Nécroville – Ian McDonald

Nécroville
Ian McDonald

J’ai Lu

Ian McDonad Necroville J'ai Lu

Avec Nécroville, on se lance dans une œuvre cyberpunk typique, à travers ses emprunts au roman noir, sa vision dystopique, sa critique sociale, ses implants cybernétiques, ses multinationales toutes-puissantes… Bref, tout l’attirail du genre tel qu’on l’a connu à son apogée dans les années 80-90.
Mais pas que. Nécroville se démarque aussi comme un roman très atypique, puisqu’il regorge de… zombies ! D’où sortent ces morts-vivants ? Nul nécromancien ne s’est échappé de la fantasy pour venir mettre le bazar dans la science-fiction. Dans l’univers de McDonald – Ian, pas Ronald –, la nanotechnologie permet la résurrection de la chair, donc de ramener les morts à la vie.
Alors, on s’en doute, ce cadeau de la science n’en est que la moitié d’un. Surtout pour les pauvres. Eux doivent rembourser leur retour d’outre-tombe en bossant comme des esclaves le jour et en vivant parqués dans des ghettos – les fameuses nécrovilles – la nuit. Esclavage et de ghettoïsation renvoient de façon évidente à l’histoire des Afro-Américains depuis le XVIIe siècle. Tout aussi évidente, la critique du capitalisme, qui repousse toujours plus loin les limites de l’exploitation des travailleurs : même mort, on n’y échappe pas. Encore que… Les zombies ne travaillent pas que sur Terre mais aussi dans l’espace… où la révolte a éclaté, lointaine descendante de la révolution haïtienne de 1791-1804. Et la rébellion gagne du terrain pour se rapprocher vitesse grand V de la planète bleue.
Un autre thème vient se greffer, d’ordre spirituel. La résurrection des corps était censée être l’oméga du Nouveau Testament, le bout du bout. Sauf que non. Ici, pas de Jérusalem céleste, d’avènement du royaume divin sur Terre, rien de ce que les trailers bibliques avaient annoncé n’est arrivé. Pourtant les choses ont changé. Une nouvelle société, celle des morts, s’est construite, avec son identité propre. Un nouveau rapport à la mort s’est mis en place suite au bouleversement social et spirituel que représentent résurrection et immortalité. Cette réflexion sur la mort est centrale dans Nécroville, elle obsède chacun des personnages dont on suit les péripéties, elle est très bien exploitée par McDonald.

Visiter Nécroville, c’est s’embarquer dans un univers original, riche, touffu, exigeant. Avec le défaut classique des textes foisonnants : l’auteur part un peu dans tous les sens à essayer de tout traiter en même temps, qui plus est en suivant plusieurs personnages à la fois. En tout cas, texte à (re)découvrir, bourré d’idées et de réflexions plus inventives et profondes que toutes ces pseudo-dystopies insipides à la Hunger Games ou Divergent dont on nous abreuve depuis quelques années.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.