Critiques express (19) Bestioles, bébêtes et créatures

Que serait l’imaginaire sans sa foultitude de bestioles et de monstres ? Bonne question, merci de l’avoir posée. Ceux qui veulent y répondre, prenez une feuille et suivez les consignes habituelles (4 heures, calculatrice interdite, tout ça, tout ça). Les autres, venez avec moi, on va plonger dans Créatures (l’anthologie des Imaginales) et Grand Méchant Loup.com (Maxime Gillio & Wonder Jane), deux bouquins qui m’ont été offerts aux dernières Halliennales.

Pégase licorne

Créatures
Anthologie des Imaginales 2018
(dirigée par Stéphanie Nicot)
Mnémos

Créatures anthologie Imaginales 2018

Créatures, j’étais parti pour me lancer dans une chronique complète… quand je me suis rendu compte que je n’avais, au fond, pas grand-chose à raconter. Sauf à m’étaler sur chaque nouvelle, autant dire une contradiction dans les termes.
Dans l’ensemble, le recueil est bon. Varié, presque trop, vu que 99% des œuvres d’imaginaire produites depuis que le monde est monde se rattachent de près ou de loin au thème des créatures (que ce soit dans le sens de la bestiole ou de l’être créé). Bon point pour la variété… mais quand on enchaîne les nouvelles, on en vient à une impression de manque d’unité (donc mon conseil, lisez-en une par-ci par-là, pas tout le recueil d’une traite).
Mon tirage gagnant : La Machine différente (Jean-Laurent Del Socorro), En commençant par la faim (Anthelme Hauchecorne), Les Portes du monde (Élisabeth Vonarburg) et Une petite fleur (Olivier Gechter).
Seul texte que j’ai lâché en route, Légende du premier monde (Fabien Cerruti), qui tient plus de l’exposé que de la légende.
Intéressant dans l’ensemble, peut-être un poil trop léger pour moi qui aime bien sentir mes neurones surchauffer sous les questionnements. Affaire de goût et d’attentes de lecteur.

Grand méchant loup com Maxime Gillio WonderJane

www.Grand Méchant Loup.com
Maxime Gillio & Wonder Jane
Bobidule

Ysengrin, le grand méchant loup ne fait plus peur à personne. L’ancienne terreur des contes en est devenue la victime, avant de glisser dans l’oubli. Jusqu’au jour où il se lance à l’assaut d’Internet…

Ouvrage collector s’il en est ! Le dernier Gillio qui manquait à ma collection ! Mon trésor ! Mon précieux !
Mes pilules, aussi, c’est l’heure…
Or donc, www.grandmechantloup.com, ouvrage jeunesse destiné aux 6-10 ans… et lecture qui a suscité beaucoup de réflexions pour l’adulte que je suis (même si certains en doutent à cause de mes T-shirts Goldorak, je fais partie des adultes, eh oui…).
Ce bouquin, c’est un peu comme si les Anciens rencontraient les Modernes, non pas pour se friter mais pour collaborer. Et c’est ainsi que le vieux croquemitaine lupin se met à la page du XXIe siècle par le biais d’Internet.
En filigrane, l’évolution des contes, toujours plus édulcorés. Un coup de Grimm, un coup de Disney, et hop, fini les histoires gore et le loup victorieux. Un roi des losers au pays des Bisounours, c’est tout ce qu’il en reste. (Évolution représentative du rapport que l’humanité entretient avec la nature et ses créatures. On voit le résultat aujourd’hui…)
Internet apparaît ici sous un jour trop souvent masqué par les mises en avant de ses pires dérives. Le web ne se limite pas aux buzz venteux, à la superficialité des réseaux sociaux, aux hectolitres de fiel déversés par des aigris planqués derrière leur écran. Certes, Ysengrin veut retrouver sa gloire perdue – et de la gloire à moindres frais, y a qu’à se baisser sur la toile pour en ramasser de pleines brassées – mais pas que. Internet, c’est aussi une tonne de connaissance et de savoir à la portée de tous, des tutos, des podcasts de vulgarisation, des forums d’entraide (avec une pensée émue pour mes maîtres en Photoshop, puisque c’est comme ça que j’ai appris). Un univers où les talents les plus improbables peuvent trouver preneur, parce qu’il y a toujours quelque part dans le monde quelqu’un qui s’intéresse aux mêmes choses que toi.
Dernier intérêt de se bouquin et non des moindres, ouvrir grand la porte de l’imaginaire. Les liens avec d’autres œuvres et personnages sont nombreux, de Goupil le renard à Harry Potter, en passant par Dracula, la créature de Frankenstein ou encore Mr Hyde. Ce livre permet donc de poser des jalons pour les futures lectures de vos marmots, quand ils auront l’âge de s’attaquer à Stoker, Shelley, Stevenson.
Drôle, intelligent, bien illustré, what else? comme dirait ce bon George.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *