Dunes de sang – Alex Turner

Après la novella Chair à canon et le film tout nase Les Sables de l’Enfer, retour en Afghanistan pour une nouvelle aventure !
Sorti en 2009, Dunes de sang, ou Red Sands de son petit nom original, est ce que les Américains appellent un horror film, soit un film d’horreur ou, selon mon approche très personnelle de la traduction, une horreur de film.

Dunes de Sang Red Sands Alex Turner 2009
Continuer la lecture de « Dunes de sang – Alex Turner »

Ma collec’ Lego Ninjago

Comme pour les gammes Chima et Harry Potter, parler de “collection” est un petit peu ambitieux avec deux références en stock, nombre qui a au moins le mérite de ne pas donner le tournis et d’aller vite à compter.
Dans cette gamme, on croise le pire comme le meilleur, les sets valables côtoient les plus dispensables. La faute à un concept fourre-tout qui ratisse trop large pour afficher une unité thématique qui tienne debout. Pourtant, j’adore le mélange des genres, mais là, ça fait trop. Ninjas et samouraïs, dragons chinois et méchas japonais, pagodes, rien que sur les inspirations asiatiques, les constructions oscillent entre la SF et la fantasy, parfois ni l’une ni l’autre pour les sets “architecturaux” qui ressemblent davantage à du City ambiance Extrême-Orient. Là-dessus, ajoute côté méchants du steampunk et du post-apo (genre le Dieselnaut 70654) et tu te retrouves avec une gamme attrape-tout dont les différents éléments ne se marient pas toujours très bien.
Cela dit, je garde un œil sur la gamme, dont les nombreux robots de combat, à commencer par ceux dans les teintes rouges, peuvent fournir une bonne base de départ à du MOC Warhammer 40K Blood Angels.

Continuer la lecture de « Ma collec’ Lego Ninjago »

Solomon Kane – Michael J. Bassett

Affiche film Solomon Kane Michael J Bassett Robert E Howard 2009

Robert E. Howard, le papa de Conan, a plus d’un héros a son arc, parmi lesquels Solomon Kane, qui n’est pas exactement un citoyen modèle (comme ça, j’ai placé mon Citizen Kane). Faut aimer les fanatiques religieux qui purgent tout sur leur passage à coups de pétoire, épée et flammes… et c’est pas trop mon cas.

Continuer la lecture de « Solomon Kane – Michael J. Bassett »

Le repaire dans la forêt

En 2022, Lego fête ses 90 ans en offrant à ses clients deux augmentations de tarifs et en ressortant contre espèces sonnantes et trébuchantes une paire de vieilles boîtes remises au goût du jour sous le label Icons. À savoir le vaisseau spatial Galaxy Explorer (1254 pièces, 100€, réf. 10497, reprise du 497 sorti en 1979) et le Château des Chevaliers du Lion (4514 pièces, 400€, réf. 10305, reprise du 6080 sorti en 1984). Quand je disais “une paire”, il fallait donc l’entendre au sens littéral de deux. L’art de marquer le coup, mais pas trop.
L’Explorer, que je n’ai jamais eu étant gamin, est assez ressemblant à l’original d’après les photos que j’ai vues passer. Par contre, le château, je l’ai eu, donc je peux comparer : le nouveau ressemble autant à l’ancien que Napoléon à Louise Michel.
Une troisième boîte sortie des temps jadis est venue jouer les trouble-fêtes : “Le repaire dans la forêt” (40567), aka Forest hideout, qui signifie la même chose en anglais.

Lego castle chateau jaune cachette dans la foret
La cachette en compagnie d’un château sans rapport avec les deux que je viens de citer.
Continuer la lecture de « Le repaire dans la forêt »

Predator(s)

Les aventures du yautja, une saga qu’elle aurait pu être bien si en sept films elle ne s’était pas gaufrée les trois quarts du temps. On peut très bien vivre en n’ayant vu que le premier (Predator, 1987), à la limite le deuxième (Predator 2, 1990) et faire l’impasse sur le reste (Predators en 2010, The Predator en 2018, ainsi que les deux étronesques Alien versus Predator dont on reparlera une autre fois). Quant à Prey qui sort en cette année 2022, des échos que j’en ai eus, il serait pas mal… ce qui me semble bien insuffisant pour une créature aussi iconique, la faute à la forêt (comme dans le premier, v’là l’originalité), au comble d’une violence trop camouflée (parce que Disney et on se demande comment des gens ont pu trouver que Mickey + Predator tenait la route comme équation des opposés) et à une absence de propos comme d’audace. Il s’annonce donc un film honnête mais pas impérissable que tout le monde aura oublié dans une paire d’années.
En sept films, un seul aura été culte. Les autres, je ne sais pas s’ils saignent, mais on peut les tuer.

Continuer la lecture de « Predator(s) »

Le château jaune Lego

Ajourd’hui sort en prévente la toute dernière forteresse Lego : le château des Chevaliers du Lion (10305), sur lequel on reviendra d’ici quelques jours quand je l’aurai construit.
À cette occasion, je me suis lancé dans la reconstitution de la toute première forteresse Lego : The Yellow Castle (375).

Lego 375 The Yellow Castle Le château jaune
J’ai mis un sabre-laser au soldat du fond. Cadeau pour les puristes.
Continuer la lecture de « Le château jaune Lego »