je me suis demandé en quelques occasions si Berrouka savait où il allait ou si son délire ne lui échappait pas des mains. Sur l’air de “ok, c’est marrant, mais là tu veux dire quoi ?”. Des moments brouillons, l’impression de rester à la rigolade de surface sans pousser plus loin.
Quelques longueurs aussi dans les passages d’archives. La correspondance de Jaspucine et le journal du nuiton aurait gagné à être raccourcis comme l’ont été Louis XVI et Marie-Antoinette.

À l’arrivée… oui, non, je ne sais pas… Une lecture sympa où je me suis bien marré. J’aime l’absurde et le déjanté, j’ai passé un bon moment. C’est le but du bouquin, donc une réussite sur ce plan.
Après, je reste sur ma faim au niveau de la mécanique d’écriture. Le délire fonctionne dans les scènes, moins dans la structure d’ensemble, trop en roue libre.
Titre honnête, bourré de bonnes idées mais moins abouti que l’autre Berrouka que j’ai lu (Celle qui n’avait pas peur de Cthulhu). À lire surtout pour la détente et la rigolade.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *