Les objets du plaisir

Les objets du plaisir
(Chantal Brault)

On ne viendra pas dire qu’Un K à Part ne se casse pas le cul pour ses lectrices… Enfin, c’est métaphorique, hein…
Tu ne sais pas quoi acheter alors que Papa Noël débarquera bientôt ramoner ta cheminée ? Aujourd’hui, je deviens blogueuse mode. Viens chercher plaisir, c’est cadeau !

objets-plaisir

Les objets du plaisir est un petit bouquin au sens littéral. Dix centimètres de haut. 260 pages bien tassées en papier glacé avec moult photos (soft, je précise). Sorti en 2002 aux Editions du Trécarré (comme les parties), maison canadienne et francophone.
L’auteur était à l’époque propriétaire d’une boutique érotique (en français un sex-shop) à Québec. Elle s’est depuis reconvertie dans l’éducation sexuelle (en français éducation sexuelle) si j’ai bien compris son parcours. Son bouquin se situe au confluent de ces deux activités : un catalogue assorti d’une démarche pédagogique.

Les objets du plaisir, c’est une mine d’idées de cadeaux, une encyclopédie quasi exhaustive des vibromasseurs, godemichés et autres stimulateurs vaginaux et clitoridiens.
Les 90 premières pages font office de préliminaires. Il y sera question de passion, de sensualité, de massages, d’ambiance, d’hygiène, de désir, bref Brault pose le contexte en douceur et en profite pour aborder les produits périphériques (huiles de massage, bougies parfumées, aphrodisiaques, culottes en bonbons, chantilly, peinture corporelle…). Du bon boulot, puisque l’auteur ne se contente pas de décrire la camelote mais donne aussi son avis, même quand il va à l’encontre de ses intérêts commerciaux. Quand elle parle du spanish fly comme d’un placebo, c’est clair qu’elle ne va pas en vendre des masses derrière… Seule faute de goût de cette partie, y avoir placé les boules de geisha qui à mon sens relèvent du sex-toy à part entière (et pas la peine de venir ergoter sur leur usage, je sais qu’elles servent aussi à faire travailler les muscles du périnée, surtout après les accouchements).
On peut regretter que certains accessoires ne soient que mentionnés en vitesse (bondage, par exemple). D’un autre côté, le but du bouquin n’est pas de tout passer en revue mais de se concentrer sur les stimulateurs (godes et vibros en VF).

La deuxième partie, le gros du bousin, démarre sur quelques conseils et recommandations, avec en toile de fond une volonté pédagogique aussi bien sur le comment que le pourquoi. Ici on entre de plain-pied (et pas plein pied, le foot fucking n’est pas à l’ordre du jour) dans la démystification annoncée. Pas de hardcore mais une volonté de rester dans la notion de plaisir sans honte ni complexe. Du plaisir sain, loin de l’image glauque associée à tout ce qui provient d’un sex-shop vu comme établissement borgne, l’antre du Mal par excellence.
Même si on se fait assez vite une idée de la chose en voyant les engins – y a quand même pas cinquante façons de s’en servir –, le côté mode d’emploi n’est pas superflu. Certains joujoux s’adressent plutôt aux vaginales, d’autres aux clitoridiennes, sans parler des artefacts ultimes qui te titillent tout à la fois, ce serait ballot de ne pas choisir le bon. Après cette lecture, plus d’excuses, vous serez incollables. Les courts, longs, larges, réalistes, flexibles, rigides, droits, courbes, vibrants ou non, en silicone, plastique ou latex, pénétration simple ou double, modèles XXL pour les gourmandes… Vous saurez tout, tout, tout sur le zizi artificel.
Et parce qu’aucune voie n’est impénétrable, les amatrices de passage par la petite porte ne seront pas en reste grâce à un inventaire complet des suppositoires à plaisir. A noter quand même que le chapitre consacré au côté obscur est un peu rapide et gagnerait à être élargi.
Ces messieurs ne sont pas davantage oubliés, de la poupée gonflable au plug anal en passant par les godes-ceintures et les cock rings, une cinquantaine de pages abordent la panoplie de l’homme moderne.
Cet ouvrage mériterait une version actualisée incluant les dernières trouvailles dans le domaine (rosebud, vibros USB, love dolls plus vraies que nature, sex-toys connectés très en vogue chez les animatrices webcam…). Je sais qu’il y en a un du même tonneau écrit à quatre mains par Christian Foch et Anne Helary, par contre aucune idée de ce qu’il vaut. Si quelqu’un l’a lu, merci de m’envoyer un compte-rendu par ici.

nain-de-jardin
Ceci n’est pas une pipe. Ni un nain de jardin.

