The Collector & The Collection – Marcus Dunstan

Le duo Marcus Dunstan et Patrick Melton s’en était plutôt bien sortis sur le scénario de Feast, un sympathique petit film d’horreur. La vérité, c’est qu’ils ont cramé toutes leurs idées potables sur Feast et pondu de la daube le reste du temps. Quand ils se mettent ensemble pour écrire un scénar et qu’en plus Dunstan se colle à la réa, ça donne The Collector et sa suite The Collection, deux étrons lamentables.

Affiche film The Collector
Fous ta cagoule.

The Collector
(2009)

Avant de devenir le caca boudin qu’il est, The Collector a été conçu comme un court-métrage. Les deux compères ont rajouté des idées pour en faire un long. Puis d’autres idées encore pour en faire une préquelle à la saga Saw, dont ils avaient scénarisé plus opus, dont Saw VI (de Strasbourg) et Saw VII (de l’archiduchesse), sources inépuisables de jeux de mots moisis. Ils ont essuyé un refus et rebidouillé le truc pour en faire The Collector, une soupe hybride, bricolée, rapiécée, torturée, comme une espèce d’auto-plagiat foireux de ce que le binôme de bras cassés faisait déjà très mal sur Saw.

On se retrouve donc avec Arkin, ouvrier le jour, cambrioleur la nuit, un Arsène Lupin prolo en somme. Arkin a besoin d’argent, il décide d’entrer par effraction dans la maison de campagne de son patron qui est à la fois riche et parti en vacances. Le petit casse tranquille tourne à la débâcle quand Arkin réalise que les propriétaires des lieux sont en réalité séquestrés sur place par un tueur qui a placé des pièges mortels partout dans la maison (sans qu’on comprenne trop l’intérêt de la démarche, puisque personne ne peut entrer dans la baraque, en sortir ou y circuler, donc aucun risque de déclencher le moindre piège).
V’là le pitch moisi.

Dire que ce film est mauvais revient à passer à côté de sa principale dimension. Un calvaire pire que celui des victimes à l’écran parce qu’il est bien réel et demeure après le générique de fin. Ce supplice, c’est celui du spectateur qui s’inflige une daube pareille.
Dire que ce film est mauvais revient à considérer Ed Wood était un réalisateur “moyen”. Doux euphémisme donc.
The Collector est une grosse daube, une méga bouse, de la merde. Moins le côté déjanté woodien, donc ni drôle ni nanar même au second degré.

Rien ne tient debout dans le scénario qui enquille à la suite les pires clichés du genre. Après quelques étincelles sur Feast, les duettistes ne jonglant plus qu’avec les lieux communs, une belle brochette d’éculés.
La réalisation concourt à faire de ce film non pas un objet de collection mais de collecte (des ordures), un “big navet movie” comme dirait mon ami JCVD. D’ailleurs est-ce un film ? La structure rappelle une série télé policière avec son préambule exposant un premier meurtre. Suit un générique surchargé de filtres colorés, au son abominable, plein d’images virevoltant en tous sens, à croire qu’on s’est planté de DVD avec celui des Experts à Miami. La suite abonde en effets clipesques, ralentis, saccadés, enchaînement cataclysmique de plans en veux-tu en voilà pour essayer de faire croire à un style. Manque de bol, ce n’est ni original ni beau ni employé à bon escient.
La bande-son mérite une mention spéciale tellement elle est insupportable, entre sa musique d’ambiance infernale et ses bruitages stressants sortis de nulle part. Tout ce tintamarre tombe d’autant plus à plat dans un film où l’idée générale est de ne surtout mais alors surtout pas se faire repérer par le tueur. Donc ne pas produire le plus petit bruit.

L’exposition traîne vingt minutes en longueur, juste pour nous apprendre que les proprios partent en vacances et que l’entrepreneur qui bosse chez eux va profiter de l’aubaine pour dévaliser la maison.
Drôle de zèbre que cet ouvrier-cambrioleur… Pour qu’on comprenne qu’Arkin Lupin est quand même un gentil, on nous le montre en train d’offrir un joli nounours à sa gamine avant de s’engueuler avec sa femme (bouh, méchante) qui le met au pied du mur pour avoir de l’argent (han, vilaine). Véritable worst-of des clichés du père aimant marié à une garce, que son bon fond et son sens des responsabilités entraînent à son corps défendant dans un plan foireux. Et au cas où on n’aurait toujours pas compris, on le voit aussi jouer à prendre le thé avec la petite dernière du proprio : un type qui aime les gosses ne peut pas être foncièrement mauvais. Puis il se rend dans un club de strip-tease qui permet de caser le quota de seins et de fesses du film. Là, il rencontre un commanditaire-receleur-patron-de-boîte-gangster qui menace sa famille, où cas où l’épée de Damoclès des usuriers vis-à-vis de sa femme n’aurait pas suffi. À ce stade, on est donc tout à fait sûr que c’est un brave type qui n’a pas le choix. Si ce n’est pas le cas, votre neurone est mort et même les aventures de Oui-oui relèveront de l’inaccessible compréhension.
La touche d’avance rapide vous fera gagner du temps sur cette ouverture lourde et insistante. Dommage que le réalisateur n’en ait pas fait l’économie. Un plan unique du héros en t-shirt I’m a good guy, I’m the hero aurait suffi.

La suite est à l’avenant. Dans les grandes lignes, c’est l’histoire d’un énième tueur au masque dans la lignée d’Halloween, qui aurait fait un stage de bricolage avec MacGyver pour bidouiller ses pièges et aurait trop regardé Saw pour ses mises en scène grandiloquentes. À avoir trop travaillé sur les suites de Saw, justement, les auteurs en ressortent une copie de plus, filmée avec les mêmes effets, filtres et défauts que leurs opus peu inspirés.
Côté inspiration, d’ailleurs, il existe un autre The Collector sorti en 1965, dans lequel Terence Stamp incarne un collectionneur de papillons qui kidnappe une femme et la séquestre dans une maison isolée. Vu le nombre de plans sur des insectes, la paternité est plus qu’évidente. Sans parler de remake, il est clair qu’on a affaire à une version “très librement inspirée de” ou “vaguement plagiée de” accommodée à la sauce Saw (ou sawce).

Deux points à peu près positifs à signaler quand même. D’une part, il y a très peu de dialogues. Comme ils sont aussi nases que tout le reste, le spectateur est heureux de ne pas entendre davantage, on lui aura au moins épargné ça.
D’autre part, les scènes gore sont bien gore pour le coup. Donc si on aime ça, on pourrait être satisfait… sous réserve de n’avoir vu aucun autre film du genre. Parce que tout a déjà été vu et revu, tant sur le fond des tortures et des pièges que sur la forme, cette dernière relevant du pur et simple clone de Saw jusque dans l’abus de filtres jaunes/verts.

The Collector filtre vert Saw
C’est vert et injuste.

Que dire de plus ? Du mal, rien que du mal.
Josh Stewart est le seul acteur valable, le reste du casting est résumé par la capture ci-dessous.

The Collector acteur ne sachant pas jouer
Comment ça « je joue comme une tanche » ?

Les messieurs apprécieront la subtilité de certains plans. Les demoiselles moins.

The Collector décolleté
Un décolleté qui laisse Arkin songeur.
The Collector Dis camion
Pouet pouet !
The Collector cadrage racoleur
Balancée en plein milieu d’une attaque du tueur, qu’est-ce que cette image de cuisses en jupe vient faire là ? Volonté de jouer le cliché Eros-Thanatos, sexe-violence ? Ou juste un cadrage racoleur ?

Comme on n’est plus à un lieu commun près, il y a bien sûr un orage. À défaut du spectateur, les éclairs, eux, seront au moins sous tension. La pluie s’arrête ou reprend n’importe quand comme en témoignent des faux raccords de personnages sous une pluie battante, qu’on retrouve tout secs sous un porche dix secondes plus tard, et qui ressortent vingt secondes après sans qu’il tombe une goutte. Il y a aussi de la brume… ou pas, selon les plans…

On vient de les voir traverser le jardin sous une averse torrentielle. Le point sombre juste sous l’encolure du gars, c’est LA goutte d’eau qu’il a reçue.

