La Brèche

La Brèche
(Christophe Lambert)

“— Bill, qu’est-ce qui marche chez nos concurrents en ce moment ?
— Les gladiateurs, répond le gros, sans hésiter. Le Car Crash fait aussi de très bons scores. Le Bowling Balls cartonne sur MK 4… Et puis il y a le phénomène des exécutions capitales. Depuis que le gouverneur du Texas a donné son accord pour qu’on les diffuse en direct, c’est la folie. C’est également le programme le plus téléchargé du web quantique. Ah, j’allais oublier le plus gros succès de la saison : « A la découverte de la musique baroque » sur VCR.
Mines ahuries de l’assisance.
— Je déconne, précise Bill, pince-sans-rire.”

Couverture La Brèche Christophe Lambert

Dans La Brèche, on trouve des Allemands mais aucune information sur la femme à Bertolt. Rien de scandaleux, l’ouvrage ne relève pas du genre biographique.
Alors il y a quoi là-dedans ?
Beaucoup de choses mais alors beaucoup.
Pour commencer, une critique de la télé-réalité. Satire classique du divertissement décérébré et putassier, qui n’en appelle qu’aux bas instincts des téléspectateurs pour faire toujours plus d’audimat. Le panem et circenses de la télé-poubelle tel qu’on le connaît depuis un quart de siècle. Rien de nouveau sous le soleil mais ça passe bien, avec quelques passages drôles, cyniques et/ou trash (la phrase finale du roman, fallait oser).
Là-dessus vient se greffer une grosse couche de SF à base de voyage dans le temps, accompagné du cortège habituel quand la situation dérape (uchronie et paradoxe temporel). Lambert se montre malin en n’entrant pas dans le détail de la technologie utilisée (ce serait difficile vu qu’on ne sait pas voyager dans le temps). Plutôt que se perdre en exposé pseudo-scientifique imbitable ou capillotracté, il se contente d’une rapide présentation en mode time travel for dummies. Maligne aussi sa façon de gérer le paradoxe temporel… point que je ne développerai pas sous peine de spoiler le dernier tiers du roman. Pas d’apport révolutionnaire mais ses idées fonctionnent, ce qui est déjà beau vu le côté casse-gueule du sujet.
On continue avec une pincée de philosophie de l’Histoire et la place des personnages illustres. A ma droite, le rouleau-compresseur des tendances lourdes, l’école du “si tu remontes le temps pour buter Hitler, l’Histoire se raccommodera en sortant un autre illuminé de sa manche, parce que l’Allemagne était mûre de toute façon”. A ma gauche, l’amicale des joueurs de dominos qui pensent que si tu changes le moindre bitonio, toute la suite s’en trouve chamboulée, donc t’imagines le bazar si un gars important meurt à cause d’une boulette spatio-temporelle ? Deux conceptions opposées que tu trouveras développées dans Douze leçons sur l’histoire d’Antoine Prost. Ici, Lambert se sort du grand écart en surfant entre les deux, voire en les combinant, mais motus sinon spoil.
C’est pas fini ! En plus de ces ingrédients, la recette comporte aussi un versant de réflexion sur la science. Pas assez développé à mon sens et c’est dommage, parce que le thème s’y prêtait très bien. Entre les progrès technologiques qui finissent tôt ou tard par devenir des systèmes d’armement ou les chercheurs qui jouent aux savants fous avec des joujoux qu’ils maîtrisent à peine, il y avait pourtant de quoi raconter. Quand tu sais qu’au premier test de bombe atomique, les gus n’étaient pas sûrs de leur coup et craignaient une réaction en chaîne qui cramerait la planète… et que ça ne les a pas empêchés de jouer à la roulette russe en essayant quand même… Leurs disciples se plaignent aujourd’hui des scientosceptiques… tout en continuant leurs expériences d’apprentis scorciers au CERN… Pas gonflés, les mecs…

AT-AT Walker Waterloo par Un K à part
A ne pas confondre avec “La Fêlure” qui se déroule en 1815…

Mais La Brèche, c’est aussi, surtout, un récit DE GUERRE !
Faut vraiment que je perde cette manie de gueuler à chaque fois que je parle de LA GUERRE ! Hum…
La guerre, donc. Une mondiale, la Seconde, juste avant et pendant le Débarquement de Normandie. Fidèle à son habitude, Lambert a bossé son sujet, on sent que le gars s’est plongé dans les recherches. Pari de l’immersion réussi pour lui comme pour le lecteur. La précision documentaire rend les situations crédibles, on y croit et on s’y croit. Une excellente retranscription sur papier du Jour le plus long et Il faut sauver le soldat Ryan (mâtinés de Timecop et Terminator). A mes yeux, c’est la partie la plus réussie du roman, que je conseillerais donc d’aborder comme un récit de GUERRE guerre avec de la SF par-dessus plutôt que l’inverse.

Comme je disais, beaucoup de choses, et c’est presque trop, parce que le roman n’est guère épais (fallait que je la case). Je veux dire, trois cents pages, ce n’est pas non plus un fascicule, mais pour caser tout les ingrédients de la recette, la marmite taille M est un peu juste. D’où quelques regrets de voir certains thèmes survolés et pas assez approfondis.
De fait, La Brèche se classerait plutôt dans la SF de divertissement  que dans le SF réflexive (que d’aucuns qualifient de “vraie” science-fiction, sauf qu’il n’en existe ni de vraie ni de fausse, il y a juste des auteurs qui racontent des histoires, des lecteurs avec des attentes et entre les deux des œuvres qui y correspondent ou pas).
A l’arrivée, c’est de la bonne science-fiction d’évasion, assortie de pistes de réflexion à creuser soi-même (de la SF Ikea en quelque sorte). J’ai passé un bon moment de lecture dans l’ensemble, c’est bien aussi, ça repose de la SF mindfuck.

Si tu veux développer, voici un extrait du catalogue SF Ikea :
– voyage dans le temps + guerre : La guerre éternelle de Joe Haldeman ;
– voyage dans le temps + bidouillages de la petite histoire : La clause du salaire de Philip K. Dick (évite le film Paycheck qui en a été tiré…) ;
– voyage dans le temps + modification de la grande histoire : La rédemption de Christophe Colomb d’Orson Scott Card ;
– voyage dans le temps + un petit pas pour l’Homme, une grosse bourde pour l’Humanité : Un coup de tonnerre de Ray Bradbury ;
– voyage dans le temps + JCVD : La patrouille du temps de Poul Anderson et le film Timecop.
Sinon, tu tapes le dénominateur commun sur Google (voyage dans le temps, je précise, des fois que…) et tu pars faire ton marché à la librairie ou à la bibliothèque.

AT-AT Walker Grande Guerre par Un K à part
… ni avec “La Fissure” qui se passe en 1914.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *