Critiques express (1)

On inaugure aujourd’hui une nouvelle rubrique du blog, les critiques express. J’y parlerai en bloc de livres sur lesquels je n’ai pas grand-chose à dire.
Pour rester dans l’esprit du 31 octobre, il sera question d’horreur et de terreur… prises dans un sens assez large pour caser deux bouquins que je ne sais pas où mettre.

litterature-latineAnthologie de la littérature latine
(Yves Avril)

Cette anthologie a terrorisé (et terrorise peut-être encore) les collégiens et lycéens latinistes de France et de Navarre. Raison suffisante pour en parler à la veille de Samain.
Pas le livre de chevet grand public, tous les textes sont en VO non sous-titrée. La sélection passe en revue les auteurs majeurs de la littérature latine (Plaute, Lucrèce, Cicéron, Tacite, Tit-Live…), auxquels viennent s’ajouter quelques figures moins connues (Venance Fortunat, Silius Italicus…). Le balayage chronologique est large, incluant des textes du Haut Moyen Age. Prose, poésie, fable, lettres, annales, il y en a pour tous les goûts.
Les annexes en fin d’ouvrage m’ont moyennement convaincu, victimes de leur brièveté.

anthologie-peurAnthologie de la peur
(Eric Jourdan)

A travers une grosse vingtaine de nouvelles, ce recueil fait le tour de la peur. Ou pas.
Pas que la sélection soit mauvaise en soi, on n’y trouve que des classiques (H. G. Wells, Poe, Lautréamont, Hawthorne…). Sauf que la peur ne se limite pas à la période 1850-1920 que couvrent les auteurs “anthologisés” ici. Il manque des écrivains plus anciens et surtout plus contemporains (King, Barker…).

maison-aviateursLa maison des aviateurs
(Philippe Waret)

J’ai pas mal de bouquins de Pôle Nord Editions dans ma bibliothèque, plutôt bons… celui-ci est l’exception qui confirme la règle.
Un des pires livres qu’il m’ait été donné de lire. Une véritable horreur (ce qui me permet de le glisser dans cet article).
Je ne sais par quel défaut commencer… Rythme soporifique… trois intrigues parallèles qui suivent des trames temporelles mal synchronisées… un style lourd, ultra scolaire, ampoulé, ennuyeux… des personnages unidimensionnels et sans épaisseur… des seconds couteaux sans relief limités à leur fonction (le sergent, le second, l’infirmier)… des explications historiques qui pour certaines sentent la paraphrase de Wikipedia, et pour d’autres sont approximatives…
Ce n’est pas mauvais, c’est TRÈS mauvais. Et encore, je suis indulgent.

anthologies-librioAnthologies Librio

“La collection Librio affirme une volonté de proposer à tous une entrée dans les fondamentaux de la culture générale, à partir de 2 euros.” Dixit le site de Librio.
J’ai Lu, pas à une faute de goût près, n’a pas retenu le slogan que j’avais proposé au lancement de sa collection : Librio, des bouquins pour les pauvres.
A l’époque, pauvre, je l’étais. Les bouquins coûtaient dix balles. On était faits pour s’entendre.
Je reviendrai une prochaine fois sur les anthologies d’auteur. Aujourd’hui, il sera question des recueils thématiques, soit 9 titres pour un total de 16 bouquins. Les chroniquer un par un n’aurait aucun intérêt sauf à tirer à la ligne à coups de copier/coller.
Un bouquet de fantômes
Les cent ans de Dracula
La dimension fantastique (4 volumes)
Les dinosaures
Fées, sorcières et diablesses
Le futur a déjà commencé
Gare au garou
Une histoire de la science-fiction (5 volumes)
La solitude du vampire
Dans l’ensemble, ces recueils sont plutôt bons. Mes trois préférés sont La dimension fantastique (dont il me manque le tome 4), Le futur a déjà commencé et Une histoire de la science-fiction.
Pour l’essentiel, on y trouve une majorité de textes classiques, d’auteurs très connus (et aussi très morts et très tombés dans le domaine public, d’où le prix des bouquins).
Les spécialistes en SF et en fantastique les connaîtront déjà. Mais je pense aussi aux autres. Voilà l’occasion de découvrir pour pas cher des genres, thèmes, auteurs qui couvrent un pan énorme de la littérature. Si ça vous plaît, vous pourrez toujours investir dans les intégrales de Spinrad, Lovecraft, Bradbury… Si vous n’aimez pas, vous n’aurez perdu que deux euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *