Attestation de déplacement dérogatoire maison

Attestation de déplacement dérogatoire covid19 coronavirus confinement Cthulhu
Avant que je ne cthulhise le document, les initiales d’attestation de déplacement dérogatoire avaient déjà un parfum de jeu de rôle : ADD. Comme Advanced Dungeons & Dragons. Coïncidence ? Je ne crois pas.

Je ne peux pas dire que le confinement actuel pour endiguer l’épidémie de coronavirus slash COVID-19 slash SARS-CoV-2 change des masses mon quotidien, je passais déjà 95% de mon temps confiné avant et ce sera pareil après. Joies de l’autisme, de l’hypervigilance et de l’hypersensibilité au bruit qui transforment le moindre pas dans le monde extérieur en aventure anxiogène…
Ironie du sort, je me retrouve à devoir sortir plus souvent que d’habitude pour assurer le ravitaillement de ma chère et tendre, qui est handicapée et se retrouve en confinement absolu, vu qu’en plus de son autisme elle a les bronches en mode dame aux camélias. Si elle se retrouve infectée, ses chances de survie tournent autour de zéro en étant optimiste. Bref, pour toute la durée de l’épidémie, ma copine est comme ma CB : sans contact. Je largue les courses sur son paillasson, on se parle au téléphone chacun d’un côté de la vitre de sa fenêtre (ô Roméo, mon Roméo…) en mode parloir de prison. Avec mon dos tatoué, c’est le revival Prison Break.

Continuer la lecture de « Attestation de déplacement dérogatoire maison »

Proprem, la suite de Salem par Stephen King

Retour de la collection Pocket Terreur ! Rappelez-vous les années 90… Stephen King y trônait en maître, avec des titres comme La part des ténèbres, Dolores Claiborne, Les yeux du dragon et Salem.
Salem, de son titre original (et bien meilleur) Jerusalem’s Lot. Voilà un livre qu’il est bien, sans doute le seul à se hisser au niveau de Dracula dans le traitement traditionnel du vampire. Le seul et le dernier. Stoker et King, l’alpha et l’omega. Après Salem, il y aura bien sûr d’autres excellents romans de vampire – ceux d’Anne Rice, entre autres – mais plus dans la veine classique, il aura fallu réinventer le mythe.
Comme c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes, il se murmure dans les milieux autorisés – ou, pour être plus juste, des voix murmurent dans ma tête – que Stephen King travaille à la suite de Salem. D’après quelques éléments d’information que j’ai inventés qui ont filtré sur les internets, ce second opus s’intitulerait Proprem. L’histoire reprend après la destruction des vampires, une fois la ville nettoyée…

Proprem suite de Salem Stephen King Pocket Terreur

D’autres détournements des œuvres de Stephen King :
doublé Dolores Claiborne et Les enfants du maïs
Charlie
Ça (version Star Wars et version Bescherelle)
Sleeping Beauties
Le Fléau
doublé Ça et Peur bleue
Christine

Pour survivre à Mc Spare…

Pour survivre à Mc Spare, il faut devenir Mc Spare.
Petit détournement de l’affiche de Rambo qui voit Patrick Mc Spare remplacer ce bon vieux Stallone.

Patrick Mc Spare affiche Rambo

À lire sur le blog :
– chronique Harley King
– chronique Les Haut-Conteurs Origines
– chronique Mérovingiens
– chronique Comtesse Bathory
– chronique Necropolis
– chronique Le testament de Charlemagne
– entretien sur l’imaginaire
– interview Harley King
– interview historique

Tiphaine Croville, édition anniversaire 2019

Tradition ancestrale initiée l’an dernier, le montage anniversaire. Après le pégase, on reste dans les moyens de locomotion avec cette Tiphmobile aux couleurs de Phitanie. Un petit clin d’œil aux tribulations de la navette à géométrie variable pour emmener mes auteurs au salon des Halliennales.
Joyeux anniversaire et bonne route vers l’imaginaire !

Tiphaine Croville anniversaire Phitanie pégase

À noter que Tiphaine a répondu au Tiph-signal de l’interview sur le thème Halliennales et Eldorado. Entretien foufou à paraître pas plus tard que dans deux jours.