Un bouquin intéressant, au-delà des ricanements habituels que suscite toute évocation de gaudriole. L’auteur a le grand mérite de ne rien oublier en matière d’arsenal sexuel (ou presque, où est le Hitachi Magic Wand ?). Elle offre en sus une présentation commentée qui aide au choix (pas dans la date mais le cœur y est). Mettant de côté le mercantilisme facile, elle n’hésite pas à dire que tel bitonio est nasebroque et tant pis si elle n’en vend plus après.
Le tout baigne dans une bienveillante neutralité. Pas de surenchère dans le stupre et la luxure ni à l’inverse de vision glauque, perverse, malsaine. Brault te parle de sexes à piles comme s’il s’agissait de sacs à main, des accessoires sans charge de Bien ou de Mal, pas indispensables en toute circonstance mais capables de se révéler utiles, pratiques, agréables au bon moment.
Ce livre fait figure de précurseur aux multiples sites qui aujourd’hui proposent des tests de sex-toys. Tests pas toujours objectifs, soit dit en passant, puisque sponsorisés par les fabricants… M’enfin, chaque branche a ses corrompus du service presse… Mais je m’égare disait le poète Théognis.

Donc un précurseur puisque ce bouquin est sorti en 2002. Une éternité dans le cas qui nous occupe.
On n’était pas encore au haut débit massif ni à l’explosion de la vente sur le oueb. C’était encore l’âge sombre, les siècles obscurs (comment ça j’en rajoute ?) où les vibromasseurs vivotaient camouflés dans les pages bien-être de La Redoute et des 3 Suisses. Où fallait commander par courrier postal avec un chèque (le Moyen Âge, quoi) à des boîtes lointaines qui te paraissaient aussi irréelles que l’Atlantide… en priant pour que l’objet du délit arrive bien “sous pli discret” comme promis. Où enfin, si tu avais la chance d’avoir un sex-shop dans ta ville, t’y allais avec une fausse barbe, un comble puisque tu rasais les murs en espérant ne croiser personne. Pas de bol, y avait toujours une connaissance qui te répérait, te faufilant dans l’antre du démon. Et parlons-en de la tanière, une échoppe fraîche comme le XIXe siècle, club des pervers pépère venus chercher leur dose de métrages teutons (uro-zoo-scato-fisto-rigolo). Je caricature, mais sous l’éclairage blafard, tous les clients avaient l’air de délinquants sexuels sortis d’Esprits Criminels (ou Profiler à l’époque).
En 2016 on n’en est plus là. Enfin moins en tout cas. L’accès aux armes de jouissance massive tient en quelques clics, le sex-toy a pénétré en masse les foyers (entre autres), tu peux même organiser des réunions chez toi où les teubs en plastique remplacent les boîtes Tupperware (pense à m’inviter !). Pourtant, je pense que la démystification du bouquin tient toujours. J’enfonce une porte ouverte, mais si le sexe fait vendre, il conserve cette ambivalence héritée d’un autre temps. Tout le monde gueulerait de voir à la télé une pub pour un braquemart factice, même sans image olé-olé, mais y a pas grand-monde pour s’émouvoir qu’on te vende des yaourts sur fond de nana à poil ou des jouets présentés par des gamines maquillées comme des caricatures de prostipute. “L’amour laisse une traînée de soufre, comme une odeur qui traîne…” disait Poelvoorde dans C’est arrivé près de chez vous.
Le discours de Brault reste d’actualité, pertinent pour te parler de la chose comme elle est, sans le côté réac “tu brûleras en enfer à te fourrer les cornes de Satan dans la minette” ni les délires extrêmes J&M qui tiennent plus de la performance que du sexe – entendu comme acte de plaisir. Il est loin le temps du premier gonzo qui se voulait sympathique dans sa spontanéité, cru et réaliste, à l’inverse des productions bien léchées… et qui n’est plus aujourd’hui qu’un festival de nawak… Mais c’est pas le sujet comme disait un COD de mes amis.

Si tu es à court d’idées pour Noël ou la fête des mères, ou si tu veux juste te faire du bien, compléter ta collection, découvrir le monde merveilleux de Playmobite (en avant dans le trou noir), cette bible te propose des gadgets par centaines, autant d’alternatives aux sempiternelles fleurs et boîtes de chocolats. Si le cadeau ne plaît pas et qu’on te dit de te le foutre au cul, ma foi, ce ne sera pas perdu pour tout le monde.

2 pensées sur “Les objets du plaisir”

  1. Oh my « gode » (pardon, je m’égare, je voulais barrer, mais je ne sais pas le faire ici) God… je déconseille de boire, même un simple verre d’eau et surtout pas un café, en lisant cette chronique, parce que mon clavier en a pris un coup ☻

    1. Un certain nombre de lecteurs/trices m’ont déjà fait part du problème.
      Entre les gens choqués par certaines de mes tournures et ceux qui explosent de rire, je confirme qu’il vaut mieux éviter l’ingestion de liquide pendant la lecture de mes chroniques. Je ne prends pas en charge les frais de clavier. 😀
      Boire ou lire, il faut choisir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *