Annonce : Halliennales 2017

Le samedi 7 octobre prochain, Hallennes-lez-Haubourdin sera the place to be pour la 6e édition des Halliennales, festival de l’imaginaire.
J’y serai.

Affiche maison sur la base de l’affiche officielle (Aurélien Police) et d’une photo récupérée sur le site de Sire Cédric.

Les Halliennales, j’y ai été (ou j’y suis allé, au choix) l’an dernier et ça reste un de mes meilleurs souvenirs de salon. Logique que j’aie envie de remettre le couvert cette année.
Pour les informations pratiques et la (longue) liste des invités, tout est sur le site du festival et il y a du lourd.
Pas loin de 100 auteurs ! 94 si j’ai bien compté sur mes doigts (j’ai été mordu par un mille-pattes radioactif, ceci explique cela), 14 éditeurs, plus le marché fantastique. La journée s’annonce chargée ! Va falloir cavaler dans tous les sens si je veux voir tous les gens que j’ai envie de voir. Remarque, ça tiendra chaud, un bon plan pour une édition placée sous le signe du frisson, le thème de cette année. Est-ce à dire que le chauffage sera coupé ? On ne sait pas. Au cas où, je prendrai mon costume de secours, un cosplay à faire frétiller les rétines (ou pleurer du sang).

Pour meubler les trois semaines d’ici au jour J, retour sur les auteurs chroniqués :
Sire Cedric : L’enfant des cimetières ;
Tiphaine Croville : L’Autre Monde ;
Marc Falvo : Bloody Glove, Cavaliers de l’Orage, Le Cri, D’occase, Série B (t.1), Série B (t.2 à 6), Aenigma, Terreur Terminus ;
Anthelme Hauchecorne : Baroque’n’Roll, Punk’s Not Dead, Journal d’un marchand de rêves, Le Carnaval aux Corbeaux ;
Sophie Jomain : Cherche jeune femme avisée, Les anges mordent aussi, Les anges ont la mort aux trousses, Quand la nuit devient jour ;
Jess Kaan : Créature du miroir, Fissures Noires, Investigations avec un Triton, Le Label N ;
Gabriel Katz : La Nuit des Cannibales ;
Lune Ecarlate (éd.) : Chair à canon (Jean-Michel Calvez), Funestes Murmures (Nathy), Noël Ecarlate (nouvelles) ;
Stanislas Petrosky : Je m’appelle Requiem et je t’…, L’Amante d’Etretat, Ravensbrück mon amour ;
Franck Thilliez : La chambre des morts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *