Umour et Bandessinées

L’été, les vacances, la glande… les lectures de détente, pas prise de tête…

fluide-glacialOr donc, j’ai profité des vacances pour me taper une copieuse pile de BD. La galaxie Fluide Glaxial est à l’honneur.

Sœur Marie-Thérèse des Batignolles
(Maëster)

Sœur Marie-Thérèse est une religieuse comme on en voit peu. Elle jure, picole, bastonne, fume des joints, rêve aux plaisirs de la chair… La grande classe.
Au-delà de l’évidente critique de l’Eglise, ça vanne, ça jeu de mote, ça déconne à pleins tubes. Chaque case doit être décortiquée pour repérer les petits détails camouflés ici et là. Le genre de chasse dont je suis grand fan.
(Tomes 1 à 4 lus.)

marie-thereseLitteul Kévin
(Coyote)

Litteul Kévin fait partie de ces enfants de la BD nés à la charnière des années 80-90. Comme les Titeuf et autre Petit Spirou, Litteul Kévin met son héros face aux choses de la vie, à commencer par le sexe. Première histoire du premier tome, on voit Kévin au pieu avec sa mère. Seconde histoire, il découvre les joies de la masturbation. Une série très moderne, donc.
Les textes font la part belle aux jeux de mots et références, entre autres, à Audiard. Lu et approuvé.
(Tomes 1 à 3 et 5 à 8 lus.)

litteul_kevinLe guide du bac
(collectif)

Sorti en 1998, ce guide est quasi intemporel. En dépit de quelques références dépassées (Jacques Toubon…), l’ensemble reste d’actualité en 2016. L’humour est très très potache, autant dire qu’il colle à merveille au sujet.

guide-du-bacIdées noires
(Franquin)

Je devais avoir une dizaine d’années quand j’ai découvert les Idées noires. Voilà donc une trentaine d’années que je les relis régulièrement et le plaisir reste intact.
Dessin très noir et humour encore plus noir pour dénoncer les pires instincts de l’espèce humaine – qu’on peut résumer à une formidable capacité de (auto-)destruction. Triste constat de voir qu’en 2016, presque quarante après la parution de la première planche, rien n’a changé en ce bas monde. Enfin si, c’est pire, tu parles d’une évolution…

idees-noiresAlbums en vrac
(Edika)

Ayant une conception aristotélicienne du récit (un début, un milieu, une fin), j’ai longtemps eu du mal avec Edika. Chez lui, l’absence de chute est un gag récurrent, il m’a fallu quelques albums pour m’y faire. Amateurs d’absurde, accrochez-vous à vos bretelles, car il règne en maître dans ces cases plus déjantées les unes que les autres.
(Tomes lus : 2, 3, 5, 8, 13 à 15, 17, 23 et 29 à 32.)

homo-sapiens connardussRubrique-à-brac & Rhâ-Gnagna
(Gotlib)

Gotilb, what else?

rha-gnagnarubrique-a-brac

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *