Appel d’offres et de Cthulhu

Je travaille sur un projet d’adaptation en BD de L’appel de Cthulhu (H. P. Lovecraft pour les incultes).
Comme l’écriture et moi ça fait deux, je cherche un scénariste qui se coltinera toute la partie texte, l’histoire, les dialogues, les photocopies, les cafés. Je me charge du dessin, domaine dans lequel je me débrouille plutôt bien (voir illustration jointe).
Je cherche également un éditeur, de préférence aveugle.

N’hésitez pas à envoyer vos candidatures à l’adresse suivante : C:\Corbeille.

Brutale

Brutale
(Jacques Olivier Bosco)

Ce bouquin a atterri entre mes pognes par des voies inattendues, c’est rien de le dire ! Tout est parti d’une discussion avec l’auteur sur… Goldorak et Albator. Le bonhomme a l’air fun, je me dis qu’il faut que je jette un œil à sa prose. Un dimanche à vingt heures, bonne chance !… Ni une ni deux, je mobilise tous mes contacts en ville. Ça va vite, des contacts à portée de main, j’en ai un. Je brave les éléments – du froid en hiver, ça surprendrait presque – pour récupérer le précieux grimoire. Lu dans la nuit, chroniqué dans la matinée. Quand tu liras ce texte, je serai en train de pioncer, pas envie de finir comme Philippidès après son marathon.

Continuer la lecture de « Brutale »

Not good, not kind

Si la France a un incroyable talent en dessin, c’est davantage le fait de mister B. que de ma pomme. Tape son nom sur un moteur de recherche, tu verras que le gars n’a rien d’un bras cassé.
Des fois que tu croives (verbe croiver, 1er groupe) que j’ai forcé le trait, je t’arrête tout de suite : j’en suis toujours aux bonshommes en fil de fer et aux oiseaux en V. Pour de vrai.
Néanmoins, diraient en chœur Voldemort et Justinien Trouvé, des âmes charitables ont trouvé une qualité à mon travail de faussaire sur Shroud of Eternity : ma médiocrité graphique colle très bien à la pauvreté de l’écriture de Terry Goodkind.

Zanzara

Zanzara
(Paul Colize)

Paul Colize fait partie de ces auteurs qui ne me facilitent pas la vie.
Back Up, Un long moment de silence, Concerto pour 4 mains… Il me bluffe à chaque fois. Un point en sa faveur… jusqu’au moment de le chroniquer.
Un bon livre… un très bon roman… un excellent bouquin… Un jour ou l’autre j’atteindrai le dernier barreau de l’échelle. Après… Course à l’armement sémantique ? escalade dans le superlatif ? fromage ou dessert ?… Ou alors, air connu, “faudrait que j’invente des mots qu’existent pas dans le dico”.
En plus, le bougre écrit bien et même mieux que ça. Je dois mettre les bouchées doubles sur la rédaction. L’impression de jouer dans Deep Throat ou une de ses multiples resucées.
Chroniquer le Paulo, une sacrée paire de manches, je te le dis. La solution ? Un marcel.

Continuer la lecture de « Zanzara »