Liste d’attente(s) 2018

J’avoue, je n’ai pas trop suivi les sorties prévues pour 2018. Après, ce n’est pas comme si j’étais en manque de lecture, j’ai assez de bouquins d’avance pour bâtir une forteresse de papier, tenir un siège et canarder les assaillants à coups de tomes volumineux.

Pour le moment, la liste des attentes doit se résumer à deux : Thérapie du crime de Jomain & Gillio et Je serai le dernier homme de David Coulon.
L’un et l’autre doivent sortir en mars pour la énième rentrée littéraire de l’année (une en septembre après les grandes vacances, une en janvier parce qu’on change d’année, une en mars pour le salon de Paris…). Ça rentre, ça sort.

Manuel de civilité pour les petites filles

Manuel de civilité pour les petites filles
à l’usage des maisons d’éducation

(Pierre Louÿs)

En attendant que son pote Johan revienne du village des Schtroumpfs, on va discuter le bout de gras avec Pierre Louÿs et se pencher sur son Manuel de civilité. Enfin, pas trop quand même, le risque est grand de se manger une surprise entre les grands glutéaux.

Merci à miss Y. pour le prêt d’accessoires, la séance photo et le reste.

Continuer la lecture de « Manuel de civilité pour les petites filles »

Voyage au bout de la nuit

Voyage au bout de la nuit
(Louis-Ferdinand Céline)

Avertissement liminaire :
Après lecture de la phrase qui suit tu vas te précipiter pour vérifier, je le sais, je te connais, alors n’oublie pas de revenir ici pour la suite quand tu auras fini de te rincer l’œil.
“Voyage au bout de la nuit” sur Google images, c’est le festival de la minijupe et de l’incrustation de décor plus ratée qu’une production Asylum.
Je t’avoue, je ne sais pas trop quoi penser d’une émission qui vend de la lecture à coups de gambettes sur l’air de Basic Instinct. Mais le sujet du jour est ailleurs – comme la vérité –, j’y réfléchirai une autre fois.

Continuer la lecture de « Voyage au bout de la nuit »

Collection Post Mortem

Grande résolution pour 2018 : repartir sur des bases sérieuses. Terminé les blagues pouet-pouet et l’humour à deux francs !
Bienvenue sur la nouvelle mouture d’Un K à part, le temple de la gravité et de la raison.

Pour la première chronique de l’année, fort de cette résolution qui a tenu vingt secondes, mon choix s’est porté sur des sujets qui ne prêtent pas à la rigolade : les tueurs en série et la nécrophilie.
L’occasion de revenir sur la défunte collection Post Mortem de l’Atelier Mosésu, à travers Autopsie du tueur en série et Le saccage de la chair de Bérangère Soustre de Condat-Rabourdin.

Continuer la lecture de « Collection Post Mortem »