Le Carnaval aux Corbeaux

Le Nibelung
T.1 Le Carnaval aux Corbeaux
(Anthelme Hauchecorne)

Qu’un bibliothécaire anthropoïde te le catapulte en pleine poire ou que tu le sortes toi-même, peinard, du rayonnage, la première chose qui te frappe avec Le Carnaval aux Corbeaux, c’est sa couverture cartonnée rigide. Elle donne à l’ouvrage un côté manuel de jeu de rôle, ambiance mi-Hurlements mi-GURPS Horror. Dedans – parce qu’il faut bien s’arracher à la contemplation et l’ouvrir à un moment, le bouquin – même constat : un soin particulier apporté à la mise en page, au design, aux illustrations (Loïc Canavaggia et Mathieu Coudray).
Le Carnaval aux Corbeaux a de la gueule !

Continuer la lecture de « Le Carnaval aux Corbeaux »

L’enfant des cimetières

L’enfant des cimetières
(Sire Cedric)

Après un portrait haut en couleur avec du noir, du cheveu et du metal dedans, laissons de côté le bonhomme et penchons-nous sur l’œuvre en faisant gaffe qu’à mater l’abîme, l’abîme zyeute aussi en toi (remasterisation de Nietzsche).

Note pour l’éditeur : au prochain retirage, pense à enlever la mort de Kristel de la quatrième qui torpille toute tension et tout intérêt quant au personnage (un lecteur ne s’investit pas dans un condamné). Merci le spoiler…

Continuer la lecture de « L’enfant des cimetières »

La Nuit des Cannibales

La Nuit des Cannibales
(Gabriel Katz)

Quand j’ai vu la couverture de La Nuit des Cannibales, je me suis dit que la lueur diffuse autour du titre aurait gagné à être affinée. Augmenter la taille, baisser l’opacité, l’évidence même. J’ai quand même acheté le bouquin parce qu’on m’avait dit qu’il était bien. Le conseil venant de quelqu’un qui ne raconte pas que des conneries, why not? comme on dit dans la langue de Goethe (ou Cervantes, j’ai un doute).

Continuer la lecture de « La Nuit des Cannibales »