Les rebondissements méritent la palme de foutage de gueule. Quand Arkin réussit à s’enfuir, comme par hasard, une gamine refait surface à l’intérieur de la maison pour qu’il soit obligé d’y retourner pour un nouveau tour de manège. Quand le quota de victimes est épuisé, il vient s’en présenter d’elles-mêmes pour relancer la machine (retour inopinée de la fille aînée et de son copain, patrouille de flics). À croire que le réalisateur filme en allant, au gré de l’inspiration et des idées qui lui viennent sans même un semblant de brouillon et encore moins de scénar complet.

The Collector Benny Hill Show
Des poursuites haletantes dignes de Benny Hill, vous savez les gars qui rentrent et sortent par des tas de portes qui s’ouvrent et se referment sans qu’on sache trop qui passe où…

À raison d’environ un piège tous les cinquante centimètres, on se demande comment on peut faire un pas sans se prendre les pieds dans un fil mortel. Remarquez que les pièges en question, comme le scénario, c’est grosse ficelle et compagnie, il faut le faire exprès pour ne pas les voir. On a par ailleurs l’impression que la baraque comporte deux cents pièces et autant de couloirs pour caser toutes les idées des scénaristes qui n’ont pas su sélectionner leurs chausse-trappes. Je n’ergoterai sur l’escalier piégé ou pas selon les besoins des courses poursuites… ou le temps qu’il a fallu pour mettre en place tout cet arsenal réduit à un claquement de doigt par la magie du scénario… ou encore la faculté du tueur à être un peu partout en même temps grâce à son ouïe super fine pour repérer les lattes de plancher qui grincent sous les pieds du héros (par contre, il devient sourd quand Arkin casse une vitre pour sortir).

The Collector piège grosse ficelle
Une histoire cousue de fil blanc. Sauf que là, le fil est noir. Discret, le piège. Comment ils font pour ne pas le voir et se prendre les pieds dedans ?

Le tueur qui donne son nom au film est pitoyable. Il a un couteau, une cagoule, une malle rouge, pas de texte. Peut-être les auteurs ont-ils voulu jouer sur le mystère pour inspirer la peur ? Effet raté, on a juste un psychopathe très sadique mais sans envergure, loin des Jason, Michael Myers, Hannibel Lecter, Freddy ou dans un autre style le xénomorphe d’Alien (que je cite parce qu’il n’a pas de texte non plus). C’est Arkin qui vole la vedette et finit pieds nus en t-shirt et sanguinolant comme dans un Die Hard du pauvre.

Collector tueur cagoule nanar
Le tueur qui fait peur… on a autant la trouille que devant un ninja nanar.

Verdict : ce film est nul, y a rien à sauver dedans. Scénario format timbre-poste, florilège d’incohérences et bourdes, réalisation clownesque à vouloir faire du style, thriller à deux de tension, il ne repose même pas sur son méchant de service, doté d’un charisme de poulpe. Rien d’innovant dans ce “Clonector”, tout a déjà été fait avant et en bien mieux. Double échec, donc, de ne rien renouveler dans le genre et de ne même pas resservir correctement les vieilles recettes qui fonctionnent.
Regardez Halloween (le premier), regardez MacGyver, regardez Saw (le premier aussi), mais ne regardez pas The Collector.

The Collector pierre précieuse
Et tout ça pour quoi ? Voler un énorme morceau de sucre candy.

The Collection
(2012)

Affiche film The Collection

N’ayant honte de rien, les deux trous de balle remettent le couvert avec The Collection.
L’intro du film donne un nouveau sens au mot “surenchère” : le McGyver du crime anéantit la clientèle d’une boîte de nuit avec l’équivalent d’une moissonneuse-batteuse. Le soufflé retombe aussitôt et la suite du film se réduit à une partie de cache-cache dans la tanière du tueur. Le rythme suinte l’ennui, la faute à la course-poursuite qui s’éternise. Cinquante pièges au mètre carré et peu de morts au final en comparaison de l’ouverture tonitruante. Mention spéciale aux mercenaires super entraînés qui se font savater comme des débutants par mister Cagoule.
Une merde filmique sans intérêt.

Publié le Catégories Chroniques ciné

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.