Conseils pour lancer son blog (8 et 9)

Conseils pour lancer son blog (8 et 9)
8 – La plateforme et l’hébergement
9 – Le mail et le contact

8 – La plateforme et l’hébergement

On entre dans la technique. Il va te falloir choisir un hébergeur et un “système de gestion de contenu” (SGC comme Stargate) qu’on appellera plateforme par commodité.

Comme plateformes, j’ai déjà utilisé Spip et WordPress. Il en existe d’autres sur lesquelles je ne vais pas m’étendre puisque je ne les connais que de nom.
Un K à part fonctionne sous WordPress, rapide et facile à installer, configurer et prendre en main. J’ai réussi à en expliquer le fonctionnement à mon paternel, il est donc à la portée de tous. Je ne sais pas s’il est le meilleur dans sa catégorie, mais en soi il est bien. Inutile que je m’appesantisse dessus, les tutoriels sont légion.
Juste un conseil, ce n’est pas parce qu’on peut ajouter beaucoup de choses à WordPress par le biais des plug-in et widgets qu’il faut surcharger le bousin à mort. Tôt ou tard, une jungle de plug-in finit par planter, poser des problèmes de compatibilité, de versions, de mises à jour, de failles de sécurité… Même si ton usine à gaz fonctionne, elle ralentit l’affichage de ton site. Contente-toi du minimum vital (anti-spam surtout), c’est plus simple pour tout le monde, toi comme tes lecteurs.

Pour l’hébergeur, deux solutions s’offrent à toi, la gratuite et la payante, chacune avec ses avantages et ses inconvénients.

La gratuite :
+ elle ne coûte rien (quel scoop, les amis !)
+ elle est livrée clés en main
– inconvénients variables d’une offre à l’autre (fonctionnalités supplémentaires payantes, affichage de pub, tu n’as pas la main sur tout ce que tu veux…)
– nom de domaine moche (nom-de-l-hébergeur.nom-de-ton-blog.com)
– le jour où le service s’arrête (ça s’est déjà vu pour des services de sites persos gratuits comme Lycos), tu perds tout et même si tu as sauvegardé, tu dois tout réinstaller ailleurs, donc changer de nom de domaine avec comme MEGA INCONVENIENT de devoir reprendre ton référencement de zéro.
En gratuit, on peut citer Blogger (Blogspot), WordPress, Overblog, Eklablog, CanalBlog et j’en passe.
A noter que le service dit “gratuit” n’en est que la moitié d’un, puisqu’il utilise les blogueurs comme vecteurs publicitaires (Blogger appartient à Google, Overblog-Eklablog-CanalBlog à Webedia).

La payante :
+ tu as la main sur tout et aucune limite (enfin si, un peu un peu quand même, les hébergeurs mettent des garde-fous)
– elle coûte des sous (tant qu’à donner dans l’évidence, allons-y à fond)
– en général, tu dois te débrouiller pour tout installer et configurer.

Pour Un K à part, je suis chez OVH. L’abonnement pour l’hébergement et le nom de domaine me coûte 50€ TTC à l’année. Est-ce que je les recommande ? Oui et non. J’ai deux hébergements différents chez eux, l’un avec zéro problème, l’autre (celui-ci) qui merdouille régulièrement. Un K à part dépend du datacenter situé à Gravelines, le fameux cluster20 qui fait marrer tout le monde tellement il est à chier. Le SAV est anecdotique, les rares fois où j’y ai eu affaire, c’était pour recevoir des mails trois jours après la résolution du problème. Mails qui ne contenaient que des copier/coller de manip que j’avais déjà trouvées de mon côté sur le Net. Bref, c’est bien tant que ça marche.
La solution payante reste quand même ma préférée des deux pour sa flexibilité. Chez OVH, tu n’as pas à te coltiner l’installation de WordPress, il y a la possibilité de l’installer en un clic via l’espace client. Après, des connaissances techniques peuvent aider (si j’ai besoin de bidouiller le htaccess ou la base de données, tripatouiller sur le ftp, bricoler en html, php, css et autres sigles pleins de consonnes, je sais faire), mais on peut se débrouiller sans pour la base. Une grande liberté, pas de pubs dans tous les sens et surtout pas (ou peu) de risque de voir le service fermer du jour au lendemain.

9 – Le mail

Selon ce que tu choisis comme formule d’hébergement, tu auras peut-être un mail associé (c’est le cas chez OVH). Dans le cas contraire, pour un bien, il te faudrait quand même une adresse de contact. Je mets le conditionnel, parce que ce n’est en rien obligatoire. Sur un plan légal, tu peux te contenter des coordonnées de l’hébergeur dans tes mentions légales.
Si tu n’est pas à l’aise avec le contact, ne te force pas. On peut aussi bloguer en faisant l’impasse sur le mail et les réseaux sociaux, en fermant les commentaires. J’ai pratiqué à une époque, très bon plan pour avoir une paix royale.
Si ton blog s’inscrit dans une démarche d’échange plutôt que d’exposé, faut pouvoir te contacter, ça paraît logique.
Pour le mail, n’importe quelle adresse fait l’affaire, mais je conseille quand même d’en utiliser une dédiée au blog. Plus clair pour s’y retrouver dans son courrier et, comme on est tôt ou tard spammé pour du Viagra, du porno ou des filles de l’Est, voire une combinaison des trois, autant éviter de polluer sa boîte perso.

0) Préambule
1) Pourquoi un blog ?
2) Les outils
3) Les contraintes
4) Le concept et la ligne éditoriale
5) La structure
6) Un nom qui claque
7) Le choix dans la date
8) La plateforme et l’hébergement
9) Le mail et le contact
10) Un design qui pète (mais pas trop)
11) Les publications
12) Améliorer son référencement
13) Travailler ses réseaux
14) Gagner de l’argent ?
15) Le service presse (SP)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *